Edition du 23-04-2018

Vaccin H1N1: les médecins généralistes sont furieux

Publié le vendredi 8 janvier 2010

Pas contents les médecins ! Et pour cause : ils devront aller eux-mêmes chercher les doses dans les centres de vaccination pour vacciner leurs patients, et seront rémunérés 6,60 euros par injection si l’acte n’est pas pratiqué dans le cadre d’une consultation. Abracadabrantesque ?

 Même si Roselyne Bachelot leur a tendu la main en les autorisant à vacciner dans leurs cabinets, la vaisselle est bien cassée : la brouille entre le ministère de la Santé et les médecins de ville est bien loin de s’éteindre. Après bien des atermoiements, et même le refus de les laisser vacciner en ville -sans pour autant renoncer aux réquisitions-, le ministère de la Santé a fini (ou presque) par se rendre à la raison : tous les médecins qui le souhaitent, généralistes ou spécialistes, pourront vacciner leurs patients à partir du 12 janvier.

Les médecins ont donc gagné, mais il s’agit bien d’une victoire à la Pyrrhus. Et ils l’ont bien compris. Il faut bien avouer que, du point de vue du modus operandi, on reste dans la tradition : c’est bien chichiteux tout ça. Qu’on en juge ! Les praticiens candidats devront aller eux-mêmes chercher les doses dans un centre de vaccination. Le ministère juge que l’on ne peut pas faire autrement car les  doses sont conditionnées par boîtes de dix. Il n’est donc pas possible que les patients aillent eux-mêmes retirer le produit comme ils le font pour les vaccins contre la grippe saisonnière. Le président de la CSMF, le plus important des syndicats de médecins, le Dr Michel Chassang, estime pour sa part et non sans bon sens que les médecins n’auront pas le temps matériel d’aller les chercher. Les choses devraient s’arranger quand les doses seront disponibles dans un certain nombre de pharmacies, selon les mots de la ministre Roselyne Bachelot. Quant aux patients,  ils devront, en principe, se munir du bon envoyé par l’assurance-maladie. Dans la pratique, les médecins vaccineront tous ceux qui le souhaitent, y compris les patients qui n’ont pas de bon.

Mais les choses se gâtent au chapitre de la rémunération. Lorsqu’ils vaccineront dans le cadre d’une consultation, ils ne toucheront rien de plus que le tarif de base. S’ils veulent pratiquer des actes spécifiques, ils seront rémunérés 6,60 euros l’injection par l’assurance-maladie. Mais le patient ne paiera rien. Fureur des médecins qui estiment qu’il s’agit d’une « obole ».

Bref, entre les praticiens libéraux et l’Etat, c’est la rupture ou tout comme. Evidemment, le contexte des élections professionnelles prévues au printemps n’est pas propice au moindre arrangement : la négociation sur le renouvellement de la convention qui les lie à l’assurance maladie étant par ailleurs très mal engagée, on ne voit pas vraiment ce qui pourrait pousser les médecins de ville –qui se sont estimés humiliés d’avoir été tenus à l’écart de la phase 1 de la campagne de vaccination- à revenir dans les bras de la ministre. C’est même tout le contraire. Plus grave encore : du point de vue politique, la majorité semble avoir la mémoire courte. En 1997, au lendemain de la mise en place du Plan Juppé de maîtrise des dépenses d’assurance maladie, plan assorti de sanctions financières malhabiles et inapplicables envers les médecins qui prescrivaient trop, la droite avait essuyé une sacrée défaite aux élections législatives, amenant la gauche au pouvoir pour cinq ans. Il se disait alors que, pour se venger d’avoir été ainsi maltraités, les médecins de ville avaient invité leurs patients à sanctionner le gouvernement sortant. A quelques deux mois des élections régionales, la droite doit-elle craindre que l’Histoire lui repasse une deuxième fois le même plat ?

Hervé Karleskind © www.hkconseils.com








MyPharma Editions

Sensorion et UConn Health identifient le 1er biomarqueur potentiel lié à la perte auditive induite par le bruit

Publié le 23 avril 2018

Les résultats d’une nouvelle étude préclinique présentée à la 53ème réunion biannuelle de l’American Neurotology Society (ANS) ont mis en évidence le premier biomarqueur potentiel de la perte auditive causée par le bruit. Les résultats de cette étude collaborative ont été présentés conjointement par la société de biotechnologie française Sensorion et UConn Health, l’hôpital et centre de recherche médicale de l’Université du Connecticut, aux Etats-Unis.

Genfit : poursuite de l’essai de Phase 3 RESOLVE-IT évaluant elafibranor dans la NASH

Publié le 23 avril 2018
Genfit : poursuite de l’essai de Phase 3 RESOLVE-IT évaluant elafibranor dans la NASH

Genfit a annoncé que le Data Safety Monitoring Board (DSMB) – un comité de surveillance et de suivi indépendant – a formulé une recommandation positive pour la poursuite de l’essai clinique de Phase 3 RESOLVE-IT évaluant elafibranor dans la NASH sans aucune modification.

Lysogene : le Dr Peter Lichtlen nommé administrateur indépendant

Publié le 23 avril 2018
Lysogene : le Dr Peter Lichtlen nommé administrateur indépendant

Lysogene, société biopharmaceutique spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), a annoncé la nomination du Dr Peter Lichtlen en qualité d’administrateur indépendant sans fonction de direction, à compter du 1er avril 2018.

Médicaments pédiatriques : les derniers avis du Comité de l’EMA (mars 2018)

Publié le 20 avril 2018
Médicaments pédiatriques : les derniers avis du Comité de l’EMA (mars 2018)

L’ANSM revient sur la dernière réunion ( 20-23 mars 2018) du Comité des médicaments pédiatriques (PD CO) de l’Agence européenne des médicaments (EMA). Le PDCO a rendu au cours de cette session 2 avis favorables de PIPs (Plans d’Investigations Pédiatriques), dans les indications suivantes :

Servier rachète la branche Oncologie de Shire pour 2,4 milliards de dollars

Publié le 20 avril 2018
Servier rachète la branche Oncologie de Shire pour 2,4 milliards de dollars

Le laboratoire pharmaceutique français Servier vient de conclure un accord définitif, d’un montant de 2,4 milliards de dollars, portant sur l’acquisition de la branche Oncologie du laboratoire Shire, l’un des leaders mondiaux de la biotechnologie dans le domaine des maladies rares.

AB Science : avis négatif du CHMP pour le masitinib dans la sclérose latérale amyotrophique

Publié le 20 avril 2018
AB Science : avis négatif du CHMP pour le masitinib dans la sclérose latérale amyotrophique

AB Science, la société pharmaceutique spécialisée dans le développement d’inhibiteurs de protéines kinases (IPK), a annoncé que le Comité du Médicament à Usage Humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a adopté une opinion négative pour la demande d’autorisation de mise sur le marché du masitinib dans le traitement de la sclérose latérale amyotrophique chez l’adulte.

Philippe Teboul nommé General Manager de Bristol-Myers Squibb France

Publié le 20 avril 2018
Philippe Teboul nommé General Manager de Bristol-Myers Squibb France

Le 23 avril 2018, Philippe Teboul prendra la direction de la filiale française du groupe biopharmaceutique Bristol-Myers Squibb et il sera également nommé Président d’UPSA SAS. Il succèdera à Jean-Christophe Barland, nommé Président de Bristol-Myers Squibb Japon, Corée et Taïwan.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite





MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions