Edition du 19-01-2022

Vaccins COVID-19 : la Haute Autorité de Santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses

Publié le samedi 23 janvier 2021

Vaccins COVID-19 : la Haute Autorité de Santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 dosesLa Haute Autorité de Santé (HAS) a préconisé dans un communiqué publié samedi d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses de vaccin à ARN messager (vaccins de Pfizer et de Moderna). Objectif de la mesure : “protéger plus vite un plus grand nombre de personnes à risque d’hospitalisation ou de décès”.

“L’arrivée de nouveaux variants sur le territoire national et l’actuelle recrudescence épidémique rendent urgente une accélération de la vaccination dans les plus brefs délais, en particulier pour les sujets les plus à risque de forme sévère de Covid-19”, alerte ainsi la Haute autorité de santé.

Dans un contexte d’approvisionnement progressif des doses de vaccins au fil de l’année 2021, la HAS s’est penchée sur la possibilité de reporter la seconde dose de vaccin à ARNm, afin de faire bénéficier de la première dose un plus grand nombre de personnes vulnérables, avant que la situation épidémique ne se dégrade davantage. Dans le prolongement des avis de l’Organisation mondiale de la Santé, de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et de Santé publique France, elle conclut “qu’il parait raisonnable d’étendre pour tous le délai d’administration de la deuxième dose des vaccins à ARNm à 6 semaines, la première dose offrant déjà une protection contre le virus”.

“Espacer les deux doses permettrait de vacciner au moins 700 000 personnes de plus le premier mois”

L’ANSM a eu l’occasion de préciser que l’AMM du vaccin Comirnaty® permettait d’espacer les deux doses de 21 à 42 jours. Pour étudier l’impact d’un recours systématique au délai de 42 jours entre la première et la deuxième dose des deux vaccins à ARNm (de Pfizer BioNtech et de Moderna), la HAS s’est appuyée sur des modélisations de l’Institut Pasteur. Quelle que soit l’hypothèse retenue sur le rythme de vaccination, ces modélisations montrent que cet allongement permet de vacciner plus rapidement les populations les plus à risque. Ainsi, selon la HAS, “sur le premier mois de mise en œuvre de cette mesure, ce sont au moins 700 000 personnes supplémentaires qui seraient protégées par le vaccin. D’autres modélisations réalisées au niveau international, américaines et canadiennes notamment, corroborent ces résultats”.

“Parallèlement, à l’échelle individuelle, le risque de perte d’efficacité paraît limité. Dans les essais cliniques, le délai d’administration entre les deux doses était de 3 ou 4 semaines, mais les résultats des essais de phase 3 pour les vaccins à ARNm, actuellement disponibles, montrent une efficacité du vaccin Comirnaty® de Pfizer BioNtech qui débute à partir du 12ème jour après la première dose et celle du vaccin de Moderna à partir du 14ème jour après la première dose”, précise la HAS.

Ainsi, tout en notant qu’il n’y a pas, à ce jour, de position consensuelle entre les différents pays, la HAS recommande que l’administration de la seconde dose soit décalée à 6 semaines pour les deux vaccins à ARNm, en réaffirmant le caractère indispensable de l’administration de la seconde dose. L’objectif est d’accélérer la vaccination d’un plus grand nombre de personnes vulnérables et dans l’ordre de priorité préalablement établi par la HAS afin d’épargner des vies et la saturation du système de santé.

Elle considère que cette mesure ne sera efficace qu’à la condition qu’elle soit mise en œuvre rapidement et que les doses de vaccins soient réservées effectivement aux populations les plus à risque de forme grave de Covid-19 ou de décès : les personnes âgées de plus de 75 ans puis les personnes âgées de 65 à 74 ans, en commençant par celles présentant des comorbidités.
“Dans tous les cas, les mesures barrières et de distanciation physique devront être maintenues à leur niveau optimal”, prévient-elle.

Source : HAS








MyPharma Editions

Transgene et PersonGen collaborent pour l’évaluation d’une nouvelle combinaison thérapeutique contre les tumeurs solides

Publié le 19 janvier 2022
Transgene et PersonGen collaborent pour l’évaluation d’une nouvelle combinaison thérapeutique contre les tumeurs solides

Transgene, société de biotechnologie qui développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, et PersonGen BioTherapeutics, société chinoise de biotechnologie qui développe des thérapies cellulaires CAR-T innovantes contre les cancers solides et hématologiques, ont annoncé une collaboration stratégique visant à évaluer la faisabilité et l’efficacité d’une combinaison thérapeutique associant l’injection de cellules CAR-T TAA06 de PersonGen à un virus oncolytique, issu de la plateforme Invir.IO™ de Transgene, administré par voie intraveineuse.

Neurosciences : Biogen annonce une nouvelle collaboration avec la start-up TheraPanacea

Publié le 19 janvier 2022
Neurosciences : Biogen annonce une nouvelle collaboration avec la start-up TheraPanacea

Biogen vient d’annoncer une nouvelle collaboration avec TheraPanacea, centrée sur plusieurs aires thérapeutiques en neurosciences et renforçant les liens existants entre les deux sociétés. L’objectif est de s’appuyer sur le machine learning (ML) et l’intelligence artificielle (IA) afin de tirer profit de l’imagerie médicale et d’autres sources de données cliniquement pertinentes

Stallergenes Greer annonce un partenariat de recherche avec Imperial College London

Publié le 18 janvier 2022
Stallergenes Greer annonce un partenariat de recherche avec Imperial College London

Stallergenes Greer annonce un partenariat de recherche avec Imperial College LondonStallergenes Greer, laboratoire biopharmaceutique spécialisé dans l’immunothérapie allergénique (ITA), a annoncé un partenariat de recherche avec Imperial College London portant sur les biomarqueurs de l’efficacité de l’ITA. Imperial College London est l’une des dix meilleures universités au monde, internationalement réputée dans les domaines des sciences, de la médecine, de l’ingénierie et des affaires.

Seekyo renforce son conseil scientifique avec l’arrivée de deux nouveaux membres

Publié le 17 janvier 2022
Seekyo renforce son conseil scientifique avec l’arrivée de deux nouveaux membres

Seekyo, startup spécialisée dans le développement d’une Smart Chemotherapy, a annoncé la nomination de deux nouveaux membres au sein de son conseil scientifique : le Dr Jacques Medioni et le Dr Jean-Pierre Bizzari. Les thérapies développées par Seekyo ciblent de manière très sélective le microenvironnement tumoral, limitant ainsi les effets secondaires engendrés par les traitements classiques. Au côté des conjugués anticorps-médicaments (ADC-Antibody-Drug Conjugates), ces thérapies pourraient changer la donne pour les patients et praticiens en matière de traitement des tumeurs solides

OSE Immunotherapeutics : Dominique Costantini nommée Directrice générale intérimaire suite au départ d’Alexis Peyroles

Publié le 17 janvier 2022
OSE Immunotherapeutics : Dominique Costantini nommée Directrice générale intérimaire suite au départ d’Alexis Peyroles

OSE Immunotherapeutics a annoncé le départ d’Alexis Peyroles en tant que Directeur général de la société. Dominique Costantini, actuellement Présidente du Conseil d’administration d’OSE Immunotherapeutics et Directrice générale de 2012 à 2018, a été nommée Directrice générale intérimaire, avec effet immédiat. La recherche d’un nouveau Directeur général a démarré avec l’aide d’un cabinet de recrutement international de premier plan.

Univercells annonce l’acquisition de SynHelix

Publié le 15 janvier 2022
Univercells annonce l’acquisition de SynHelix

Univercells vient d’annoncer l’acquisition de SynHelix, une société de biotechnologie qui vise à accélérer le développement de biothérapies grâce à une technologie de synthèse d’ADN sans précédent, robuste, évolutive et automatisée, permettant de générer en une seule étape de longs fragments d’ADN, à grande échelle et avec une grande pureté, dans une installation conforme aux normes cGMP.

Lysogene : résiliation des accords de licence avec Sarepta pour le programme LYS-SAF302

Publié le 14 janvier 2022
Lysogene : résiliation des accords de licence avec Sarepta pour le programme LYS-SAF302

Lysogene, société biopharmaceutique s’appuyant sur une plateforme technologique de thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), a annoncé la résiliation des accords de licence avec Sarepta pour LYS-SAF302, un actif de phase 2/3 dans la mucopolysaccharidose de type IIIA (MPS IIIA) avec effet au 11 juillet 2022. Cette résiliation fait suite à des discussions infructueuses pour le transfert à Lysogene de la responsabilité de la production du produit commercial LYS-SAF302 au niveau mondial.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents