Edition du 19-01-2019

Maladies rares : Sanofi Genzyme et des acteurs de la e-santé s’engagent contre l’errance diagnostique

Publié le jeudi 28 juin 2018

Maladies rares : Sanofi Genzyme et des acteurs de la e-santé contre l’errance diagnostiqueSanofi Genzyme a annoncé dans un communiqué le lancement d’une démarche collective qui réunit 23 acteurs français de la e-santé afin de lutter contre l’errance diagnostique. L’objectif est de développer des solutions innovantes pour améliorer le parcours de diagnostic dans les maladies rares, notamment grâce à l’apport des nouvelles technologies numériques.

La valeur d’usage de ces solutions sera testée pour en évaluer l’impact et agir là où les pertes de chances sont les plus significatives pour les malades. L’ensemble de ces enseignements et pistes de travail seront partagés avec le plus grand nombre pour servir la communauté. Cette démarche d’innovation ouverte, ancrée au 39BIS, laboratoire e-santé de Sanofi, a pour vocation à s’inscrire dans la durée.

25 % des patients atteints de maladies rares attendent près de 4 ans avant qu’un début de recherche de diagnostic soit envisagé (1)

L’errance diagnostique demeure un obstacle majeur pour les patients atteints de maladies rares. Un quart des malades déclarent avoir consulté au moins cinq médecins avant qu’un diagnostic ne puisse être posé, alors qu’une prise en charge plus précoce aurait pu être bénéfique et retarder certaines aggravations. Agir tôt permet le plus souvent d’améliorer la qualité de vie des personnes malades et de leur entourage, et d’élaborer plus aisément un accompagnement médico-social. Réduire l’errance diagnostique c’est aussi répondre à une priorité de santé publique, à l’aube du 3ème Plan National Maladies Rares dont l’annonce officielle est attendue depuis février.

« En raison de la gravité, de la complexité des maladies rares et de l’isolement des malades, la nécessité de développer des solutions de e-santé adaptées à ces besoins spécifiques est une évidence. Ce secteur bouillonnant de créativité, justement encouragé par les pouvoirs publics, offre de réelles perspectives d’amélioration de la vie des malades, de leurs aidants et de leurs familles. Notre ambition est de jouer pleinement notre rôle de précurseur dans les maladies rares et d’innovateur dans la santé digitale, au sein même de la communauté maladies rares. Car, ensemble, nous pensons pouvoir contribuer à écrire l’histoire » indique le Dr Christian Deleuze – Sanofi Genzyme & Genzyme Polyclonals General Manager.

Une démarche d’innovation ouverte pour réduire l’errance diagnostique

Fin 2017, Sanofi Genzyme a engagé en collaboration avec Orange Healthcare, une vaste démarche participative s’inspirant de méthodes d’innovation ouvertes avec différentes parties prenantes. À ce stade, une première phase de travail a impliqué des associations de patients, des filières de santé et des acteurs du numérique, soit 23 membres, dans des entretiens individuels et des ateliers participatifs, parmi lesquels :

. Sanofi Genzyme en collaboration avec Orange Healthcare ;
. L’Alliance Maladies Rares, Maladies Rares Info Service, Vaincre les Maladies Lysosomales, l’Association Francophone des Glycogénoses ;
. Les Filières de Santé Maladies Rares (FAI2R, FILNEMUS, FIMARAD, AnDDI-Rares, MaRIH, DefiScience) ;
. Le pôle de compétitivité Medicen ;
. L’INRIA, l’Institut national de recherche dédié au numérique ;
. Des médecins hospitaliers experts et non experts, des médecins généralistes et spécialistes libéraux, un médecin du travail, un médecin scolaire, des professions para et périmédicales (kinésithérapeutes, biologistes, psychologues) ;
. Les start-up Anamnèse et Semeia.

« Lutter contre l’errance diagnostique dans les maladies rares est au cœur de nos priorités en e-santé et nous sommes convaincus qu’à l’aide des nouvelles technologies numériques nous pourrons aider les patients là où les pertes de chances sont aujourd’hui les plus importantes. Nous faisons une nouvelle fois le pari de l’innovation ouverte, pour ensemble, avec la communauté maladies rares, accélérer le développement de solutions de e-santé à forte valeur ajoutée pour les patients » déclare Isabelle Vitali, Directeur Innovation & Business Excellence France, Sanofi.

Vers un 3ème Plan National Maladies Rares

Dans les maladies rares, la France fait figure de référence. Le 1er Plan National Maladies Rares a permis la labellisation de 131 centres de référence nationaux, ainsi que l’identification de 500 centres de compétence régionaux qui ont structuré une offre de soins de très haut niveau. Le 2ème plan a complété le dispositif des centres de référence par la création des 23 filières de santé qui regroupent tous les acteurs concourant à la prise en charge des malades, au développement de la recherche, et à la visibilité internationale dans chacun des domaines spécifiques des maladies rares.

La concertation menée depuis plusieurs mois avec l’ensemble des professionnels et les associations de malades devrait aboutir à la publication d’un 3ème plan 2018-2022 qui confirmerait que réduire l’errance diagnostique est une des priorités. Ce Plan National Maladies Rares, annoncé en février par Madame Agnès BUZYN, ministre des Solidarités et de la Santé et par Madame Frédérique VIDAL, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, serait une nouvelle avancée essentielle attendue par toute la communauté.

« Notre démarche s’inscrit pleinement dans la mise à disposition de solutions innovantes pour répondre à cette priorité attendue du 3ème PNMR », souligne également Sanofi Genzyme.

1. Résultats ERRADIAG : enquête sur l’errance diagnostique dans les maladies rares : https://www.alliance-maladies-rares.org/erradiag-enquete-sur-lerrance-diagnostique-dans-les-maladies-rares-2/ – Février 2016

Source : Sanofi








MyPharma Editions

Sanofi : le comité consultatif de la FDA se prononce sur Zynquista™ dans le diabète de type 1 de l’adulte

Publié le 18 janvier 2019
Sanofi : le comité consultatif de la FDA se prononce sur Zynquista™ dans le diabète de type 1 de l'adulte

Le Comité consultatif des médicaments pour le traitement des maladies endocrinologiques et métaboliques (EMDAC, Endocrinologic and Metabolic Drugs Advisory Committee) de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis s’est prononcé dans le cadre de l’approbation de Zynquista™* (sotagliflozin), par 8 voix contre 8, sur la question de savoir si les bénéfices globaux l’emportaient sur les risques.

François Fournier nommé président-directeur général de Virbac Amérique du Nord

Publié le 18 janvier 2019
François Fournier nommé président-directeur général de Virbac Amérique du Nord

Virbac a annoncé l’arrivée de François Fournier au poste de président-directeur général de Virbac Amérique du Nord à compter du 7 janvier 2019. Il a pour mission principale de diriger et développer l’ensemble des activités nord-américaines de Virbac, en adéquation avec la stratégie globale du groupe Virbac.

Erytech présente un poster sur l’étude en cours TRYbeCA-1 lors de la conférence ASCO-GI 2019

Publié le 18 janvier 2019
Erytech présente un poster sur l'étude en cours TRYbeCA-1 lors de la conférence ASCO-GI 2019

Erytech, société biopharmaceutique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, a annoncé que le poster intitulé « TRYbeCA-1 : une étude de Phase 3 randomisée avec eryaspase en association avec une chimiothérapie, comparée à une chimiothérapie seule, pour un traitement en seconde ligne chez des patients atteints d’un adénocarcinome du pancréas (NCT03665441) » sera présenté lors de la conférence annuelle de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) 2019 à San Francisco, aux États-Unis.

Janssen : feu vert européen pour Erleada® dans le cancer de la prostate résistant à la castration non métastatique

Publié le 18 janvier 2019
Janssen : feu vert européen pour Erleada® dans le cancer de la prostate résistant à la castration non métastatique

Janssen, la société pharmaceutique de Johnson & Johnson, a annoncé que la Commission européenne (CE) a accordé une autorisation de mise sur le marché pour l’Erleada® (apalutamide), un inhibiteur oral de prochaine génération des récepteurs androgéniques pour le traitement des adultes atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration non métastatique (CPRCnm) et qui présentent un risque élevé de développer une forme métastatique de la maladie.

Ipsen : résultats de la 1ère étude sur l’homme d’une neurotoxine recombinante présentés au Congrès TOXINS 2019

Publié le 17 janvier 2019
Ipsen : résultats de la 1ère étude sur l'homme d'une neurotoxine recombinante présentés au Congrès TOXINS 2019

Ipsen a annoncé que les résultats de la première étude chez l’homme d’une neurotoxine recombinante seront présentés lors de la conférence internationale TOXINS 2019 qui se tiendra à Copenhague (Danemark). La neurotoxine botulique recombinante de sérotype E (rBoNT-E) d’Ipsen a été étudiée dans le cadre d’une étude de phase I qui a caractérisé son profil de sécurité et de tolérance chez des volontaires sains (1).

Knopp Biosciences élargit son partenariat de recherche avec le Cincinnati Children’s Hospital Medical Center

Publié le 17 janvier 2019
Knopp Biosciences élargit son partenariat de recherche avec le Cincinnati Children's Hospital Medical Center

Knopp Biosciences, société américaine qui développe des médicaments visant à fournir des traitements révolutionnaires pour les maladies inflammatoires et neurologiques, a annoncé aujourd’hui l’élargissement de son partenariat de recherche avec le Cincinnati Children’s Hospital Medical Center afin d’examiner de plus près le mécanisme d’action du candidat-médicament phare de Knopp, le dexpramipexole, qui diminue le nombre d’éosinophiles.

WeHealth by Servier lance Cardioskin™, un dispositif médical ambulatoire connecté

Publié le 17 janvier 2019
WeHealth by Servier lance Cardioskin™, un dispositif médical ambulatoire connecté

WeHealth by Servier, la Direction e-santé du groupe Servier, a annoncé le lancement en France de Cardioskin™, un dispositif ambulatoire connecté qui permet d’enregistrer en continu l’activité cardiaque grâce à un monitorage ECG qui comporte 15 dérivations. Cette annonce intervient dans le cadre du congrès annuel des Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie qui se tient à Paris du 16 au 19 janvier 2019.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions