Edition du 24-09-2021

Accueil » Industrie » Stratégie

Servier : pose de la 1ère pierre de son nouveau centre de recherche à Saclay

Publié le mercredi 19 juin 2019

Servier : pose de la 1ère pierre de son nouveau centre de recherche à SaclayLe laboratoire pharmaceutique Servier a posé la 1ère pierre de son futur Institut de Recherche implanté au sein du cluster Paris-Saclay (région parisienne, France). Baptisé Institut de Recherche Servier Paris-Saclay, le futur Institut regroupera, d’ici 2022, l’ensemble des activités de recherche du groupe basées en France.

La cérémonie, présidée par Olivier Laureau, Président de Servier, s’est déroulée en présence d’Abdel-Kader Guerza, Sous-préfet de Palaiseau, de Cédric Villani, Député de l’Essonne, de Jean-François Vigier, Maire de Bures-sur-Yvette, Conseiller régional d’Île-de-France, représentant Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, de Michel Bournat, Maire de Gif-sur-Yvette et Président de la communauté d’agglomération Paris-Saclay, de Philippe Van de Maele, Directeur général de l’EPA Paris-Saclay, ainsi que de Jean-Michel Wilmotte, architecte du projet.

« C’est une grande joie et une grande fierté de poser aujourd’hui la première pierre du futur Institut de Recherche Servier Paris-Saclay, au sein de ce formidable eco-système d’innovation. Notre Groupe réaffirme son engagement pour la découverte de nouvelles solutions thérapeutiques au bénéfice des patients », a déclaré Olivier Laureau. « En regroupant les activités de recherche de nos quatre sites français en un lieu d’innovation unique à Paris-Saclay, le groupe Servier fait le choix de la France et s’engage dans un projet d’avenir qui dynamisera sa recherche sur le long terme, tout en attirant des chercheurs du monde entier ».

Paris-Saclay, un des 8 premiers clusters mondiaux de l’innovation

Le projet d’excellence porté par le cluster Paris-Saclay s’inscrit parfaitement dans la politique d’innovation ouverte du groupe Servier, à travers une stratégie de partenariats dynamique. Avec ce nouvel Institut de Recherche, le groupe Servier s’installe au plus près d’organismes scientifiques de pointe en matière d’innovation. Paris-Saclay se situe parmi les 8 premiers clusters mondiaux de l’innovation et regroupe 40 % des activités de R&D industrielle de la région parisienne.

L’écosystème de recherche cultivé au sein de Paris-Saclay est un avantage considérable pour développer de nouvelles solutions thérapeutiques. Le groupe Servier pourra s’appuyer notamment sur les expertises de CentraleSupélec, du Centre d’Etude Atomique, du Centre National de Recherche Scientifique, de l’Université Paris-Sud et de l’Ecole Normale Supérieure, qui sont déjà pour certains partenaires du Groupe depuis plusieurs années.

« La première pierre du nouvel Institut de Recherche de Servier vient concrétiser un travail collaboratif entre l’EPA Paris-Saclay et le groupe Servier. Nous nous réjouissons d’accueillir le groupe Servier au sein du pôle, renforçant ainsi le caractère d’excellence et le potentiel d’innovation de Paris-Saclay. Les synergies entre les acteurs du plateau que va induire la présence du groupe Servier est un atout de plus pour l’attractivité de la France en matière d’innovation scientifique et médicale », précise Philippe Van de Maele.

Accélérer la recherche au bénéfice des patients

Le groupe Servier compte aujourd’hui près de 2 900 collaborateurs en recherche et développement à travers le monde. Le futur Institut de Recherche Servier Paris-Saclay regroupera, en un seul lieu, les 600 chercheurs qui sont actuellement répartis sur 4 sites en France (Croissy-sur-Seine, Suresnes, Orléans et Gidy). Ce regroupement des activités de Recherche Servier en France, au sein d’un seul centre de recherche, permettra aux équipes d’accélérer la prise de décisions dans les projets, d’explorer de nouvelles façons de collaborer, de mutualiser plus efficacement leurs savoir-faire, de renforcer le partage de bonnes pratiques et d’encourager le développement de partenariats.

Cette dynamique de recherche sera également renforcée par la création, au sein de l’Institut, d’un incubateur unique en son genre en France. Les start-up les plus innovantes dans le domaine de la santé qui seront hébergées auront la possibilité à la fois de développer leurs projets de façon autonome, mais aussi de partager leur expertise avec les équipes Servier pour créer une dynamique partagée supplémentaire. D’une surface de 1 850 m2, ce lieu d’innovation offrira 80 postes de travail aux start-up, comprenant à la fois des laboratoires équipés, des espaces collaboratifs et des bureaux.

Cette nouvelle implantation va également permettre d’accélérer les travaux de recherche du Groupe spécialement en oncologie qui est une priorité stratégique pour Servier et un axe clé de sa recherche thérapeutique. Aujourd’hui, 700 collaborateurs dans 50 pays participent au développement de solutions thérapeutiques innovantes en oncologie. Au cours des deux prochaines années, l’oncologie représentera 50 % du budget R&D du Groupe1. Actuellement, cinq traitements contre le cancer sont disponibles sur le marché et le groupe Servier développe 12 candidats-médicaments. Dans ce domaine, Servier a conclu 21 partenariats avec des institutions académiques ainsi qu’avec des partenaires industriels et/ou des sociétés de biotechnologie.

« Ce nouvel Institut de Recherche est un outil formidable pour permettre au groupe Servier de répondre encore plus efficacement aux besoins non couverts des patients. En réunissant nos experts dans ce qui deviendra le plus grand centre de recherche du Groupe, nous garantissons une exploration plus rapide de nouvelles voies thérapeutiques, tout en profitant de hauts niveaux de connaissances et de savoir-faire qu’offre l’un des écosystèmes de recherche les plus dynamiques où la créativité, l’innovation et l’esprit d’entreprise sont promus et valorisés », explique Claude Bertrand, Vice-Président Exécutif R&D de Servier.

Un Institut de Recherche responsable

Conçu par le cabinet d’architectes Wilmotte et Associés, le nouvel Institut de Recherche intègrera les plus hauts standards en matière d’environnement, de santé et bien-être des occupants et de préservation de la biodiversité. Il visera la double certification HQE (Haute Qualité Environnementale) et WELL, ainsi qu’une labellisation BiodiverCity®. La construction du futur Institut de Recherche de Servier, d’environ 45 000 m2, sera finalisée en 2022.

« C’est un projet harmonieux et très ambitieux articulé autour du végétal et d’un élément fédérateur, symbole de l’unité et du dynamisme du groupe Servier. Cet anneau cristallin interagit avec des volumes élancés et sculptés pour favoriser les échanges, créer des synergies et former un véritable accélérateur d’innovation », déclare Jean-Michel Wilmotte.

Un ancrage français maintenu

A travers l’implantation à Saclay de son nouvel Institut de Recherche, le groupe Servier, deuxième laboratoire français, qui emploie 5 000 personnes en France, confirme sa volonté de contribuer au rayonnement de la recherche française dans le monde. La création de valeur en France qu’induira cet investissement révèle le choix assumé du Groupe de maintenir un fort ancrage sur l’Hexagone, où le Groupe dispose par ailleurs de deux usines de production et où son siège est historiquement implanté.

Source : Servier








MyPharma Editions

COVID long : GeNeuro et Northwestern University concluent une collaboration de recherche sur HERV-W ENV

Publié le 24 septembre 2021
COVID long : GeNeuro et Northwestern University concluent une collaboration de recherche sur HERV-W ENV

GeNeuro, société biopharmaceutique développant de nouveaux traitements pour les maladies neurodégénératives et auto-immunes, telles que la sclérose en plaques, a annoncé avoir conclu un accord de recherche avec la Northwestern University pour l’étude approfondie de la relation entre HERV-W ENV (W-ENV) et les syndromes neuropsychiatriques du COVID long.

AB Science : feu vert de l’autorité de santé canadienne pour une étude de Phase I/II avec sa molécule AB8939 dans la leucémie myéloïde aiguë

Publié le 24 septembre 2021
AB Science : feu vert de l’autorité de santé canadienne pour une étude de Phase I/II avec sa molécule AB8939 dans la leucémie myéloïde aiguë

AB Science vient d’annoncer que son étude clinique avec la molécule AB8939 chez les patients adultes atteints de leucémie myéloïde aiguë (LMA) en rechute/réfractaire a été approuvée par l’autorité de santé canadienne (Health Canada). La  » lettre de non-objection  » (‘No Objection Letter’, LNO) reçue de l’autorité canadienne confirme l’autorisation d’initier l’étude de phase I/II (AB18001) chez les patients atteints de LMA en rechute/réfractaire et de syndrome myélodysplasique (SMD) réfractaire.

Galapagos : avis positif du CHMP pour Jyseleca® dans la rectocolite hémorragique modérée à sévère chez l’adulte

Publié le 24 septembre 2021
Galapagos : avis positif du CHMP pour Jyseleca® dans la rectocolite hémorragique modérée à sévère chez l'adulte

Galapagos a annoncé que le CHMP (Comité des médicaments à usage humain) de l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) a émis un avis positif pour Jyseleca® (filgotinib), un inhibiteur préférentiel de JAK1 administré une fois par jour par voie orale, pour le traitement des patients adultes atteints de Rectocolite Hémorragique (RCH) modérément à sévèrement active

COVID-19 : Valneva poursuit l’expansion des essais cliniques de son candidat vaccin

Publié le 23 septembre 2021
COVID-19 : Valneva poursuit l’expansion des essais cliniques de son candidat vaccin

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé le début du recrutement des adolescents dans l’essai pivot de Phase 3 (VLA2001-301, “Cov-Compare”) pour son candidat vaccin inactivé contre la COVID-19, VLA2001. Les résultats initiaux de l’essai de Phase 3 « Cov-Compare » sont attendus au début du quatrième trimestre 2021, et Valneva souhaite les utiliser comme pivot pour l’obtention d’une approbation réglementaire de VLA2001 chez les adultes.

GeNeuro : un 1er patient ayant terminé l’étude ProTEct-MS est entré dans l’extension de l’étude

Publié le 23 septembre 2021
GeNeuro : un 1er patient ayant terminé l'étude ProTEct-MS est entré dans l'extension de l’étude

GeNeuro, société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements contre les maladies neurodégénératives et auto-immunes, notamment la sclérose en plaques (SEP), a annoncé qu’un premier patient ayant terminé l’étude ProTEct-MS au Centre académique spécialisé (ASC) du Karolinska Institutet à Stockholm, qui évalue le temelimab à des doses mensuelles de 18, 36 et 54 mg/kg chez des patients atteints de SEP, est entré dans l’extension de l’étude ProTEct-MS.

Hyloris : Jean-Luc Vandebroek nommé au poste de directeur financier

Publié le 23 septembre 2021
Hyloris : Jean-Luc Vandebroek nommé au poste de directeur financier

Hyloris Pharmaceuticals, une société biopharmaceutique belge engagée à répondre aux besoins médicaux non satisfaits en réinventant les médicaments existants, a annoncé que Jean-Luc Vandebroek rejoindra la société en tant que Directeur Financier.

Nicox : Résultats de l’étude de phase 2b Mississippi sur le NCX 4251 dans la blépharite

Publié le 23 septembre 2021
Nicox : Résultats de l’étude de phase 2b Mississippi sur le NCX 4251 dans la blépharite

Nicox, société internationale spécialisée en ophtalmologie, a annoncé les résultats de l’étude clinique de phase 2b Mississippi sur le NCX 4251. L’étude Mississippi portait sur l’évaluation du NCX 4251, suspension ophtalmique de propionate de fluticasone à 0,1%, administrée une fois par jour, contre placebo, chez des patients présentant des épisodes aigus de blépharite.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents