Edition du 01-10-2020

Maîtrise des dépenses de santé: le G5 réclame la prise en compte des enjeux industriels

Publié le mercredi 10 novembre 2010

Le G5 qui regroupe cinq des acteurs majeurs de l’industrie pharmaceutique française, européenne et mondiale : Ipsen, LFB, Pierre Fabre, sanofi aventis et Servier, s’inquiète des nouvelles mesures destinées à limiter les déficits qui risqueraient, « si elles étaient prises sans que soient pris en compte les enjeux industriels, d’affaiblir les industries de santé ». C’est  pourquoi, les entreprises du G5 ont fait réaliser par le BIPE une étude destinée à mesurer leur impact majeur sur l’économie française en termes de R&D, d’investissement, d’emploi et d’excédent commercial.

Si les entreprises du G5 s’associent à « la politique légitime de redressement des finances publiques » et soulignent « combien le maintien durable de la solvabilité du système de protection sociale française est un objectif d’intérêt général », elles estiment que « toute nouvelle mesure de réduction des dépenses de santé doit faire l’objet, au préalable, d’une étude d’impact analysant ses conséquences en termes d’emploi, d’investissement et de recherche ».

Le G5 rappelle que parmi les réformes envisagées figurent d’une part différentes mesures fiscales, et d’autre part des dispositions concernant la régulation des dépenses de santé : abaissement du taux de croissance autorisé du chiffre d’affaires en 2011 de 1 % à 0,5 %, baisse des taux de remboursement de 35 à 30 % (165 M€ d’économies transférées sur les patients), nouvelles baisses des prix et limitations de volume (625 M€ d’économie attendue), mesures sur le médicament à l’hôpital restreignant l’accès et la diffusion de l’innovation (355 M€ sur les prescriptions), maîtrise des prescriptions des médecins / CAPI (550 M€), remise en cause des mesures incitatives pour les entreprises qui développent des médicaments orphelins…

Les entreprises du G5 (Ipsen, LFB, Pierre Fabre, Sanofi Aventis, Servier) ont fait réaliser par le BIPE une étude destinée à mesurer leur apport à l’économie nationale, sur la base des données agrégées disponibles et des données fournies par les entreprises pour l’année 2008. « Les bénéfices économiques et industriels pour la France, mais aussi les retombées de l’effort de recherche, sont de très loin supérieurs aux charges induites par les remboursements de médicaments », estime ainsi le G5 qui met en avant les indicateurs suivants pour la France  :

– Chiffre d’Affaires remboursable ville + hôpital = 5,83 milliards €
– Emplois : 43 900
– Dépenses de recherche: 2,44 milliards € (soit 47 % de leur CA France)
– Investissements : 1,09 milliard €
– Balance commerciale : + 7 milliards €
– Impôts et cotisations sociales : 2,5 milliards €

Des apports économiques qui sont encore accrus par les effets indirects et induits, selon une étude macro-économique* qui évalue à 3,9 fois les emplois directs, 2,7 fois les salaires directs, 2,6 fois les cotisations sociales directes, 1,2 fois les impôts et taxes directs et 5 fois les investissements directs.

 « L’ampleur de ces chiffres souligne bien l’enjeu essentiel de développer les infrastructures permettant à la France de continuer à figurer, dans les prochaines décennies, parmi les tous premiers acteurs mondiaux de l’innovation biomédicale », estiment les entreprises du G5 qui saluent à cet égard « la politique de compétitivité actée par le Président de la République le 26 octobre 2009 lors de la réunion du Conseil Stratégique des Industries de Santé ».

Mesurer l’impact des mesures de réduction des dépenses de santé
« Dans la mesure où les dépenses de santé sont la réponse à un besoin médical, elles sont amenées à se maintenir et à se développer. Dans ce contexte, tout l’enjeu pour la France consiste à renforcer sa compétitivité afin de capter les bénéfices liés à la production en France pour le marché intérieur, aux exportations massives, aux investissements, aux dépenses de recherche et, in fine, aux emplois (directs et induits)», indique le G5.
Dans ce contexte, le G5 estime que « toute nouvelle mesure de réduction des dépenses de santé doit faire l’objet, au préalable, d’une étude d’impact analysant ses conséquences en termes d’emploi, d’investissement et de recherche » et demande aussi le maintien des « outils performants de politique industrielle actuellement en vigueur, comme le Crédit d’Impôt Recherche et le régime de taxation des revenus des brevets, qui ont permis des résultats encourageants et sont avalisés par les autorités européennes».

 Télécharger l´ensemble de l´étude du BIPE : « L’impact économique des entreprises du G5 ».

* Selon le travail de F. Saint Cast et F. Fagnani (juin 2006) sur les effets d’entraînement de l’industrie pharmaceutique sur l’économie française (données 2004). Les effets indirects sont les consommations intermédiaires (achats, sous-traitance…). Les effets induits viennent 1) de l’utilisation des revenus des salariés directs et des salariés des fournisseurs des consommations intermédiaires, 2) des investissements directs et de ceux des entreprises fournissant les consommations intermédiaires, 3) de l’utilisation par l’administration des impôts et des taxes pour les salaires de leurs agents – qui vont de même utiliser ces revenus – , de la consommation des administrations et de leurs investissements.








MyPharma Editions

NASH : Genfit et LabCorp signent un accord exclusif pour la commercialisation d’un nouvel outil de diagnostic

Publié le 30 septembre 2020
NASH : Genfit et LabCorp signent un accord exclusif pour la commercialisation d’un nouvel outil de diagnostic

Genfit, société biopharmaceutique de phase avancée engagée dans l’amélioration de la vie des patients atteints de maladies hépatiques et métaboliques et LabCorp®, leader international des sciences de la vie focalisée sur l’amélioration de la santé et l’aide décisionnelle à la prise en charge des patients, ont annoncé la signature d’un accord de licence exclusif d’une durée de cinq ans pour la technologie NIS4™ de Genfit visant à faciliter l’identification des patients atteints de NASH à risque.

PDC*line Pharma administre son candidat vaccin thérapeutique PDC*lung01 à haute dose chez un premier patient

Publié le 30 septembre 2020
PDC*line Pharma administre son candidat vaccin thérapeutique PDC*lung01 à haute dose chez un premier patient

PDC*line Pharma, une société de biotechnologie développant une nouvelle classe d’immunothérapies actives anticancéreuses puissantes et facilement industrialisables, vient d’annoncer aujourd’hui que deux nouvelles cohortes de patients ont été ouvertes dans le cadre de l’essai clinique de phase I/II PDC-LUNG-101 portant sur son candidat vaccin thérapeutique PDC*lung01 ciblant le cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) (NCT03970746).

Celyad Oncology et MSD collaborent pour évaluer CYAD-101 en combinaison avec Keytruda® dans le cancer colorectal métastatique avancé

Publié le 30 septembre 2020
Celyad Oncology et MSD collaborent pour évaluer CYAD-101 en combinaison avec Keytruda® dans le cancer colorectal métastatique avancé

Celyad Oncology, société de biotechnologie de stade clinique focalisée sur la découverte et le développement de thérapies cellulaires CAR T à base de lymphocytes T (chimeric antigen receptor) pour le traitement du cancer, vient d’annoncer qu’elle avait conclu un accord de collaboration d’essai clinique avec une filiale de MSD (dénomination commerciale de Merck & Co, Inc, Kenilworth, NJ, USA).

Sciences de la vie : Bristol Myers Squibb souscrit au fonds InnoBio 2

Publié le 29 septembre 2020

Bristol Myers Squibb et Bpifrance ont annoncé la participation de Bristol Myers Squibb dans InnoBio 2, fonds d’investissement dédié aux sciences de la vie et géré par Bpifrance.

LNC Therapeutics devient YSOPIA Bioscience

Publié le 29 septembre 2020
LNC Therapeutics devient YSOPIA Bioscience

LNC Therapeutics, société française de biotechnologie spécialisée dans la recherche et le développement d’innovations thérapeutiques basées sur le potentiel de souches bactériennes clés du microbiome intestinal, a annoncé son changement de nom et devient YSOPIA Bioscience.

Kymos et Prolytic fusionnent pour faire du groupe Kymos un CRO Européen de premier plan

Publié le 29 septembre 2020
Kymos et Prolytic fusionnent pour faire du groupe Kymos un CRO Européen de premier plan

Kymos et Prolytic viennent d’annoncer la finalisation d’une fusion stratégique par laquelle Prolytic rejoindra le groupe Kymos. Avec l’arrivée du CRO allemand au sein du groupe, Kymos renforce son activité sur le marché des médicaments biologiques et des thérapies innovantes et élargit son portefeuille, offrant ses services depuis trois sites en Europe.

COVID-19 : Johnson & Johnson lance son essai clinique mondial pivot de phase 3 pour le candidat-vaccin de Janssen

Publié le 28 septembre 2020
COVID-19 : Johnson & Johnson lance son essai clinique mondial pivot de phase 3 pour le candidat-vaccin de Janssen

Johnson & Johnson vient d’annoncer le lancement de son essai clinique pivot de Phase 3 (ENSEMBLE) à large échelle et multi-pays pour son candidat vaccin COVID-19, JNJ-78436735, en cours de développement par Janssen. Le lancement de l’essai ENSEMBLE fait suite aux résultats intermédiaires positifs de l’étude clinique de phase 1/2a de la société, ayant démontré, qu’après une seule dose de vaccin, le profil de sécurité et l’immunogénicité étaient favorables à la poursuite de ce développement.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents