Edition du 12-04-2021

Accueil » Et aussi » Médecine » Recherche

Vie et mort des neurones : comment un virus peut tout contrôler

Publié le mardi 26 janvier 2010

Des chercheurs de l’Institut Pasteur et du CNRS viennent de découvrir que le virus de la rage exprime dans l’une de ses protéines une région clé qui lui permet de maintenir en vie les neurones humains qu’il infecte, condition sine qua non à sa propagation dans l’organisme. En identifiant les mécanismes qui modulent la survie ou la mort des neurones, ces recherches pourraient ouvrir la voie à des perspectives thérapeutiques, potentiellement applicables au traitement de maladies neurodégénératives ou d’autres pathologies.

Des chercheurs de l’Institut Pasteur et du CNRS, au sein de l’unité de Neuroimmunologie virale, dirigée par Monique Lafon, et de l’unité de Résonance magnétique nucléaire, dirigée par Muriel Delepierre, viennent d’identifier dans la protéine d’enveloppe du virus de la rage, appelée protéine G, une région clé capable d’induire soit la survie soit la mort des neurones humains infectés. Les scientifiques ont montré que cette région clé formée par les tout derniers acides aminés de la protéine constituait un site d’interaction essentiel à ces fonctions. Cette région s’est révélée en effet contrôler l’affinité de la protéine G et la nature les protéines du neurone avec laquelle la protéine virale interagit.

Pour assurer son cycle infectieux dans le système nerveux de l’hôte, le virus de la rage doit maintenir en vie les neurones qu’il infecte. Les souches virales atténuées, comme celles qui ont permis l’éradication par la vaccination de la rage sauvage en France, en sont incapables, et sont donc ainsi rendues non virulentes. Pour déterminer la région clé de la protéine G nécessaire au virus pour maintenir ses cellules-cibles en vie, les scientifiques ont utilisé des virus chimériques recombinés, exprimant des protéines G hybrides issues de souches virales virulente et atténuée. Ils ont ainsi montré qu’une seule mutation de cette région suffisait à modifier la nature des partenaires cellulaires et à induire la mort des neurones infectés, faisant ainsi perdre au virus rabique sa pathogénicité.

Les chercheurs s’attachent à présent à comprendre les mécanismes de signalisation moléculaire impliqués et à identifier des molécules de synthèse -peptides issus de la protéine G, ou des molécules les mimant- à visée thérapeutique. Il serait en effet envisageable d’utiliser ce morceau-clé de protéine G, ou d’une molécule de synthèse dérivée le mimant, pour induire la survie ou la régénération neuronale, ou au contraire pour tuer des cellules tumorales, qui se multiplient de manière anarchique. Ces travaux, aujourd’hui encore très fondamentaux, pourraient alors ouvrir le champ à des perspectives thérapeutiques, notamment dans le domaine du traitement des maladies neurodégénératives et de la cancérologie.

  Source : Institut Pasteur

Attenuation of Rabies Virulence: Takeover by the Cytoplasmic Domain of its Envelope Protein, Science Signaling, online le 19 janvier 2009








MyPharma Editions

Sanofi : des données cliniques intermédiaires valident le profil « non-alpha » de THOR-707, sa nouvelle IL-2 expérimentale

Publié le 9 avril 2021
Sanofi : des données cliniques intermédiaires valident le profil « non-alpha » de THOR-707, sa nouvelle IL-2 expérimentale

Sanofi a annoncé que les données intermédiaires d’un premier essai chez l’homme évaluant l’innocuité, l’activité thérapeutique et la dose maximale tolérable de THOR-707 (SAR444245), une interleukine-2 (IL-2) non-alpha hautement différenciée expérimentale, en monothérapie et en association avec un anti-PD-1, seront présentés dans le cadre d’une séance de posters de dernière minute au Congrès annuel de l’American Association for Cancer Research (AACR), qui comprendra des données supplémentaires mises à jour.

Microbiologie : dans les coulisses du site Merck à Molsheim avec la campagne Microbiotiful

Publié le 9 avril 2021
Microbiologie : dans les coulisses du site Merck à Molsheim avec la campagne Microbiotiful

Le groupe de sciences et technologies allemand Merck dispose de 11 sites d’activités en France, dont 7 de production. Son site de Molsheim en Alsace est le plus important en termes d’effectif et de chiffre d’affaires (le groupe a d’ailleurs annoncé en mars un nouvel investissement dédié de 25 millions d’euros). Il appartient à la branche Life Science, division dédiée au développement, à la production et à la commercialisation de produits et services pour l’industrie des sciences de la vie. Pour sensibiliser à ses métiers et valoriser son expertise, Merck France lance la campagne Microbiotiful.

Teva : AMM européenne pour Seffalair® Spiromax® et BroPair® Spiromax®

Publié le 8 avril 2021
Teva : AMM européenne pour Seffalair® Spiromax® et BroPair® Spiromax®

Teva Pharmaceuticals Europe a annoncé avoir reçu l’autorisation de mise sur le marché de l’UE pour Seffalair Spiromax et son homologue BroPair Spiromax (xinafoate de salmétérol/propionate de fluticasone, en doses de 12,75/100 et 12,75/202 microgrammes) comme traitement d’entretien de l’asthme chez les adultes et les adolescents de plus de 12 ans. Les premiers lancements sont prévus au Portugal, en Suisse, en Espagne et au Royaume-Uni.

Biogen : AMM européenne pour TYSABRI® sous-cutanée dans la SEP récurrente-rémittente

Publié le 8 avril 2021

Biogen vient d’annoncer que la Commission européenne a accordé une autorisation de mise sur le marché pour l’administration par voie sous-cutanée (SC) de TYSABRI® (natalizumab) pour traiter les adultes présentant des formes très actives de sclérose en plaques (SEP) récurrente-rémittente.

Cancer : OncoDNA et myNEO s’allient pour déployer l’utilisation de l’ARN messager à des fins thérapeutiques

Publié le 7 avril 2021
Cancer : OncoDNA et myNEO s’allient pour déployer l’utilisation de l’ARN messager à des fins thérapeutiques

OncoDNA, une société de théranostique et de génomique spécialisée dans la médecine de précision, et myNEO, une société d’intelligence artificielle spécialisée dans l’identification de cibles en immuno-oncologie, viennent de dévoiler une collaboration qui entend révolutionner le traitement du cancer. Les deux entreprises ont convenu de consolider leurs technologies afin de faciliter la production de vaccins personnalisés pour les patients à court de traitements.

Sanofi crée une entité à but non lucratif pour l’accès à des médicaments essentiels dans les pays les plus pauvres

Publié le 7 avril 2021
Sanofi crée une entité à but non lucratif pour l’accès à des médicaments essentiels dans les pays les plus pauvres

Paul Hudson, Directeur général de Sanofi, a présenté plusieurs projets clés que le groupe mettra en œuvre pour amplifier l’impact de sa stratégie de Responsabilité Sociétale. Intégré à la stratégie long terme de Sanofi, l’engagement de l’entreprise repose sur 4 piliers essentiels où Sanofi dispose des meilleurs atouts pour faire la différence : l’accès aux médicaments, le soutien aux communautés vulnérables, la préservation de l’environnement et l’inclusion et la diversité de ses collaborateurs.

Leem : Anna Braeken (Bayer HealthCare SAS) entre au Conseil d’administration

Publié le 7 avril 2021
Leem : Anna Braeken (Bayer HealthCare SAS) entre au Conseil d’administration

Le Conseil d’administration du Leem (Les Entreprises du Médicament) a coopté, le 6 avril 2021, une nouvelle administratrice : Anna Braeken, Directrice générale la division Pharma France chez Bayer, dans la famille des laboratoires européens, en remplacement de Jost Reinhard.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents