Edition du 25-01-2021

Accueil » Industrie » Recherche » Stratégie

Recherche clinique : moins d’un français sur deux serait prêt à participer à un essai

Publié le mardi 9 février 2010

Une enquête Ifop réalisée pour l’Institut Lilly met en évidence un déficit d’information des Français sur la recherche clinique. Si 94% des interviewés estiment que les essais cliniques sont indispensables pour garantir la fiabilité des médicaments, 61% des interviewés estiment qu’ils comportent trop de risques pour les patients. Et seuls 46 % des sondés se disent prêts à participer à un essai.

 Selon les résultats d’un sondage, réalisé par l’Ifop en novembre 2009 et janvier 2010 auprès d’un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, 90% des sondés pensent que les essais cliniques constituent une chance pour les malades de bénéficier de traitements innovants. Par ailleurs, 77% des interviewés savent qu’un essai clinique fait l’objet de contrôles par les pouvoirs publics avant, pendant et après son déroulement et 74 % estiment qu’ils sont suffisamment encadrés. Paradoxalement, seuls 46 % des personnes interrogées se disent prêtes à participer personnellement à un essai. Ainsi, les Français sont 50 % à estimer que le sujet n°1 à aborder, pour améliorer la connaissance sur les essais cliniques, est celui des risques encourus par les patients.

D’autres résultats montrent la méconnaissance des Français sur le sujet, ainsi à peine un quart d’entre eux sait que les essais cliniques sont pratiqués exclusivement sur des êtres humains. 70% des personnes interrogées déclarent à tort que les essais sur les enfants et adolescents sont interdits.

De même, 22% seulement des interviewés savent que la durée moyenne des essais cliniques d’un nouveau médicament est de dix ans. L’opinion publique sous-estime donc la durée de la recherche clinique puisqu’en fait, il faut compter en moyenne dix ans entre le début des essais sur des volontaires sains et la commercialisation d’un nouveau médicament.

 Enfin du côté des attentes, le cancer est considéré comme la pathologie prioritaire pour la recherche clinique (cité par 74 % des interviewés), suivi de la maladie d’Alzheimer (citée par 36 %) et du sida (cité par 34 %). De plus, 72% des interviewés estiment que les essais cliniques devraient faire l’objet de campagnes de sensibilisation auprès du grand public. Un chiffre qui corrobore l’utilité perçue des essais cliniques dans le grand public.

Ainsi afin de faire connaître la recherche clinique, l’Institut Lilly diffusera dans les cabinets médicaux 250.000 brochures à destination du grand public et 50.000 brochures aux médecins. Un site internet dédié a par ailleurs été lancé : www.larecherchecliniqueetvous.com.

 Source : Institut Lilly / www.larecherchecliniqueetvous.com








MyPharma Editions

Dix sociétés biopharmaceutiques de premier plan annoncent la création d’Accumulus Synergy, une plateforme mondiale de partage de données

Publié le 25 janvier 2021

Dix des plus grandes sociétés biopharmaceutiques au monde (Amgen, Astellas, Bristol Myers Squibb, GSK, Janssen, Lilly, Pfizer, Roche, Sanofi et Takeda) ont annoncé la création d’une nouvelle société à but non lucratif, Accumulus Synergy, Inc., qui vise à soutenir les interactions entre les autorités des différents secteurs de l’économie et de la santé dans le monde entier afin de permettre une collaboration ainsi que la transmission et l’échange en temps réel des données.

OSE Immunotherapeutics obtient un financement de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour le développement d’OSE-127/S95011

Publié le 25 janvier 2021
OSE Immunotherapeutics obtient un financement de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour le développement d’OSE-127/S95011

OSE Immunotherapeutics a annoncé avoir reçu un paiement d’étape de 1,3 million d’euros dans le cadre de l’aide aux projets d’innovation stratégique industrielle (ISI) de Bpifrance pour le projet collaboratif EFFIMab, dédié à l’évaluation d’OSE 127/S95011, antagoniste du récepteur à l’interleukine-7 (IL-7R), développé en partenariat avec Servier (1).

AB Science : une nouvelle publication indépendante confirme que le masitinib a une activité anti-virale contre le virus SARS-CoV-2 in vitro

Publié le 25 janvier 2021
AB Science : une nouvelle publication indépendante confirme que le masitinib a une activité anti-virale contre le virus SARS-CoV-2 in vitro

AB Science a annoncé la publication des résultats d’une étude préclinique avec le masitinib dans le COVID-19. Les recherches menées par les scientifiques de l’Institut de Virologie Humaine (Guangzhou, Chine) ont été publiées dans la revue à comité de lecture mBIO (une revue de la Société Américaine de Microbiologie).

Vaccins COVID-19 : la Haute Autorité de Santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses

Publié le 23 janvier 2021
Vaccins COVID-19 : la Haute Autorité de Santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses

La Haute autorité de Santé (HAS) a préconisé samedi dans un communiqué d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses de vaccin à ARN messager (vaccins de Pfizer et de Moderna). Objectif de la mesure : “protéger plus vite un plus grand nombre de personnes à risque d’hospitalisation ou de décès”.

Deinove renforce son équipe Business développement

Publié le 22 janvier 2021
Deinove renforce son équipe Business développement

Deinove, société de biotechnologie française pionnière dans l’exploration et l’exploitation de la biodiversité bactérienne pour relever le défi urgent et planétaire de la résistance aux antimicrobiens, a annoncé le renforcement de son équipe en charge du Business développement avec l’intégration d’Hervé Ansanay au poste de Directeur et de Corentin Chaboud au nouveau poste de Grant Officer.

Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Publié le 21 janvier 2021
Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Le groupe pharmaceutique Servier et MiNA Therapeutics, une société pionnière dans les thérapies par activation de l’ARN, ont annoncé un partenariat de recherche pour identifier et développer des thérapies utilisant des petits ARN activateurs (saRNA) pour le traitement des troubles neurologiques.

Transgene : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Publié le 21 janvier 2021
Transgene  : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, a annoncé que pour la première fois en France, TG4050, son immunothérapie individualisée innovante, a été administrée à un patient atteint d’un cancer de la tête et du cou. Ce nouveau vaccin thérapeutique est issu de la plateforme technologique myvac®, qui utilise une technologie d’Intelligence Artificielle (IA) pour personnaliser le traitement de chaque patient.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents