Edition du 04-07-2022

Vaccin H1N1: les médecins généralistes sont furieux

Publié le vendredi 8 janvier 2010

Pas contents les médecins ! Et pour cause : ils devront aller eux-mêmes chercher les doses dans les centres de vaccination pour vacciner leurs patients, et seront rémunérés 6,60 euros par injection si l’acte n’est pas pratiqué dans le cadre d’une consultation. Abracadabrantesque ?

 Même si Roselyne Bachelot leur a tendu la main en les autorisant à vacciner dans leurs cabinets, la vaisselle est bien cassée : la brouille entre le ministère de la Santé et les médecins de ville est bien loin de s’éteindre. Après bien des atermoiements, et même le refus de les laisser vacciner en ville -sans pour autant renoncer aux réquisitions-, le ministère de la Santé a fini (ou presque) par se rendre à la raison : tous les médecins qui le souhaitent, généralistes ou spécialistes, pourront vacciner leurs patients à partir du 12 janvier.

Les médecins ont donc gagné, mais il s’agit bien d’une victoire à la Pyrrhus. Et ils l’ont bien compris. Il faut bien avouer que, du point de vue du modus operandi, on reste dans la tradition : c’est bien chichiteux tout ça. Qu’on en juge ! Les praticiens candidats devront aller eux-mêmes chercher les doses dans un centre de vaccination. Le ministère juge que l’on ne peut pas faire autrement car les  doses sont conditionnées par boîtes de dix. Il n’est donc pas possible que les patients aillent eux-mêmes retirer le produit comme ils le font pour les vaccins contre la grippe saisonnière. Le président de la CSMF, le plus important des syndicats de médecins, le Dr Michel Chassang, estime pour sa part et non sans bon sens que les médecins n’auront pas le temps matériel d’aller les chercher. Les choses devraient s’arranger quand les doses seront disponibles dans un certain nombre de pharmacies, selon les mots de la ministre Roselyne Bachelot. Quant aux patients,  ils devront, en principe, se munir du bon envoyé par l’assurance-maladie. Dans la pratique, les médecins vaccineront tous ceux qui le souhaitent, y compris les patients qui n’ont pas de bon.

Mais les choses se gâtent au chapitre de la rémunération. Lorsqu’ils vaccineront dans le cadre d’une consultation, ils ne toucheront rien de plus que le tarif de base. S’ils veulent pratiquer des actes spécifiques, ils seront rémunérés 6,60 euros l’injection par l’assurance-maladie. Mais le patient ne paiera rien. Fureur des médecins qui estiment qu’il s’agit d’une « obole ».

Bref, entre les praticiens libéraux et l’Etat, c’est la rupture ou tout comme. Evidemment, le contexte des élections professionnelles prévues au printemps n’est pas propice au moindre arrangement : la négociation sur le renouvellement de la convention qui les lie à l’assurance maladie étant par ailleurs très mal engagée, on ne voit pas vraiment ce qui pourrait pousser les médecins de ville –qui se sont estimés humiliés d’avoir été tenus à l’écart de la phase 1 de la campagne de vaccination- à revenir dans les bras de la ministre. C’est même tout le contraire. Plus grave encore : du point de vue politique, la majorité semble avoir la mémoire courte. En 1997, au lendemain de la mise en place du Plan Juppé de maîtrise des dépenses d’assurance maladie, plan assorti de sanctions financières malhabiles et inapplicables envers les médecins qui prescrivaient trop, la droite avait essuyé une sacrée défaite aux élections législatives, amenant la gauche au pouvoir pour cinq ans. Il se disait alors que, pour se venger d’avoir été ainsi maltraités, les médecins de ville avaient invité leurs patients à sanctionner le gouvernement sortant. A quelques deux mois des élections régionales, la droite doit-elle craindre que l’Histoire lui repasse une deuxième fois le même plat ?

Hervé Karleskind © www.hkconseils.com








MyPharma Editions

Sensorion : approbation en Australie de l’essai clinique de preuve de concept du SENS-401

Publié le 1 juillet 2022
Sensorion : approbation en Australie de l’essai clinique de preuve de concept du SENS-401

Sensorion, société biotechnologique pionnière au stade clinique dédiée au développement de thérapies innovantes pour restaurer, traiter et prévenir les pertes d’audition, vient d’annoncer que le lancement d’une étude clinique de preuve de concept (POC) du SENS-401 (Arazasetron) chez les patients devant bénéficier d’un implant cochléaire a été approuvé par les autorités réglementaires en Australie.

Pierre Fabre et la Fondation EspeRare administrent un traitement expérimental à leur 1er patient dans le cadre de l’essai EDELIFE portant sur la XLHED

Publié le 1 juillet 2022
Pierre Fabre et la Fondation EspeRare administrent un traitement expérimental à leur 1er patient dans le cadre de l'essai EDELIFE portant sur la XLHED

La Fondation EspeRare et le groupe Pierre Fabre ont annoncé aujourd’hui que, dans le cadre de l’essai clinique EDELIFE, le premier patient avait reçu les trois injections prévues. Cet essai pivot est le premier en son genre, car le traitement est administré au bébé atteint de XLHED (dysplasie ectodermique hypohidrotique liée au chromosome X) alors qu’il se trouve encore dans l’utérus de sa mère. L’objectif de cet essai est de confirmer l’efficacité et l’innocuité d’ER004 pour le traitement prénatal des garçons atteints de XLHED.

Onxeo : la demande initiale d’IND pour AsiDNA a reçu l’approbation « Study May Proceed » de la part de la FDA

Publié le 1 juillet 2022
Onxeo : la demande initiale d’IND pour AsiDNA a reçu l’approbation « Study May Proceed » de la part de la FDA

Onxeo, société de biotechnologie au stade clinique spécialisée dans le développement de médicaments innovants ciblant les mécanismes de réponse aux dommages de l’ADN tumoral (DDR) pour lutter contre les cancers rares ou résistants, a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé la demande initiale d’Investigational New Drug (IND) pour AsiDNA, son candidat médicament « first-in-class ». Il s’agit de la première IND déposée par Onxeo depuis l’arrivée de l’équipe américaine en avril 2022.

Cellectis dévoile dans Nature Communications de nouvelles cellules CAR T universelles immuno-évasives dotées d’une persistance potentiellement améliorée

Publié le 1 juillet 2022
Cellectis dévoile dans Nature Communications de nouvelles cellules CAR T universelles immuno-évasives dotées d'une persistance potentiellement améliorée

Cellectis, société de biotechnologie de stade clinique, qui utilise sa technologie pionnière d’édition de génome TALEN® pour développer de potentielles thérapies innovantes pour le traitement de maladies graves, vient de publier des données de recherche sur ses nouvelles cellules CAR T universelles aux propriétés immuno-évasives dans Nature Communications, suite à sa présentation orale à l’American Society of Cell and Gene Therapy (ASGCT) le 16 mai dernier.

NèreS élit son nouveau conseil d’Administration et renouvelle son bureau

Publié le 30 juin 2022
NèreS élit son nouveau conseil d’Administration et renouvelle son bureau

Lors de son Assemblée générale annuelle, NèreS (ex. AFIPA), organisation professionnelle qui représente les laboratoires pharmaceutiques produisant et commercialisant des produits de santé et de prévention de premier recours disponibles en pharmacie sans ordonnance (médicaments, dispositifs médicaux et compléments alimentaires), a élu son nouveau Conseil d’administration pour les deux prochaines années. A cette occasion, Vincent COTARD a été reconduit comme Président de NèreS à l’unanimité.

Thérapies cellulaires : Galapagos acquiert CellPoint et AboundBio

Publié le 30 juin 2022
Thérapies cellulaires : Galapagos acquiert CellPoint et AboundBio

Galapagos, CellPoint et AboundBio ont annoncé aujourd’hui avoir conclu un accord définitif avec Galapagos, propulsant Galapagos dans la thérapie cellulaire de nouvelle génération tout en élargissant considérablement son portefeuille de recherche et ses capacités.

Amolyt Pharma : Mark Sumeray nommé au poste de Chief Medical Officer

Publié le 30 juin 2022
Amolyt Pharma : Mark Sumeray nommé au poste de Chief Medical Officer

Amolyt Pharma, société spécialisée dans le développement de peptides thérapeutiques ciblant les maladies endocriniennes rares, a annoncé le recrutement de Mark Sumeray, M.D., MS, FRCS, figure du secteur des biotechnologies, au poste de Chief Medical Officer. Mark Sumeray occupait la fonction de Chief Medical Officer d’Amryt Pharmaceuticals, depuis septembre 2016.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents