Edition du 15-11-2018

Maîtrise des dépenses de santé: le G5 réclame la prise en compte des enjeux industriels

Publié le mercredi 10 novembre 2010

Le G5 qui regroupe cinq des acteurs majeurs de l’industrie pharmaceutique française, européenne et mondiale : Ipsen, LFB, Pierre Fabre, sanofi aventis et Servier, s’inquiète des nouvelles mesures destinées à limiter les déficits qui risqueraient, « si elles étaient prises sans que soient pris en compte les enjeux industriels, d’affaiblir les industries de santé ». C’est  pourquoi, les entreprises du G5 ont fait réaliser par le BIPE une étude destinée à mesurer leur impact majeur sur l’économie française en termes de R&D, d’investissement, d’emploi et d’excédent commercial.

Si les entreprises du G5 s’associent à « la politique légitime de redressement des finances publiques » et soulignent « combien le maintien durable de la solvabilité du système de protection sociale française est un objectif d’intérêt général », elles estiment que « toute nouvelle mesure de réduction des dépenses de santé doit faire l’objet, au préalable, d’une étude d’impact analysant ses conséquences en termes d’emploi, d’investissement et de recherche ».

Le G5 rappelle que parmi les réformes envisagées figurent d’une part différentes mesures fiscales, et d’autre part des dispositions concernant la régulation des dépenses de santé : abaissement du taux de croissance autorisé du chiffre d’affaires en 2011 de 1 % à 0,5 %, baisse des taux de remboursement de 35 à 30 % (165 M€ d’économies transférées sur les patients), nouvelles baisses des prix et limitations de volume (625 M€ d’économie attendue), mesures sur le médicament à l’hôpital restreignant l’accès et la diffusion de l’innovation (355 M€ sur les prescriptions), maîtrise des prescriptions des médecins / CAPI (550 M€), remise en cause des mesures incitatives pour les entreprises qui développent des médicaments orphelins…

Les entreprises du G5 (Ipsen, LFB, Pierre Fabre, Sanofi Aventis, Servier) ont fait réaliser par le BIPE une étude destinée à mesurer leur apport à l’économie nationale, sur la base des données agrégées disponibles et des données fournies par les entreprises pour l’année 2008. « Les bénéfices économiques et industriels pour la France, mais aussi les retombées de l’effort de recherche, sont de très loin supérieurs aux charges induites par les remboursements de médicaments », estime ainsi le G5 qui met en avant les indicateurs suivants pour la France  :

– Chiffre d’Affaires remboursable ville + hôpital = 5,83 milliards €
– Emplois : 43 900
– Dépenses de recherche: 2,44 milliards € (soit 47 % de leur CA France)
– Investissements : 1,09 milliard €
– Balance commerciale : + 7 milliards €
– Impôts et cotisations sociales : 2,5 milliards €

Des apports économiques qui sont encore accrus par les effets indirects et induits, selon une étude macro-économique* qui évalue à 3,9 fois les emplois directs, 2,7 fois les salaires directs, 2,6 fois les cotisations sociales directes, 1,2 fois les impôts et taxes directs et 5 fois les investissements directs.

 « L’ampleur de ces chiffres souligne bien l’enjeu essentiel de développer les infrastructures permettant à la France de continuer à figurer, dans les prochaines décennies, parmi les tous premiers acteurs mondiaux de l’innovation biomédicale », estiment les entreprises du G5 qui saluent à cet égard « la politique de compétitivité actée par le Président de la République le 26 octobre 2009 lors de la réunion du Conseil Stratégique des Industries de Santé ».

Mesurer l’impact des mesures de réduction des dépenses de santé
« Dans la mesure où les dépenses de santé sont la réponse à un besoin médical, elles sont amenées à se maintenir et à se développer. Dans ce contexte, tout l’enjeu pour la France consiste à renforcer sa compétitivité afin de capter les bénéfices liés à la production en France pour le marché intérieur, aux exportations massives, aux investissements, aux dépenses de recherche et, in fine, aux emplois (directs et induits)», indique le G5.
Dans ce contexte, le G5 estime que « toute nouvelle mesure de réduction des dépenses de santé doit faire l’objet, au préalable, d’une étude d’impact analysant ses conséquences en termes d’emploi, d’investissement et de recherche » et demande aussi le maintien des « outils performants de politique industrielle actuellement en vigueur, comme le Crédit d’Impôt Recherche et le régime de taxation des revenus des brevets, qui ont permis des résultats encourageants et sont avalisés par les autorités européennes».

 Télécharger l´ensemble de l´étude du BIPE : « L’impact économique des entreprises du G5 ».

* Selon le travail de F. Saint Cast et F. Fagnani (juin 2006) sur les effets d’entraînement de l’industrie pharmaceutique sur l’économie française (données 2004). Les effets indirects sont les consommations intermédiaires (achats, sous-traitance…). Les effets induits viennent 1) de l’utilisation des revenus des salariés directs et des salariés des fournisseurs des consommations intermédiaires, 2) des investissements directs et de ceux des entreprises fournissant les consommations intermédiaires, 3) de l’utilisation par l’administration des impôts et des taxes pour les salaires de leurs agents – qui vont de même utiliser ces revenus – , de la consommation des administrations et de leurs investissements.








MyPharma Editions

Ipsen : feu vert européen pour Cabometyx® pour le traitement du carcinome hépatocellulaire

Publié le 15 novembre 2018
Ipsen : feu vert européen pour Cabometyx® pour le traitement du carcinome hépatocellulaire

Ipsen a annoncé aujourd’hui que la Commission Européenne (CE) a approuvé Cabometyx® (cabozantinib) 20, 40, 60 mg en monothérapie dans le traitement du carcinome hépatocellulaire (CHC) chez les adultes antérieurement traités par sorafénib. Cette décision va permettre l’accès au marché de Cabometyx® (cabozantinib) pour cette indication dans les 28 états membres de l’Union européenne, ainsi qu’en Norvège et en Islande.

Maladies rares et neurodégénératives : Servier soutient le projet de recherche d’une startup américaine

Publié le 14 novembre 2018

Le laboratoire Servier et LabCentral, célèbre incubateur américain de startups innovantes dans le domaine des sciences de la vie, ont annoncé l’attribution du Golden Ticket 2018 (Ticket d’or) à Amathus Therapeutics, une jeune pousse engagée dans le développement de nouveaux traitements pour les maladies neurodégénératives, telles que la maladie de Parkinson, et les troubles rares de stockage lysosomal.

Médicaments : 8 Français sur 10 ont confiance

Publié le 14 novembre 2018

Ipsos vient de publier les résultats de la 8e vague de l’Observatoire sociétal du médicament* du Leem. L’enquête dresse un bilan contrasté entre, d’un côté un regain de confiance dans le médicament et dans la place qu’occupent les entreprises du médicament au sein du système de santé, et d’un autre côté une détérioration des items […]

Alizé Pharma 3 : arrivée de Michael Culler au poste de Chief Scientific Officer

Publié le 14 novembre 2018
Alizé Pharma 3 : arrivée de Michael Culler au poste de Chief Scientific Officer

Alizé Pharma 3, une société spécialisée dans le développement de peptides thérapeutiques pour le traitement de maladies endocriniennes et métaboliques rares, a annoncé aujourd’hui l’arrivée d’une personne clé dans son équipe de direction et la structuration de son portefeuille de produits pour accompagner son ambition de devenir un leader mondial dans le domaine des maladies rares.

Stallergenes Greer : feu vert de la FDA pour l’extension aux États-Unis de l’indication d’Oralair®

Publié le 14 novembre 2018
Stallergenes Greer : feu vert de la FDA pour l’extension aux États-Unis de l’indication d’Oralair®

Stallergenes Greer, société biopharmaceutique spécialisée dans le traitement des allergies respiratoires, a obtenu l’autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) pour l’extension aux États-Unis de l’indication thérapeutique d’Oralair® (extraits allergéniques de pollens de flouve odorante, dactyle, ivraie, pâturin des prés et fléole des prés), comprimé sublingual d’immunothérapie allergénique, aux patients âgés de cinq à neuf ans souffrant de rhinite allergique due aux pollens de graminées.

Homéopathie : 74% des utilisateurs jugent ces médicaments efficaces

Publié le 13 novembre 2018
Homéopathie : 74% des utilisateurs jugent ces médicaments efficaces

Dans un contexte médiatique actif concernant l’homéopathie, les laboratoires homéopathiques ont souhaité faire un état des lieux à date du rapport des Français aux médicaments homéopathiques. Ainsi, selon le sondage Ipsos – Weleda/Lehning/Boiron*, 74% des utilisateurs jugent les médicaments homéopathiques efficaces et 74% sont opposés à l’arrêt du remboursement des médicaments homéopathiques.

ASIT biotech franchit une étape clé dans le développement d’un nouveau médicament pour l’allergie à l’arachide

Publié le 13 novembre 2018
ASIT biotech franchit une étape clé dans le développement d’un nouveau médicament pour l’allergie à l’arachide

ASIT biotech, société biopharmaceutique belge spécialisée dans la recherche et le développement de produits d’immunothérapie innovants pour le traitement des allergies, a annoncé la finalisation de l’industrialisation du procédé de fabrication de lots cliniques de son produit candidat pnt-ASIT+™. Ceux-ci seront utilisés lors des premiers essais cliniques de phase I/II pour le traitement de patients allergiques à l’arachide.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions