Edition du 22-01-2021

Accueil » Et aussi » Médecine » Recherche

Vie et mort des neurones : comment un virus peut tout contrôler

Publié le mardi 26 janvier 2010

Des chercheurs de l’Institut Pasteur et du CNRS viennent de découvrir que le virus de la rage exprime dans l’une de ses protéines une région clé qui lui permet de maintenir en vie les neurones humains qu’il infecte, condition sine qua non à sa propagation dans l’organisme. En identifiant les mécanismes qui modulent la survie ou la mort des neurones, ces recherches pourraient ouvrir la voie à des perspectives thérapeutiques, potentiellement applicables au traitement de maladies neurodégénératives ou d’autres pathologies.

Des chercheurs de l’Institut Pasteur et du CNRS, au sein de l’unité de Neuroimmunologie virale, dirigée par Monique Lafon, et de l’unité de Résonance magnétique nucléaire, dirigée par Muriel Delepierre, viennent d’identifier dans la protéine d’enveloppe du virus de la rage, appelée protéine G, une région clé capable d’induire soit la survie soit la mort des neurones humains infectés. Les scientifiques ont montré que cette région clé formée par les tout derniers acides aminés de la protéine constituait un site d’interaction essentiel à ces fonctions. Cette région s’est révélée en effet contrôler l’affinité de la protéine G et la nature les protéines du neurone avec laquelle la protéine virale interagit.

Pour assurer son cycle infectieux dans le système nerveux de l’hôte, le virus de la rage doit maintenir en vie les neurones qu’il infecte. Les souches virales atténuées, comme celles qui ont permis l’éradication par la vaccination de la rage sauvage en France, en sont incapables, et sont donc ainsi rendues non virulentes. Pour déterminer la région clé de la protéine G nécessaire au virus pour maintenir ses cellules-cibles en vie, les scientifiques ont utilisé des virus chimériques recombinés, exprimant des protéines G hybrides issues de souches virales virulente et atténuée. Ils ont ainsi montré qu’une seule mutation de cette région suffisait à modifier la nature des partenaires cellulaires et à induire la mort des neurones infectés, faisant ainsi perdre au virus rabique sa pathogénicité.

Les chercheurs s’attachent à présent à comprendre les mécanismes de signalisation moléculaire impliqués et à identifier des molécules de synthèse -peptides issus de la protéine G, ou des molécules les mimant- à visée thérapeutique. Il serait en effet envisageable d’utiliser ce morceau-clé de protéine G, ou d’une molécule de synthèse dérivée le mimant, pour induire la survie ou la régénération neuronale, ou au contraire pour tuer des cellules tumorales, qui se multiplient de manière anarchique. Ces travaux, aujourd’hui encore très fondamentaux, pourraient alors ouvrir le champ à des perspectives thérapeutiques, notamment dans le domaine du traitement des maladies neurodégénératives et de la cancérologie.

  Source : Institut Pasteur

Attenuation of Rabies Virulence: Takeover by the Cytoplasmic Domain of its Envelope Protein, Science Signaling, online le 19 janvier 2009








MyPharma Editions

Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Publié le 21 janvier 2021
Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Le groupe pharmaceutique Servier et MiNA Therapeutics, une société pionnière dans les thérapies par activation de l’ARN, ont annoncé un partenariat de recherche pour identifier et développer des thérapies utilisant des petits ARN activateurs (saRNA) pour le traitement des troubles neurologiques.

Transgene : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Publié le 21 janvier 2021
Transgene  : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, a annoncé que pour la première fois en France, TG4050, son immunothérapie individualisée innovante, a été administrée à un patient atteint d’un cancer de la tête et du cou. Ce nouveau vaccin thérapeutique est issu de la plateforme technologique myvac®, qui utilise une technologie d’Intelligence Artificielle (IA) pour personnaliser le traitement de chaque patient.

Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Publié le 21 janvier 2021
Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Vect-Horus, une société de biotechnologies qui conçoit et développe des vecteurs permettant la délivrance de molécules thérapeutiques ou d’agents d’imagerie à des organes cibles, vient de clôturer sa série D. Un premier tour réalisé en septembre 2020 pour 6,7M€ vient d’être complété d’un second en décembre 2020 pour 5,3M€ auprès d’investisseurs privés portant ainsi le montant total de cette série à 12M€.

Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Publié le 20 janvier 2021
Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Ipsen a annoncé la nomination de Gwenan White en tant que Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques à compter de mars 2021. Basée à Boulogne (France), elle sera responsable de concevoir, mettre en oeuvre, diriger la stratégie et les activités de communication ainsi que les relations publiques d’Ipsen à l’échelle globale.

Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Publié le 20 janvier 2021
Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Le Conseil d’administration du Leem a coopté, le 19 janvier 2021, deux nouveaux administrateurs : Denis Hello, Vice-Président, General Manager d’AbbVie France, dans la famille des laboratoires américains en remplacement de Pierre-Claude Fumoleau et Stéphane Lepeu, Directeur Général Délégué-Commercial de Delpharm, en remplacement de Sébastien Aguettant. Nouveau Président de CDMO France[1], il représente les façonniers dans le collège des organisations professionnelles.

Servier annonce les derniers résultats de la survie globale de l’étude exploratoire de Phase II TASCO1 de Lonsurf® + bevacizumab

Publié le 19 janvier 2021
Servier annonce les derniers résultats de la survie globale de l'étude exploratoire de Phase II TASCO1 de Lonsurf® + bevacizumab

Servier a annoncé les résultats actualisés de l’étude exploratoire de Phase II TASCO1 évaluant LONSURF® (trifluridine/tipiracil) + bevacizumab et capécitabine + bevacizumab (C-B) en première ligne pour les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique non résécable (mCRC) et non éligibles pour un traitement intensif.1 Ces données ont été présentées lors d’une présentation orale au Symposium sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO 2021 (ASCO-GI).

Orphelia Pharma et Ethypharm signent un contrat de licence pour le développement et la commercialisation de Kigabeq® en Chine

Publié le 19 janvier 2021
Orphelia Pharma et Ethypharm signent un contrat de licence pour le développement et la commercialisation de Kigabeq® en Chine

Ethypharm et Orphelia Pharma ont annoncé la signature d’un accord exclusif pour le développement, l’enregistrement et la commercialisation en République Populaire de Chine de Kigabeq® (vigabatrine) indiqué dans le traitement de première intention des spasmes infantiles (syndrome de West).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents