Edition du 13-05-2021

AstraZeneca : des résultats démontrent l’efficacité du durvalumab dans le carcinome urothélial

Publié le mercredi 8 juin 2016

AstraZeneca : des résultats démontre l'efficacité du durvalumab dans le carcinome urothélialAstraZeneca et sa division internationale de recherche-développement MedImmune spécialisée dans les biomédicaments ont aujourd’hui communiqué les résultats démontrant l’efficacité et l’innocuité du durvalumab, un anticorps sélectif du ligand de la protéine de mort programmée 1 (PD-L1), chez les patients atteints d’un carcinome urothélial avancé.

Les résultats préliminaires de l’essai de phase I/II présentés lors de la réunion annuelle de l’association américaine d’oncologie clinique (ASCO, American Society of Clinical Oncology) indiquent un taux de réponse objectif de 31 % chez tous les patients évaluables avec un intervalle de confiance à 95 % (IC) de 18 % à 47 %, et de 46 % (IC : 28 % – 66 %) chez les patients dont les tumeurs présentent un taux élevé d’expression de PD-L1 (1). Le taux de contrôle de la maladie, défini comme une réponse complète ou partielle confirmée ou une stabilisation durant 12 semaines ou plus, est de 48 % (IC : 32 % à 64 %) chez tous les patients évaluables et de 57 % (IC : 37 % à 76 %) chez les patients dont les tumeurs présentent un taux élevé d’expression de PD-L1. La durée médiane de réponse n’avait pas encore été atteinte.

« L’efficacité observée de la monothérapie de deuxième ligne au durvalumab contre le cancer vésical est très encourageante et confirme la fiabilité de notre test de diagnostic indiquant un lien clair entre la réponse au durvalumab et l’expression du PD-L1. Nous nous réjouissons de poursuivre l’étude du durvalumab dans le cadre de notre essai baptisé DANUBE sur le traitement de première ligne du cancer vésical, qui couvre à la fois la monothérapie et l’association avec le tremelimumab », explique David Berman, vice-président directeur et responsable des médicaments innovants pour l’oncologie chez MedImmune.

Une dose de 10 mg/kg de durvalumab par intraveineuse a été administrée toutes les deux semaines sur une période allant jusqu’à 12 mois et un profil d’innocuité gérable a été démontré chez tous les patients (n = 61). Les effets secondaires les plus couramment signalés (au moins 5 % des patients) sont tous de niveau 1 ou 2 : fatigue (13 %), diarrhée (10 %), diminution de l’appétit (8 %), arthralgie (7 %), asthénie (7 %), nausées (7 %) et fièvre (7 %). Trois patients rapportent des effets secondaires de niveau 3 (une lésion rénale aiguë, une réaction liée à la perfusion et une flambée tumorale).

Le docteur Christophe Massard, responsable des essais cliniques de phase I à l’Institut Gustave Roussy de Villejuif en France, ajoute : « Ces résultats préliminaires positifs viennent une nouvelle fois appuyer le profil d’efficacité clinique et d’innocuité du durvalumab pour le traitement du cancer vésical et confirment la capacité potentielle du durvalumab de révolutionner la prise en charge de cette population de patients, pour laquelle les thérapies disponibles sont encore largement insuffisantes ».

En 2016, le durvalumab s’est vu octroyer la désignation de « Breakthrough Therapy » par le secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques, pour son potentiel de traitement des patients atteints d’un carcinome urothélial inopérable ou métastatique, et positif pour le PD-L12. Le durvalumab fait également l’objet d’essais en monothérapie ou en association avec le tremelimumab dans le traitement du cancer bronchopulmonaire à grandes cellules, du cancer cervico-facial, du cancer vésical, du cancer de l’estomac, du cancer du pancréas, du carcinome hépatocellulaire (CHC) et des leucémies. Il s’agit de l’un des piliers du programme d’immuno-oncologie de stade avancé d’AstraZeneca, qui couvre plus de 7 000 patients dans le cadre de 19 essais cliniques portant sur divers types de tumeurs.

1 Massard C et al. Safety and Efficacy of Durvalumab (MEDI4736), an Anti-PD-L1 Immune Checkpoint Inhibitor, in Patients with Advanced Urothelial Bladder Cancer. Manuscrit accepté. Publication en juin 2016.

Source : AstraZeneca








MyPharma Editions

Cellectis et Sanofi s’associent pour utiliser l’alemtuzumab en tant qu’agent lymphodéplétant pour les CAR-T allogéniques

Publié le 12 mai 2021
Cellectis et Sanofi s’associent pour utiliser l’alemtuzumab en tant qu’agent lymphodéplétant pour les CAR-T allogéniques

Cellectis, une société biopharmaceutique de phase clinique spécialisée dans le développement d’immunothérapies fondées sur les cellules CAR-T allogéniques ingéniérées (UCART) et Sanofi, ont annoncé la signature d’un partenariat et d’un contrat d’approvisionnement concernant l’alemtuzumab, un anticorps monoclonal anti-CD52, qui sera utilisé dans le cadre du régime de lymphodéplétion dans certains essais cliniques propriétaires de Cellectis évaluant les cellules UCART.

Ipsen exerce son option de licence et rejoint Exelixis dans le développement de Cabometyx® pour les patients atteints de cancer de la thyroïde

Publié le 12 mai 2021
Ipsen exerce son option de licence et rejoint Exelixis dans le développement de Cabometyx® pour les patients atteints de cancer de la thyroïde

Ipsen a annoncé aujourd’hui avoir exercé son option de collaboration avec Exelixis dans l’étude pivotale de Phase III COSMIC-311. L’étude COSMIC-311 évalue Cabometyx® (cabozantinib) 60 mg par rapport à un placebo chez des patients atteints d’un cancer de la thyroïde différencié (DTC) réfractaire à l’iode radioactif ayant progressé après un à deux traitements antérieurs ciblant le récepteur du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGFR)2.

Genfit : mise à jour du portefeuille de produits et lancement de nouveaux programmes cliniques

Publié le 12 mai 2021
Genfit : mise à jour du portefeuille de produits et lancement de nouveaux programmes cliniques

Genfit , société biopharmaceutique de phase avancée engagée dans l’amélioration de la vie des patients atteints de maladies hépatiques et métaboliques, vient d’annoncer un recentrage de ses activités de R&D sur l’Acute on Chronic Liver Failure (ACLF) et les maladies cholestatiques.

Nanobiotix s’associe à Lianbio pour le développement et la commercialisation de NBTXR3 en Chine et sur plusieurs marchés asiatiques

Publié le 12 mai 2021
Nanobiotix s'associe à Lianbio pour le développement et la commercialisation de NBTXR3 en Chine et sur plusieurs marchés asiatiques

Nanobiotix, société française de biotechnologie, pionnière des approches fondées sur la physique pour élargir les possibilités de traitement des patients atteints de cancer, a annoncé un partenariat avec LianBio, société de biotechnologie dédiée à la mise à disposition de médicaments innovants pour les patients de Chine et sur les principaux marchés asiatiques, afin de développer et de commercialiser le principal produit-candidat de Nanobiotix, NBTXR3, potentiel premier produit de la catégorie des radio-enhancers, en Chine élargie (Chine continentale, Hong Kong, Taïwan et Macao), en Corée du Sud, à Singapour et en Thaïlande.

Pherecydes Pharma étend son portefeuille de brevets avec un nouveau brevet accordé à Hong Kong

Publié le 11 mai 2021
Pherecydes Pharma étend son portefeuille de brevets avec un nouveau brevet accordé à Hong Kong

Pherecydes Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans la phagothérapie de précision destinée à traiter les infections bactériennes résistantes et/ou compliquées, a annoncé l’accord des autorités de Hong-Kong pour la délivrance d’un brevet pour ses phages anti-Pseudomonas Aeruginosa sur ce territoire.

Iktos et Facio Therapies vont collaborer en utilisant l’IA pour la conception de traitements de la dystrophie facio-scapulo-humérale

Publié le 11 mai 2021
Iktos et Facio Therapies vont collaborer en utilisant l’IA pour la conception de traitements de la dystrophie facio-scapulo-humérale

Iktos, société spécialisée dans l’intelligence artificielle pour la conception de nouveaux médicaments, et Facio Therapies, société de découverte et développement de médicaments axée sur la mise au point de traitements pour la dystrophie facio-scapulo-humérale (FSH), ont annoncé leur entrée en collaboration pour appliquer la technologie d’intelligence artificielle (IA) de modélisation générative d’Iktos dans l’un des programmes de découverte de médicaments de Facio.

Xenothera signe un contrat de précommande de son traitement anti-COVID avec le gouvernement français

Publié le 11 mai 2021
Xenothera signe un contrat de précommande de son traitement anti-COVID avec le gouvernement français

Xenothera a annoncé la signature d’un contrat de réservation de 30.000 doses unitaires de XAV-19 avec le Ministère de la Santé et des Solidarités français. Le XAV-19 est l’anticorps polyclonal anti-SARS-CoV-2 développé en France par la biotech nantaise, sur la base de sa technologie d’anticorps glyco-humanisés. Ce traitement est destiné aux patients atteints de COVID modérée, pour éviter l’aggravation de la maladie et un transfert en réanimation.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents