Edition du 25-01-2021

Maîtrise des dépenses de santé: le G5 réclame la prise en compte des enjeux industriels

Publié le mercredi 10 novembre 2010

Le G5 qui regroupe cinq des acteurs majeurs de l’industrie pharmaceutique française, européenne et mondiale : Ipsen, LFB, Pierre Fabre, sanofi aventis et Servier, s’inquiète des nouvelles mesures destinées à limiter les déficits qui risqueraient, « si elles étaient prises sans que soient pris en compte les enjeux industriels, d’affaiblir les industries de santé ». C’est  pourquoi, les entreprises du G5 ont fait réaliser par le BIPE une étude destinée à mesurer leur impact majeur sur l’économie française en termes de R&D, d’investissement, d’emploi et d’excédent commercial.

Si les entreprises du G5 s’associent à « la politique légitime de redressement des finances publiques » et soulignent « combien le maintien durable de la solvabilité du système de protection sociale française est un objectif d’intérêt général », elles estiment que « toute nouvelle mesure de réduction des dépenses de santé doit faire l’objet, au préalable, d’une étude d’impact analysant ses conséquences en termes d’emploi, d’investissement et de recherche ».

Le G5 rappelle que parmi les réformes envisagées figurent d’une part différentes mesures fiscales, et d’autre part des dispositions concernant la régulation des dépenses de santé : abaissement du taux de croissance autorisé du chiffre d’affaires en 2011 de 1 % à 0,5 %, baisse des taux de remboursement de 35 à 30 % (165 M€ d’économies transférées sur les patients), nouvelles baisses des prix et limitations de volume (625 M€ d’économie attendue), mesures sur le médicament à l’hôpital restreignant l’accès et la diffusion de l’innovation (355 M€ sur les prescriptions), maîtrise des prescriptions des médecins / CAPI (550 M€), remise en cause des mesures incitatives pour les entreprises qui développent des médicaments orphelins…

Les entreprises du G5 (Ipsen, LFB, Pierre Fabre, Sanofi Aventis, Servier) ont fait réaliser par le BIPE une étude destinée à mesurer leur apport à l’économie nationale, sur la base des données agrégées disponibles et des données fournies par les entreprises pour l’année 2008. « Les bénéfices économiques et industriels pour la France, mais aussi les retombées de l’effort de recherche, sont de très loin supérieurs aux charges induites par les remboursements de médicaments », estime ainsi le G5 qui met en avant les indicateurs suivants pour la France  :

– Chiffre d’Affaires remboursable ville + hôpital = 5,83 milliards €
– Emplois : 43 900
– Dépenses de recherche: 2,44 milliards € (soit 47 % de leur CA France)
– Investissements : 1,09 milliard €
– Balance commerciale : + 7 milliards €
– Impôts et cotisations sociales : 2,5 milliards €

Des apports économiques qui sont encore accrus par les effets indirects et induits, selon une étude macro-économique* qui évalue à 3,9 fois les emplois directs, 2,7 fois les salaires directs, 2,6 fois les cotisations sociales directes, 1,2 fois les impôts et taxes directs et 5 fois les investissements directs.

 « L’ampleur de ces chiffres souligne bien l’enjeu essentiel de développer les infrastructures permettant à la France de continuer à figurer, dans les prochaines décennies, parmi les tous premiers acteurs mondiaux de l’innovation biomédicale », estiment les entreprises du G5 qui saluent à cet égard « la politique de compétitivité actée par le Président de la République le 26 octobre 2009 lors de la réunion du Conseil Stratégique des Industries de Santé ».

Mesurer l’impact des mesures de réduction des dépenses de santé
« Dans la mesure où les dépenses de santé sont la réponse à un besoin médical, elles sont amenées à se maintenir et à se développer. Dans ce contexte, tout l’enjeu pour la France consiste à renforcer sa compétitivité afin de capter les bénéfices liés à la production en France pour le marché intérieur, aux exportations massives, aux investissements, aux dépenses de recherche et, in fine, aux emplois (directs et induits)», indique le G5.
Dans ce contexte, le G5 estime que « toute nouvelle mesure de réduction des dépenses de santé doit faire l’objet, au préalable, d’une étude d’impact analysant ses conséquences en termes d’emploi, d’investissement et de recherche » et demande aussi le maintien des « outils performants de politique industrielle actuellement en vigueur, comme le Crédit d’Impôt Recherche et le régime de taxation des revenus des brevets, qui ont permis des résultats encourageants et sont avalisés par les autorités européennes».

 Télécharger l´ensemble de l´étude du BIPE : « L’impact économique des entreprises du G5 ».

* Selon le travail de F. Saint Cast et F. Fagnani (juin 2006) sur les effets d’entraînement de l’industrie pharmaceutique sur l’économie française (données 2004). Les effets indirects sont les consommations intermédiaires (achats, sous-traitance…). Les effets induits viennent 1) de l’utilisation des revenus des salariés directs et des salariés des fournisseurs des consommations intermédiaires, 2) des investissements directs et de ceux des entreprises fournissant les consommations intermédiaires, 3) de l’utilisation par l’administration des impôts et des taxes pour les salaires de leurs agents – qui vont de même utiliser ces revenus – , de la consommation des administrations et de leurs investissements.








MyPharma Editions

NovAliX et Chemical.AI vont développer des outils d’intelligence artificielle pour la découverte de nouveaux médicaments

Publié le 25 janvier 2021
NovAliX et Chemical.AI vont développer des outils d'intelligence artificielle pour la découverte de nouveaux médicaments

NovAliX, société de recherche sous contrat (CRO) spécialisée dans la recherche et le développement de médicaments, et Chemical.AI, une société d’intelligence artificielle (IA) associant expertise humaine et technologie de pointe en IA pour les industries chimique et pharmaceutique, ont annoncé un partenariat stratégique dans le domaine de l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments.

Dix sociétés biopharmaceutiques de premier plan annoncent la création d’Accumulus Synergy, une plateforme mondiale de partage de données

Publié le 25 janvier 2021

Dix des plus grandes sociétés biopharmaceutiques au monde (Amgen, Astellas, Bristol Myers Squibb, GSK, Janssen, Lilly, Pfizer, Roche, Sanofi et Takeda) ont annoncé la création d’une nouvelle société à but non lucratif, Accumulus Synergy, Inc., qui vise à soutenir les interactions entre les autorités des différents secteurs de l’économie et de la santé dans le monde entier afin de permettre une collaboration ainsi que la transmission et l’échange en temps réel des données.

OSE Immunotherapeutics obtient un financement de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour le développement d’OSE-127/S95011

Publié le 25 janvier 2021
OSE Immunotherapeutics obtient un financement de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour le développement d’OSE-127/S95011

OSE Immunotherapeutics a annoncé avoir reçu un paiement d’étape de 1,3 million d’euros dans le cadre de l’aide aux projets d’innovation stratégique industrielle (ISI) de Bpifrance pour le projet collaboratif EFFIMab, dédié à l’évaluation d’OSE 127/S95011, antagoniste du récepteur à l’interleukine-7 (IL-7R), développé en partenariat avec Servier (1).

AB Science : une nouvelle publication indépendante confirme que le masitinib a une activité anti-virale contre le virus SARS-CoV-2 in vitro

Publié le 25 janvier 2021
AB Science : une nouvelle publication indépendante confirme que le masitinib a une activité anti-virale contre le virus SARS-CoV-2 in vitro

AB Science a annoncé la publication des résultats d’une étude préclinique avec le masitinib dans le COVID-19. Les recherches menées par les scientifiques de l’Institut de Virologie Humaine (Guangzhou, Chine) ont été publiées dans la revue à comité de lecture mBIO (une revue de la Société Américaine de Microbiologie).

Vaccins COVID-19 : la Haute Autorité de Santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses

Publié le 23 janvier 2021
Vaccins COVID-19 : la Haute Autorité de Santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses

La Haute autorité de Santé (HAS) a préconisé samedi dans un communiqué d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses de vaccin à ARN messager (vaccins de Pfizer et de Moderna). Objectif de la mesure : “protéger plus vite un plus grand nombre de personnes à risque d’hospitalisation ou de décès”.

Deinove renforce son équipe Business développement

Publié le 22 janvier 2021
Deinove renforce son équipe Business développement

Deinove, société de biotechnologie française pionnière dans l’exploration et l’exploitation de la biodiversité bactérienne pour relever le défi urgent et planétaire de la résistance aux antimicrobiens, a annoncé le renforcement de son équipe en charge du Business développement avec l’intégration d’Hervé Ansanay au poste de Directeur et de Corentin Chaboud au nouveau poste de Grant Officer.

Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Publié le 21 janvier 2021
Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Le groupe pharmaceutique Servier et MiNA Therapeutics, une société pionnière dans les thérapies par activation de l’ARN, ont annoncé un partenariat de recherche pour identifier et développer des thérapies utilisant des petits ARN activateurs (saRNA) pour le traitement des troubles neurologiques.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents