Edition du 18-10-2018

VIH : l’OMS publie ses recommandations sur l’utilisation d’antirétroviraux à des fins prophylactiques

Publié le lundi 23 juillet 2012

 L’OMS a publié ses premières recommandations aux pays qui envisagent de proposer des traitements anti-VIH, connus sous le nom d’antirétroviraux (ARV) pour protéger les personnes qui ne sont pas infectées mais se trouvent exposées à un risque élevé d’infection par le virus.

Ces recommandations s’appuient sur les résultats d’essais cliniques selon lesquels le traitement antirétroviral par voie orale appelé prophylaxie avant exposition, que les personnes VIH-négatives prennent chaque jour pour réduire le risque d’infection, est à la fois sans risque pour ces personnes et efficace contre le VIH. L’étude iPrEX montre que la prophylaxie avant exposition peut réduire les infections à VIH d’environ 40% chez les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes – et jusqu’à 73% chez ceux qui prennent ce traitement régulièrement. L’étude sur la prophylaxie avant exposition menée au Kenya et en Ouganda auprès de partenaires a montré une protection de 75% chez les couples sérodiscordants (couples dans lesquels une des deux personnes est VIH-positive).

Les différents résultats obtenus dans ces études mettent en évidence les bienfaits potentiels de la prophylaxie avant exposition mais soulignent également la nécessité de l’associer à l’usage régulier du préservatif. Ils montrent également l’importance du dépistage fréquent du VIH, des conseils et du traitement des infections sexuellement transmissibles.

Ils soulignent également l’importance de la prise quotidienne des médicaments. De nombreuses personnes exposées à un risque élevé d’infection par le VIH ne sont peut-être pas en mesure de suivre assidûment le protocole thérapeutique requis et l’enjeu consiste alors à déterminer le meilleur moyen d’administrer le traitement prophylactique avant exposition à ceux qui peuvent en tirer le plus grand bienfait dans le contexte de la «vie réelle», afin d’obtenir l’observance nécessaire et le maximum d’acquis pour la santé publique.

Introduire cette prophylaxie dans les pays

Pour mieux comprendre de quelle façon la prophylaxie avant exposition peut être efficace dans un programme combiné de prévention du VIH, l’OMS encourage les pays désireux d’introduire cette prophylaxie avant exposition à commencer par mettre en place de petits projets pour aider les agents de santé publique à mieux comprendre et à obtenir ses bienfaits potentiels. Dans ces projets, les ARV seraient administrés aux personnes exposées à un risque élevé d’infection par le VIH. Il pourrait s’agir d’hommes qui ne sont pas infectés ou de femmes transsexuelles qui ont des rapports avec des hommes et risquent d’être VIH-positifs. Le but est d’identifier les groupes qui tireront le plus grand bienfait de la prophylaxie avant exposition et de déterminer le meilleur moyen de leur offrir ces services.

L’OMS évaluera les résultats de ces projets au regard des données scientifiques en constante évolution. Ces résultats aideront à déterminer le meilleur moyen d’intégrer les recommandations sur la prophylaxie avant exposition dans les principes directeurs de l’OMS sur l’utilisation des antirétroviraux pour prévenir et traiter les infections à VIH. Ces principes directeurs seront consolidés ultérieurement et devraient être disponibles au cours de l’été 2013.

Nouvelles recommandations

Les nouvelles recommandations qui viennent d’être publiées stipulent que les points ci-dessous devront faire l’objet d’une attention particulière dans les projets:

– veiller à ce que les personnes demandant une prophylaxie avant exposition soient effectivement séronégatives pour le VIH, pour empêcher le développement d’une pharmacorésistance;
– encourager les personnes sous prophylaxie avant exposition à continuer à utiliser les préservatifs;
– vérifier que les personnes demandant une prophylaxie avant exposition n’aient pas de pathologie médicale susceptible de rendre les ARV inopérants (maladies rénales ou osseuses existantes par exemple);
suivre toute manifestation indésirable;
aider les personnes sous prophylaxie avant exposition à prendre le médicament chaque jour, conformément au schéma thérapeutique;
veiller à ce que les personnes sous prophylaxie avant exposition puissent se procurer facilement leur médicament, sans rupture d’approvisionnement, au moment et à l’endroit qui leur conviennent;
soumettre régulièrement les personnes sous prophylaxie avant exposition à un test de dépistage du VIH et rechercher tout signe de pharmacorésistance en cas de résultat positif;
veiller à ce que les personnes qui interrompent leur traitement prophylactique avant exposition aient continuellement accès aux services de prévention du VIH;
rassembler davantage d’informations sur le rapport coût-efficacité de la prophylaxie avant exposition pour aider les pays à décider de la meilleure façon d’allouer le peu de ressources disponibles, en particulier là où ceux qui ont besoin d’un traitement anti-VIH n’y ont pas tous accès.

La Food and Drug Administration des États-Unis d’Amérique a approuvé cette semaine l’utilisation d’un ARV dans le cadre d’une stratégie globale de prévention du VIH dans le pays, qui prévoit l’usage du préservatif et d’autres pratiques sans risque ainsi que le dépistage et les conseils. Le fabricant de la pilule qui a été approuvée estime que ce médicament coûtera 13,9 dollars par personne et par an aux États-Unis d’Amérique.

La XIXe Conférence internationale sur le sida se déroulera à Washington D.C. du 22 au 27 juillet 2012 sur le thème: «Inversons la tendance tous ensemble». L’OMS présentera des propositions pour interrompre plus rapidement la transmission du VIH, en associant les dernières avancées scientifiques à ce qui peut être fait sur le terrain. Il s’agira notamment d’un document de réflexion sur l’usage stratégique des antirétroviraux, d’un rapport sur la pharmacorésistance dans le monde, de recommandations sur la prévention et le traitement du VIH et des infections sexuellement transmissibles chez les professionnels du sexe et enfin de recommandations sur la prévention de l’hépatite (une co-infection courante avec le VIH) chez les consommateurs de drogues par injection.

Source : OMS








MyPharma Editions

Theranexus prévoit de renforcer son pipeline de phase 2 avec un troisième programme

Publié le 17 octobre 2018
Theranexus prévoit de renforcer son pipeline de phase 2 avec un troisième programme

À l’occasion de la Journée Mondiale contre la Douleur, Theranexus, société biopharmaceutique innovante dans le traitement des maladies neurologiques et pionnière dans le développement de candidats médicaments agissant sur l’interaction entre neurones et cellules gliales, annonce son objectif de lancer au premier semestre 2019 une étude clinique de phase 2 dans le traitement des douleurs neuropathiques avec son candidat médicament THN 101.

GeNeuro confirme le potentiel de nouveaux anticorps ciblant les HERV-K dans la maladie de Charcot

Publié le 17 octobre 2018
GeNeuro confirme le potentiel de nouveaux anticorps ciblant les HERV-K dans la maladie de Charcot

GeNeuro, a annoncé, suite aux données positives résultant de sa collaboration avec le NINDS, un organisme faisant partie du NIH (National Institutes of Health) aux États-Unis, sur des modèles précliniques de sclérose latérale amyotrophique (SLA), que la société a signé une licence exclusive mondiale portant sur un programme de développement d’anticorps bloquant l’activité des pHERV-K Env, une protéine d’enveloppe rétrovirale codée par un membre pathogène de la famille des rétrovirus endogènes humains HERV-K, jouant potentiellement un rôle clé dans la pathogénie de la SLA.

Sarepta et Lysogene signent un accord de licence exclusif pour la thérapie génique LYS-SAF302

Publié le 17 octobre 2018
Sarepta et Lysogene signent un accord de licence exclusif pour la thérapie génique LYS-SAF302

Sarepta Therapeutics, une société américaine leader dans la médecine de précision génétique pour traiter des maladies rares, a annoncé la signature d’un accord de licence avec Lysogene, une société biopharmaceutique pionnière spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), pour développer LYS-SAF302, une thérapie génique visant à traiter la mucopolysaccharidose de type IIIA (MPS IIIA).

Nanobiotix reçoit un versement initial de 16 millions d’euros au titre du prêt accordé par la BEI

Publié le 16 octobre 2018
Nanobiotix reçoit un versement initial de 16 millions d’euros au titre du prêt accordé par la BEI

Nanobiotix, société française pionnière en nanomédecine développant de nouvelles approches thérapeutiques pour le traitement du cancer, a annoncé avoir reçu le versement d’un montant initial de 16 millions d’euros au titre du prêt non-dilutif conclu avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI) annoncé le 26 juillet 2018.

Le Pr Michel Sadelain, Lauréat du Prix Pasteur-Weizmann / Servier 2018

Publié le 16 octobre 2018
Le Pr Michel Sadelain, Lauréat du Prix Pasteur-Weizmann / Servier 2018

Le prix Pasteur-Weizmann / Servier 2018* a été attribué le 16 octobre 2018 au Professeur Michel Sadelain, Directeur du centre d’ingénierie cellulaire au Memorial Sloan-Kettering Cancer Center (New York).

Oncodesign : des résultats de l’étude clinique du radiotraceur 18F-ODS2004436 dans le cancer du poumon

Publié le 16 octobre 2018
Oncodesign : des résultats de l’étude clinique du radiotraceur 18F-ODS2004436 dans le cancer du poumon

Oncodesign et le Centre Georges François Leclerc (CGFL), centre de lutte contre le cancer de Bourgogne, ont annoncé aujourd’hui la présentation des résultats détaillés des deux premières étapes de leur étude clinique dans le cancer du poumon à l’occasion de la 31e édition de l’EANM1 qui se tient du 13 au 17 Octobre 2018 à Düsseldorf en Allemagne.

Inventiva annonce la dernière visite du dernier patient pour son étude de Phase IIb dans la SSc

Publié le 16 octobre 2018
Inventiva annonce la dernière visite du dernier patient pour son étude de Phase IIb dans la SSc

Inventiva, société biopharmaceutique qui développe des traitements innovants pour la stéatohépatite non alcoolique (NASH), la sclérodermie systémique (SSc) et les mucopolysaccharidoses (MPS), a annoncé la dernière visite du dernier patient inclus dans l’étude de Phase IIb FASST (For A Systemic Sclerosis Treatment), ainsi que la deuxième analyse positive du Data Safety Monitoring Board (DSMB) concernant son étude de Phase IIb NATIVE (NASH Trial to Validate IVA337 Efficacy), ces deux études étant menées avec le lanifibranor.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions