Edition du 19-05-2022

Michel Chassang: “entre la droite et les médecins, c’est le divorce!”

Publié le mercredi 31 mars 2010

Déçu, en colère, le président de la CSMF,  principal syndicat de médecins français, s’explique sur l’augmentation unilatérale du C à 23 euros à compter du 12 avril prochain. Et il ne ménage pas ses critiques: l’Elysée comme le gouvernement ne sont pas épargnés. Inventaire.

 Mypharma-editions : Michel Chassang, comment avez-vous accueilli la décision de Nicolas Sarkozy d’engager une « grande concertation » sur les difficultés auxquelles est confrontée la médecine de proximité ?

MC : « Avec prudence… Mais aussi dans un esprit d’ouverture. Nous sommes prêts : ce n’est pas tous les jours que le président de la République se penche sur les problèmes de la médecine de ville. Alors, je dis : « Banco ! ». Mais j’aimerais cependant savoir ce que signifie « médecine de proximité ». Il doit s’agir de la médecine de ville… Il y a aujourd’hui une vraie crise des vocations en médecine libérale : la culture de la CSMF se refuse à considérer les spécialités par petits bouts. Nous sommes donc face à une crise globale de la médecine libérale. Pour ce qui est du souhait du président de la République, je voudrais faire remarquer que nous ne sommes toujours pas informés du contenu de cette concertation. Autant dire que nous l’attendons de pied ferme. En revanche, si c’est pour découvrir les ors de l’Elysée, on connaît… »

 Mypharma-editions : Depuis le début de l’année, Nicolas Sarkozy a multiplié les signaux en direction des médecins libéraux : apparemment sans succès, puisque des enquêtes montrent que, comme lors des élections législatives de 1997, les médecins ont tantôt boudé les urnes, tantôt voté à gauche ou écologiste lors des dernières élections régionales. Entre la droite et les médecins, peut-on parler de divorce ?

MC : « Oui. En tout cas, c’est le début d’un divorce. Et le contexte n’est pas sans rappeler la crise de 1995 avec le plan Juppé. Si aujourd’hui on reparle de divorce, c’est parce que les médecins libéraux sont trahis par le gouvernement. Trahis, car ils sont considérés comme la variable d’ajustement du système de santé. Nous n’acceptons pas que le président de la République accuse sans cesse la médecine libérale : cela devient insupportable ! Les médecins libéraux subissent nombre de contraintes et d’humiliations : la loi HPST recèle nombre de petites et grandes humiliations, comme les contrats de solidarité, les autorisations d’absence, la taxe sur la télétransmission… La responsabilité de ce divorce est à mettre au compte des députés comme des politiques ».

 Mypharma-editions : L’opinion publique ne comprend pas bien pourquoi vous appelez les médecins généralistes à augmenter unilatéralement le C d’un euro (23 euros) à partir du 12 avril. Comment justifiez-vous cette initiative, vivement condamnée par les caisses ?

MC : « Je ne le pense pas. Nous allons d’ailleurs expliquer cette décision aux patients en lançant une campagne de presse et d’affichage dans les cabinets médicaux. Nous comptons sur eux pour comprendre que nos interlocuteurs doivent respecter leurs engagements. Il s’agit bien sûr d’un bras de fer tarifaire, mais nous n’appliquerons pas cette augmentation de 1 euro aux patients en difficulté ».

 Mypharma-editions : Vous venez d’être réélu pour quatre ans à la présidence de la CSMF, le plus important syndicat de médecins libéraux.  Mais vous êtes déjà en campagne pour le scrutin des futures Unions régionales des professionnels de santé (URPS) : comment pensez-vous gérer le glissement de la CSMF vers une opposition forte, après avoir été le principal promoteur de la dynamique conventionnelle ?

MC : « Depuis 1928 la CSMF est un syndicat de combat. Dieu sait si c’est compliqué : un système qui combine un financement socialisé et un exercice libéral est lui-même porteur de conflits. Or, aujourd’hui, nous sommes dans une conjoncture comparable à celle de 1995, au moment du plan Juppé. Mais il va de soi que si le gouvernement daignait nous entendre, nous aviserions. Notre politique est simple : elle va dans l’intérêt du corps médical : c’est la tradition de la CSMF ».

 Mypharma-editions : Parlons justement de la convention : où en est-on au juste ?

MC : « Mais nous sommes prêts ! Nous avons formulé 10 propositions pour un nouveau système conventionnel en juillet 2009. Mais la ministre, aidée en cela par deux syndicats, a torpillé les négociations, au prétexte d’organiser des élections professionnelles qui ne sont d’ailleurs toujours pas organisées. Bilan : depuis mars 2007, on a perdu au moins trois ans, si ce n’est plus ! La CSMF est prête. Mais le temps perdu sera difficile à rattraper ».

 Mypharma-editions : Un dernier mot sur le Capi. Qu’espérez-vous de l’arrêt -évidemment très attendu- de la Cour européenne de justice ? Sur le fond, persistez-vous dans vos critiques ?

MC : « C’est un poison ! Nous ne sommes pas hostiles à un paiement des actes à la performance. Mais notre hostilité au Capi tient surtout à son évolution : je nourris les pires craintes sur l’avenir au fil des PLFSS successifs. Avec un ONDAM à 2%, les médecins « capistes » regretteront d’avoir signé. Nous avons déposé un recours en Conseil d’Etat contre un système qui court-circuite le système conventionnel, et nous sommes très attentifs à l’arrêt qui va être rendu par la Cour européenne de justice. Pour l’heure, j’observe que le nombre de signataires a tendance à refluer. Le procédé n’en reste pas moins extrêmement malhonnête. Mais j’attends le versement des premiers dividendes »…

 Hervé Karleskind








MyPharma Editions

Vitiligo : Almirall et Inserm Transfert signent un partenariat de recherche et de licence pour développer des traitements innovants

Publié le 18 mai 2022
Vitiligo : Almirall et Inserm Transfert signent un partenariat de recherche et de licence pour développer des traitements innovants

Almirall, laboratoire biopharmaceutique international spécialisé en dermatologie médicale, et Inserm Transfert, filiale privée de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), ont annoncé la signature d’un accord de licence et un partenariat de recherche pour faire progresser les solutions thérapeutiques dans le traitement du vitiligo.

Adocia : premier sujet traité dans les essais cliniques BioChaperone® Combo avec le partenaire Tonghua Dongbao

Publié le 18 mai 2022
Adocia : premier sujet traité dans les essais cliniques BioChaperone® Combo avec le partenaire Tonghua Dongbao

Adocia, société biopharmaceutique au stade clinique spécialisée dans la recherche et le développement de solutions thérapeutiques innovantes pour le traitement du diabète et d’autres maladies métaboliques, a annoncé un premier sujet traité avec BioChaperone® Combo (« BC Combo ») dans l’essai clinique CT046.

Lysogene fait un point d’étape sur l’étude de phase 2/3 avec la thérapie génique LYS-SAF302 pour le traitement de la MPS IIIA

Publié le 18 mai 2022
Lysogene fait un point d’étape sur l’étude de phase 2/3 avec la thérapie génique LYS-SAF302 pour le traitement de la MPS IIIA

Lysogene, société biopharmaceutique de phase 3 s’appuyant sur une plateforme technologique de thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), a présenté des données cliniques actualisées de l’essai clinique de phase 2/3 AAVance en cours avec la thérapie génique expérimentale LYS-SAF302 pour le traitement de la MPS IIIA (NCT03612869) lors de la 25e réunion annuelle de l’ASGCT (American Society for Gene & Cell Therapy) à Washington, DC.

Biotechs : Gene.iO accélère la première levée de fonds

Publié le 18 mai 2022
Biotechs : Gene.iO accélère la première levée de fonds

Genopole lance la 2e édition de Gene.iO, programme qui forme pendant un an les jeunes biotechs à la réussite d’une première levée de fonds ou accord commercial. Cet accompagnement Business, assuré par Genopole et des consultants experts de la bio-innovation, donne les armes stratégiques pour approcher et convaincre les investisseurs et les industriels.

Poxel : désignation de médicament orphelin de la FDA pour le PXL065 et le PXL770 dans l’adrénoleucodystrophie liée au chromosome X

Publié le 18 mai 2022
Poxel : désignation de médicament orphelin de la FDA pour le PXL065 et le PXL770 dans l'adrénoleucodystrophie liée au chromosome X

Poxel, société biopharmaceutique qui développe des traitements innovants pour les maladies chroniques graves à physiopathologie métabolique, dont la stéatohépatite non alcoolique (NASH) et les maladies métaboliques rares, a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a accordé la désignation de médicament orphelin (Orphan Drug Designation – ODD) au PXL065 et au PXL770 pour le traitement des patients atteints d’adrénomyéloneuropathie (AMN), la forme la plus courante d’adrénoleucodystrophie liée au chromosome X (ALD).

Thabor Therapeutics : Jérémie Mariau nommé au poste de directeur général

Publié le 17 mai 2022
Thabor Therapeutics : Jérémie Mariau nommé au poste de directeur général

Thabor Therapeutics, société développant une approche thérapeutique innovante pour les patients atteints de maladies inflammatoires chroniques des muqueuses, vient d’annoncer la nomination de Jérémie Mariau au poste de directeur général.

Maladies rares : Inserm Transfert annonce la signature d’un accord de licence avec Novartis

Publié le 17 mai 2022
Maladies rares : Inserm Transfert annonce la signature d’un accord de licence avec Novartis

Inserm Transfert vient d’annoncer la signature d’un accord de licence avec Novartis pour les travaux issus des recherches de l’équipe du Pr. Guillaume Canaud au sein de l’Institut Necker – Enfants Malade (INEM), dont l’Inserm est l’une des tutelles. Ces résultats de recherche visent à repositionner l’Alpelisib dans des indications de syndrome de CLOVES afin de soigner et soulager les patients atteints de cette maladie, prioritairement les jeunes enfants ayant des formes sévères.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents