Edition du 07-07-2020

Accueil » Industrie » Produits

Sanofi : l’essai de Dupixent® dans l’œsophagite à éosinophile atteint les deux critères d’évaluation co-principaux

Publié le lundi 25 mai 2020

Sanofi : l'essai de Dupixent® dans l'œsophagite à éosinophile atteint les deux critères d'évaluation co-principauxSanofi et Regeneron Pharmaceuticals ont annoncé  les résultats positifs de la partie A de l’essai pivot de phase III évaluant  Dupixent® (dupilumab) dans le traitement de l’œsophagite à éosinophiles chez des patients âgées de 12 ans et plus. L’essai a atteint ses deux principaux critères d’évaluation composites, de même que l’ensemble de ses critères d’évaluation secondaires. Dupixent est le premier et le seul médicament biologique ayant donné des résultats positifs cliniquement significatifs dans le cadre d’un essai de phase III menée auprès de cette population de patients. La partie B de l’essai est en cours et cherche à évaluer une posologie supplémentaire de Dupixent.

L’œsophagite à éosinophiles est une maladie chronique et progressive de l’œsophage médiée par une inflammation de type 2 qui altère de fonctionnement l’œsophage, provoquant des troubles de la déglutition. En l’absence de traitement, les symptômes et l’inflammation peuvent progresser et causer des lésions fonctionnelles et une fibrose de la paroi de l’œsophage. Cette maladie peut provoquer des impactions alimentaires nécessitant des consultations immédiates aux urgences. Près de la moitié des patients inclus dans l’essai avaient subi une dilatation œsophagienne et près des trois-quarts d’entre eux avaient déjà été traités par corticoïdes. Près de 160 000 patients aux États-Unis sont actuellement sous traitement, dont environ 50 000 ont échoué à plusieurs traitements. Il n’existe actuellement aucun traitement approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis pour cette maladie.

« L’œsophagite à éosinophiles peut être très invalidante et il n’existe aucune option thérapeutique approuvée pour y remédier. Elle se répercute sur la capacité à s’alimenter, cause des douleurs sévères et nécessite le plus souvent des consultations répétées aux urgences et des procédures médicales », a indiqué le docteur George D. Yancopoulos, Ph.D., co-fondateur, Président et Directeur scientifique de Regeneron. « Ces données sont particulièrement impressionnantes car Dupixent a non seulement entraîné une réduction spectaculaire du taux d’éosinophiles dans l’œsophage, mais il a également amélioré tous les marqueurs cliniques et anatomiques de la maladie. On pensait auparavant que cette maladie était causée par les éosinophiles mais d’autres médicaments biologiques qui agissent sur les concentrations d’éosinophiles dans l’œsophage n’ont pas permis d’observer d’améliorations cliniques ou anatomiques consistantes.  Les résultats obtenus avec Dupixent prouvent que l’œsophagite à éosinophiles est causée par plusieurs dimensions de l’inflammation de type 2 médiée par les interleukines 4 et 13. Il s’agit de la quatrième maladie atopique ou inflammatoire de type 2 contre laquelle Dupixent possède des données pivots démontrant une efficacité significative. »

« Ces données montrent que Dupixent a le potentiel de continuer à remédier aux lacunes thérapeutiques dans la prise en charge des maladies inflammatoires de type 2, qu’elles soient fréquentes comme l’asthme ou rares comme l’œsophagite à éosinophiles », a déclaré le docteur John Reed, Ph.D, Responsable Monde de la Recherche et Développement de Sanofi. « Pour la première fois dans le cadre d’un essai de phase III, les patients ont rapporté une amélioration de leur capacité à avaler. Ces données sont très encourageantes pour les patients atteints d’œsophagite à éosinophiles astreints à un strict régime alimentaire et parfois contraints de subir de multiples interventions en milieu hospitalier.  »

La partie A de l’essai a inclus 81 patients (42 avec Dupixent et 39 avec placebo) âgés de plus de 12 ans atteints d’œsophagite à éosinophiles, confirmée par des mesures histologiques et les symptômes rapportés par les patients eux-mêmes. Les principaux critères composites d’évaluation étaient les variations du score DSQ (Dysphagia Symptom Questionnaire – score de dysphagie) – une mesure des difficultés à avaler rapportées par les patients – et de la proportion de patients dont les numérations maximales d’éosinophiles intra-épithéliaux étaient inférieures ou égales à  6 éosinophiles (eos) par champs de haute puissance (hpf) – une mesure de l’inflammation œsophagienne –, entre l’inclusion dans l’étude et 24 semaines.

Les patients traités par Dupixent 300 mg une fois par semaine ont présenté les résultats suivants entre l’inclusion et la 24e semaine de traitement :

. Réduction de 69 % des symptômes de la maladie contre 32 % pour les patients traités par placebo (p=0.0002). Les symptômes étaient évalués au moyen de l’échelle DSQ; le score des patients traités par Dupixent s’est amélioré de 21,92 points, contre 9,60 points pour ceux traités par placebo, sur une échelle de 0 à 84 (p=0,0004), critère d’évaluation composite ; les score DSQ à l’inclusion s’établissaient en moyenne à 34 points.

. Réduction de 60% de leur numération éosinophile œsophagienne à un intervalle normal, contre 5% pour le placebo (p <0,0001), le critère d’évaluation co-primaire. Ce résultat correspond à la proportion de patients dont la numération maximale d’éosinophiles intra-épithéliaux était inférieure ou égale à 6  éosinophiles (eos) par champs de haute puissance (hpf), sachant que les valeurs moyennes à l’inclusion s’établissaient à 89 eos/hpf.

. Réduction de 39 % des anomalies endoscopiques, contre une détérioration de 0,6 % pour les patients traités par placebo, mesurées au moyen du score EoE-EREFS (score de référence endoscopique de l’œsophagite à éosinophiles) ; le score des patients sous Dupixent a diminué de 3,2 points, comparativement à une réduction de 0,3 point pour ceux traités par placebo (p<0,0001).

Les résultats de l’essai en termes de tolérance concordent avec le profil de tolérance connu de Dupixent dans ses indications approuvées. Au cours de la période de traitement de 24 semaines, les taux globaux d’événements indésirables se sont établis à 86 % pour Dupixent et à 82 % pour le placebo. Les événements indésirables les plus fréquemment observés avec Dupixent ont été les réactions au site d’injection (n=15 pour Dupixent et n=12 pour le placebo) et les infections des voies respiratoires supérieures (n=11 pour Dupixent et n=6 pour le placebo). Il y a eu un arrêt de traitement dans le groupe Dupixent en raison d’une arthralgie.

Les résultats détaillés de cet essai seront présentés dans le cadre d’un prochain congrès médical. En 2017, Dupixent a obtenu le statut de médicament orphelin de la FDA dans le traitement potentiel de l’œsophagite à éosinophiles. Ce statut est conféré aux médicaments expérimentaux développés pour le traitement de maladies ou affections rares touchant moins de 200 000 personnes aux États-Unis. L’utilisation potentielle de Dupixent dans le traitement de l’œsophagite à éosinophiles est encore au stade du développement clinique. Aucun organisme de réglementation n’a encore évalué ses profils de sécurité et d’efficacité dans cette indication.

Dupixent est un anticorps monoclonal entièrement humain qui inhibe spécifiquement la signalisation de l’interleukine 4 (IL-4) et de l’interleukine 13 (IL-13). Les données des essais cliniques consacrés à Dupixent ont montré que les protéines IL-4 et IL-13 jouent un rôle central dans la dermatite atopique, l’asthme et la polypose nasosinusienne et l’œsophagite à éosinophiles.

Source : Sanofi








MyPharma Editions

Excelya accueille trois sociétés de recherche contractuelle européennes

Publié le 6 juillet 2020
Excelya accueille trois sociétés de recherche contractuelle européennes

Excelya, une société phare de recherche contractuelle (CRO) spécialisée dans la recherche clinique, annonce ce jour que trois CRO européennes ont rejoint Excelya Group: Zeincro, basée en Europe du Centre-Est et du Sud, The Clinical Company, basée aux Pays-Bas et en Belgique, et Koehler eClinical, basée en Allemagne.

SparingVision : statut de médicament orphelin en Europe pour son candidat médicament SPVN06 pour les dystrophies rétiniennes héréditaires

Publié le 6 juillet 2020
SparingVision : statut de médicament orphelin en Europe pour son candidat médicament SPVN06 pour les dystrophies rétiniennes héréditaires

SparingVision, une société de biotechnologie spécialisée dans la recherche et le développement de thérapies innovantes pour le traitement des maladies dégénératives héréditaires de la rétine telles que la rétinite pigmentaire, a annoncé la décision de la Commission européenne d’accorder au candidat médicament SPVN06 le statut de « médicament orphelin » pour le traitement des dystrophies rétiniennes héréditaires.

Tollys obtient 1,5 millions d’euros de Bpifrance dans le cadre du plan Deeptech

Publié le 6 juillet 2020
Tollys obtient 1,5 millions d’euros de Bpifrance dans le cadre du plan Deeptech

Tollys, qui développe le TL-532, la première immunothérapie anticancéreuse basée sur un agoniste synthétique spécifique du récepteur Toll-like 3 (TLR3), a annoncé l’obtention d’une aide à l’innovation de 1,5 millions d’euros de la part de Bpifrance dans le cadre du plan Deeptech. L’objectif de ce plan est de démultiplier les actions de soutien à l’innovation de rupture en France et de renforcer la compétitivité française dans le domaine.

Covid-19 : Sanofi et Regeneron font le point sur l’essai de phase III consacré à Kevzara® aux États-Unis

Publié le 3 juillet 2020
Covid-19 : Sanofi et Regeneron font le point sur l’essai de phase III consacré à Kevzara® aux États-Unis

Sanofi et Regeneron Pharmaceuticals viennent d’annoncer que l’essai de phase III de Kevzara® (sarilumab) 400 mg mené aux États-Unis chez des patients présentant une infection Covid-19 nécessitant une ventilation mécanique n’a pas atteint ses critères d’évaluation primaire et secondaires lorsque Kevzara a été ajouté aux meilleurs soins de soutien, comparativement aux meilleurs soins de soutien seulement (placebo).

L’université de Tours et Theradiag signent deux accords simultanément

Publié le 3 juillet 2020
L'université de Tours et Theradiag signent deux accords simultanément

L’université de Tours et Theradiag, société spécialisée dans le diagnostic in vitro et le théranostic, ont annoncé avoir signé deux accords simultanément : un accord de licence exclusive portant sur la fabrication de protéines virales du Covid-19 et un accord de collaboration globale pouvant ouvrir à de nouveaux partenariats à l’avenir.

Ipsen rejoint une collaboration clinique pour évaluer le cabozantinib associé à l’atezolizumab dans le cancer du poumon et de la prostate métastatique

Publié le 2 juillet 2020
Ipsen rejoint une collaboration clinique pour évaluer le cabozantinib associé à l’atezolizumab dans le cancer du poumon et de la prostate métastatique

Ipsen a annoncé aujourd’hui que le Groupe rejoindra la collaboration clinique d’Exelixis et Roche et participera au financement des études pivotales internationales de phase III CONTACT-01 et CONTACT-02.

Covid-19 : Abivax traite un 1er patient dans l’essai de Phase 2b/3 d’ABX464

Publié le 2 juillet 2020
Covid-19 : Abivax traite un 1er patient dans l’essai de Phase 2b/3 d’ABX464

Abivax, société de biotechnologie au stade clinique qui mobilise le système immunitaire afin de développer de nouveaux traitements contre les maladies inflammatoires, le cancer et les maladies virales, a annoncé que le premier patient dans l’essai de Phase 2b/3 d’ABX464 dans le COVID-19 a été traité au Centre Hospitalier Universitaire de Nice (CHU Nice).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents