Edition du 16-05-2022

Agressions de médecins : augmentation spectaculaire en 2010

Publié le mercredi 30 mars 2011

Avec 920 déclarations pour 2010, l’Observatoire de la sécurité du Conseil national de l’Ordre des médecins enregistre une hausse sans précédent des actes de violences envers les praticiens. Le CNOM annonce la signature prochaine d’un partenariat avec les ministères de l’Intérieur, de la Justice et de la Santé pour mettre en place des solutions concrètes en faveur de la protection et la sécurité des médecins.

Malgré les actions déployées pour prévenir le nombre d’agressions subies par les médecins, les résultats de l’Observatoire de la sécurité 2010 montrent une hausse importante du nombre de violences à leur égard (920 en 2010 contre 512 en 2009). Le taux de victimisation de l’année 2010 (0,46) a ainsi doublé par rapport à celui de 2009 (0,26). Il s’agit de la hausse la plus conséquente depuis le pic de 2007 qui révélait 837 agressions, pour un déficit de dépôt de plaintes toujours aussi inquiétant.

Concernant la nature des actes, le CNOM constate une hausse du taux d’agressions verbales (63% 2010 contre 57% en 2009), qui représentent le premier caractère de sinistralité. De même, avec un taux de 25%, les vols à l’encontre des médecins connaissent une légère hausse et constituent toujours la deuxième cause d’agressions. En revanche, on peut dénoter une baisse des agressions physiques (13% en 2010 contre 16% en 2009), tandis que les incidents en centre-ville ont été multipliés par deux (461 en 2010 contre 230 en 2009).

Les femmes médecins davantage victimes d’agressions
Les résultats dévoilent que les généralistes restent les plus touchés par l’insécurité, représentant 62% des médecins agressés. Un résultat lourd de sens lorsque l’on sait que la population des généralistes compte pour la moitié des médecins. Les spécialistes les plus affectés par les agressions sont des ophtalmologistes, des médecins du travail et des psychiatres. Par ailleurs, les résultats démontrent une augmentation du nombre de femmes médecins victimes d’agressions (43% en 2010 contre 37% en 2009).

Parmi les facteurs expliquant les agressions à l’égard des médecins, le reproche d’une mauvaise prise en charge, les tentatives de vols ou encore le refus de prescription et un temps d’attente jugé excessif sont les causes les plus citées.

Depuis ces quatre dernières années, le département de la Seine Saint-Denis reste en tête des déclarations d’incidents, comptant 79 des 920 déclarations recensées par l’étude, contre 54 des 512 déclarations en 2009. Ce département est suivi de près par le Nord, qui connait un pic de sinistralité important (70 en 2010 contre 22 en 2009), le Val d’Oise (49), l’Isère (39), le Val de Marne (35) et le Rhône (34).

L’ensemble de ces facteurs est fortement susceptible d’avoir des conséquences négatives sur l’installation des médecins en secteur libéral et au sein des territoires sensibles, au détriment de l’accès aux soins des patients.

Des mesures rapides pour la sécurité des médecins
Michel Legmann, Président du CNOM, annonce la signature prochaine d’un partenariat entre le CNOM et les ministères de l’Intérieur, de la Justice et de la Santé, afin d’adopter des mesures concrètes pour assurer la sécurité des médecins, parmi lesquelles :

– L’extension de l’Observatoire de la sécurité à l’ensemble des professions de santé à Ordre, afin d’apprécier la problématiques dans sa globalité
– Des relations renforcées entre les institutions ordinales et les services de sécurité publique pour favoriser la mise en œuvre des dispositions légales prévues pour les agressions dont sont victimes les professionnels de santé dans leur exercice.
– Permettre un contact direct entre les médecins exerçant dans des zones affichant un nombre d’incidents importants et le Secrétariat d’Etat-major (un fonctionnaire et un numéro de téléphone dédiés) , pour accélérer les procédures de dépôt de plainte
– La mise à disposition pour les médecins d’un boitier de géolocalisation, permettant de détecter et localiser le professionnel venant de subir une agression.

Source : CNOM








MyPharma Editions

Sanofi : résultats positifs pour Sarclisa® en association dans le myélome multiple

Publié le 16 mai 2022
Sanofi : résultats positifs pour Sarclisa® en association dans le myélome multiple

Sanofi a annoncé que les derniers résultats de l’essai clinique IKEMA de phase III évaluant Sarclisa® (isatuximab) en association avec le carfilzomib et la dexaméthasone (Kd) montrent que cette association thérapeutique a permis d’obtenir une survie médiane sans progression de 35,7 mois (Hazard Ratio [HR] 0,58 ; intervalle de confiance [IC] à 95 % : 25,8 à 44,0 ; n=179), comparativement à 19,2 mois chez les patients ayant reçu le traitement Kd seulement (IC à 95 % : 15,8 à 25,1 ; n=123), selon l’évaluation réalisée par un comité indépendant.

Nicox annonce une nouvelle structure de gouvernance

Publié le 16 mai 2022
Nicox annonce une nouvelle structure de gouvernance

Nicox, société internationale spécialisée en ophtalmologie, a annoncé que son Conseil d’administration a décidé le 13 mai 2022 de nommer Andreas Segerros Directeur Général de Nicox à effet du 1er juin 2022 suite à sa décision de mettre fin au mandat de Michele Garufi, co-fondateur de Nicox et Président Directeur Général depuis sa création en 1996. Michele Garufi restera membre du Conseil d’administration.

COVID-19 : Valneva reçoit de la Commission Européenne un avis d’intention de résiliation de son contrat de fourniture de vaccins

Publié le 16 mai 2022
COVID-19 : Valneva reçoit de la Commission Européenne un avis d’intention de résiliation de son contrat de fourniture de vaccins

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé avoir reçu de la Commission Européenne un avis d’intention de résiliation de l’accord de fourniture de son candidat vaccin inactivé à virus entier contre la COVID-19, VLA2001.

Immuno-oncologie : Domain Therapeutics finalise un financement de €39m en Série A

Publié le 13 mai 2022
Immuno-oncologie : Domain Therapeutics finalise un financement de €39m en Série A

Domain Therapeutics, une société biopharmaceutique spécialisée dans la recherche et développement de traitements innovants en immuno-oncologie ciblant les récepteurs couplés aux protéines G (RCPGs), vient d’annoncer une levée de fonds Série A de €39m (US $42m) menée par Panacea Venture, CTI Life Sciences et 3B Future Health Fund, auxquels se sont joints adMare BioInnovations, Schroders Capital, Omnes, Turenne Capital, Theodorus, Viva BioInnovator et un investisseur déjà présent, Seventure Partners.

Accès aux nouveaux médicaments : les patients d’Europe du Sud et de l’Est attendent 6 fois plus longtemps

Publié le 13 mai 2022
Accès aux nouveaux médicaments : les patients d'Europe du Sud et de l'Est attendent 6 fois plus longtemps

Dans sa dernière étude, la Fédération Européenne des Industries et Associations Pharmaceutiques (EFPIA) révèle notamment d’importantes disparités d’accès aux nouveaux médicaments pour les patients en Europe mais également au sein même d’un pays. Un écart de 90 % dans l’accès des patients a été constaté entre les pays d’Europe du Nord et de l’Ouest et les pays d’Europe du Sud et de l’Est.

BioWin lance Urgence Talents, une initiative unique pour répondre aux défis du recrutement en Belgique

Publié le 12 mai 2022
BioWin lance Urgence Talents, une initiative unique pour répondre aux défis du recrutement en Belgique

BioWin, le pôle de compétitivité en santé de la Région Wallonne, vient d’annoncer le lancement d’Urgence Talents, une nouvelle initiative visant à relever les défis posés par le recrutement dans l’industrie biotech et medtech en Belgique. Pour la première fois, des acteurs publics et privés s’associent pour répondre aux besoins spécifiques et urgents des entreprises cherchant à recruter des talents dans le secteur des biotechnologies et de l’industrie de la santé.

GeNeuro : autorisation de Swissmedic pour initier une étude de Phase II évaluant le temelimab pour les syndromes neuropsychiatriques sévères post-COVID

Publié le 12 mai 2022
GeNeuro : autorisation de Swissmedic pour initier une étude de Phase II évaluant le temelimab pour les syndromes neuropsychiatriques sévères post-COVID

GeNeuro, société biopharmaceutique développant de nouveaux traitements pour les maladies neurodégénératives et auto-immunes, telles que la sclérose en plaques (SEP), la sclérose latérale amyotrophique (SLA) et les conséquences neuropsychiatriques sévères du COVID-19 (post-COVID), a annoncé qu’elle a reçu l’autorisation de l’Autorité de Santé suisse (Swissmedic) pour lancer une étude de phase II évaluant le temelimab chez des patients atteints de syndromes neuropsychiatriques sévères post-COVID.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents