Edition du 25-03-2019

Genfit : feu vert de la FDA pour son protocole d’essai clinique de Phase 2 pour elafibranor dans la NASH pédiatrique

Publié le mercredi 13 mars 2019

Genfit : feu vert de la FDA pour son protocole d'essai clinique de Phase 2 pour elafibranor dans la NASH pédiatriqueGenfit, société biopharmaceutique de phase avancée focalisée sur la découverte et le développement de solutions thérapeutiques et diagnostiques innovantes dans le domaine des maladies du foie, notamment d’origine métabolique, a annoncé l’approbation par la FDA du protocole d’un essai clinique pédiatrique de Phase 2 évaluant elafibranor chez des enfants et adolescents atteints de NASH.

Premier essai pédiatrique NASH basé sur de solides données de Phase 2 chez l’adulte

Elafibranor est en position idéale pour être évalué chez l’enfant et l’adolescent atteint de NASH, au regard de ses résultats concluants de Phase 2 dans la NASH[1] adulte :

. Efficacité sur la « résolution de la NASH sans aggravation de la fibrose » (26% elafibranor vs 5% placebo ; p-value 0,02), critère d’évaluation réglementaire pour une autorisation de mise sur le marché, basé sur une biopsie, et visant les causes de progression de la maladie ;

. Profil cardiovasculaire avantageux (réduction des taux de LDL, TG, HDL, amélioration de la sensibilité à l’insuline), reconnu comme un élément important pour les patients NASH ;

. Aucune inquiétude soulevée quant au profil de sécurité et de tolérabilité, paramètres essentiels dans le cadre d’une maladie chronique et silencieuse comme la NASH.

Sur la base de ces preuves cliniques, GENFIT avait déjà obtenu l’approbation de son PSP (Pediatric Study Plan) par la FDA ainsi que l’approbation de son PIP (Pediatric Investigation Plan) par l’EMA (European Medicines Agency), ouvrant ainsi la voie au lancement de cet essai pédiatrique inédit. La randomisation des premiers patients devrait commencer dans les prochaines semaines.

Design de l’étude

. Étude destinée à évaluer le profil pharmacocinétique et pharmacodynamique ainsi que le profil de sécurité et de tolérabilité de deux doses d’elafibranor (80 mg et 120 mg) ;
. 20 patients âgés de 8 à 17 ans, atteints de NASH ;
. Durée de 12 semaines ;
. Étude ouverte ;
. Randomisée sur deux bras ;
. Multicentrique aux États-Unis.

Le fardeau de la NASH dans la population pédiatrique

La maladie du foie gras, ou NAFLD (nonalcoholic fatty liver disease) constitue l’anomalie hépatique la plus couramment diagnostiquée chez les enfants[2], et est associée à l’insulinorésistance et l’hypertriglycéridémie[3]. La NAFLD est considérée comme la manifestation hépatique du syndrome métabolique, et devrait être suspectée chez tous les enfants et adolescents en surpoids ou obèses[4].

Des chiffres inquiétants, collectés en 1988 et 2010 chez plus de 8000 enfants et adolescents américains (participant à l’étude NHANES) font état d’un triplement des taux de NAFLD, de 3.3% à 10.1%, et d’une prévalence de la NASH presque multipliée par cinq, passant de 0.7% à 3.4% sur cette même période, provoquant des maladies hépatiques sévères[5].

Les études démontrent également que 17% des enfants américains atteints de NAFLD présentent probablement une fibrose[6]. Parmi les enfants obèses, ceux présentant un syndrome métabolique ont trois fois plus de risques de développer une NAFLD que les enfants présentant une fonction métabolique normale[7]. Il existe une différence statistiquement significative entre la NASH et la NAFLD, mettant en évidence un risque cardiovasculaire plus élevé chez les enfants atteints de NASH[8].

Dr. Joel Lavine, MD, Ph.D., Co-président du NASH CRN (NIDDK), Professeur et Chef de Gastroentérologie/Hépatologie/Nutrition Pédiatrique, Columbia University, New-York, USA a commenté: « L’obésité pédiatrique est un diagnostic problématique pour les enfants, leurs familles et la communauté médicale plus globalement. La prévalence de la NASH chez l’enfant est en augmentation rapide – conséquence directe des modes de vies modernes, d’habitudes alimentaires dégradées et d’activité physique insuffisante – provoquant une inquiétude importante chez les hépatologues, gastroentérologues et diabétologues dans le monde entier. L’essai évaluant elafibranor dans la NASH pédiatrique est le premier du genre, et constitue une étape-clé dans l’écosystème de la NASH. Le rationnel scientifique, basé sur les résultats cliniques d’une Phase 2 effectuée chez l’adulte est solide. Le profil de sécurité neutre d’elafibranor couplé à son efficacité cardiométabolique pourrait répondre aux besoins médicaux majeurs auxquels ces enfants font face. En l’absence d’intervention efficace, les enfants présentant une dysfonction métabolique sont à risque de progression vers la fibrose avancée, le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires. C’est pour cette raison que la communauté scientifique attend avec impatience les résultats d’elafibranor dans cette population NASH. »

Dean Hum, Directeur Général Adjoint de GENFIT, a ajouté : « L’initiation d’un essai de Phase 2 évaluant elafibranor dans la NASH pédiatrique est déterminante, puisqu’il n’existe à notre connaissance aucune autre molécule ayant démontré une efficacité clinique chez l’adulte dans une Phase 2b NASH, qui ait progressé dans le cadre d’une évaluation pédiatrique. Au regard du nombre important d’enfants entre 8 et 17 ans atteints de NASH, GENFIT se réjouit d’explorer la possibilité d’apporter à ces enfants et adolescents une option de traitement dans un futur proche. Au-delà de l’utilisation clinique d’elafibranor, nous pensons que les données scientifiques générées grâce à l’essai seront hautement utiles pour les médecins cherchant à lutter contre cette maladie, et auront un impact fort dans le domaine encore immature de la NASH pédiatrique. »

[1] Ratziu, et al. (2016). Elafibranor, an Agonist of the Peroxisome Proliferator-Activated Receptor-a and -d, Induces Resolution of Nonalcoholic Steatohepatitis Without Fibrosis Worsening. Gastroenterology, 150(5), pp.1147-1159.e5.
[2] Schwimmer, et al. (2006). Prevalence of Fatty Liver in Children and Adolescents. Pediatrics, 118(4), pp.1388-1393.
[3] Schwimmer, J., Pardee, P., Lavine, J., Blumkin, A. and Cook, S. (2008). Cardiovascular Risk Factors and the Metabolic Syndrome in Pediatric Nonalcoholic Fatty Liver Disease. Circulation, 118(3), pp.277-283.
[4] Nobili, V., et al. (2015). Nonalcoholic Fatty Liver Disease. JAMA Pediatrics, 169/2: 170.
[5] Selvakumar, et al. (2016). Reduced lysosomal acid lipase activity – A potential role in the pathogenesis of non alcoholic fatty liver disease in pediatric patients. Digestive and Liver Disease, 48/8: 909-913.
[6] Africa et al., In Children With Nonalcoholic Fatty Liver Disease, Zone 1 Steatosis Is Associated With Advanced Fibrosis. Clin Gastroenterol Hepatol, 2017.
[7] Papandreou, D., Karavetian, M., Karabouta, Z., & Andreou, E. (2017). Obese Children with Metabolic Syndrome Have 3 Times Higher Risk to Have Nonalcoholic Fatty Liver Disease Compared with Those without Metabolic Syndrome. International Journal of Endocrinology, 2017: 1-5.
[8] AASLD, Poster 20-96, Konomi et al., 2017, NASH CRN, Vos, 2017.

Source : GENFIT








MyPharma Editions

Biosynex sélectionné pour intégrer le réseau Bpifrance excellence

Publié le 22 mars 2019

Reconnu par BPI France pour son fort potentiel de croissance, le groupe Biosynex, qui conçoit, fabrique et distribue des Tests de Diagnostic Rapide (TDR), a été sélectionné pour intégrer le réseau Bpifrance Excellence.

AlzProtect collabore avec Parexel pour la phase 2a de l’AZP2006

Publié le 22 mars 2019
AlzProtect collabore avec Parexel pour la phase 2a de l’AZP2006

AlzProtect , société biopharmaceutique engagée dans le développement de médicaments pour le traitement de la maladie d’Alzheimer, a annoncé que Parexel Biotech, une nouvelle division de Parexel International Corporation, a été sélectionnée pour réaliser le développement clinique de phase 2a de AZP2006 pour le traitement de la paralysie supranucléaire progressive (PSP), une maladie dégénérative rare du cerveau.

Santé animale : Hervé de Cidrac nommé à la tête de Zoetis France

Publié le 22 mars 2019
Santé animale : Hervé de Cidrac nommé à la tête de Zoetis France

Zoetis, l’entreprise américaine de santé animale, a annoncé la nomination de Hervé de Cidrac au poste de Président Directeur Général de Zoetis en France. Hervé de Cidrac prendra ses fonctions chez Zoetis le 1er Avril 2019.

Deinove reçoit 1,5 m€ de Bpifrance pour la 1ère étape du programme AGIR

Publié le 22 mars 2019
Deinove reçoit 1,5 m€ de Bpifrance pour la 1ère étape du programme AGIR

La société de biotechnologie française Deinove a annoncé avoir franchi avec succès la première étape clé du programme AGIR – Antibiotiques contre les Germes Infectieux Résistants – qui bénéficie du soutien du Programme d’Investissements d’Avenir. Ce passage d’étape a déclenché le paiement de 1,5 m€ à Deinove.

Maladies métaboliques : Servier collabore avec des chercheurs de Harvard

Publié le 21 mars 2019
Maladies métaboliques : Servier collabore avec des chercheurs de Harvard

Le laboratoire pharmaceutique Servier s’associe avec des chercheurs de l’Université de Harvard dans une étude collaborative pour explorer une nouvelle voie dans le traitement du diabète de type 2 et de la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD, Non-Alcoholic Fatty Liver Disease).

CNRS : Jean-Luc Moullet nommé directeur général délégué à l’innovation

Publié le 21 mars 2019
CNRS : Jean-Luc Moullet nommé directeur général délégué à l’innovation

Jean-Luc Moullet a été nommé directeur général délégué à l’innovation par Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, à compter du 18 mars 2019. Cette fonction permet de renforcer le pilotage et la coordination de l’ensemble des activités de l’organisme en matière d’innovation, de valorisation et de transfert de technologies.

Infertilité humaine : Igyxos lève 7,5M€ pour financer le développement de son candidat médicament

Publié le 21 mars 2019
Infertilité humaine : Igyxos lève 7,5M€ pour financer le développement de son candidat médicament

Igyxos, société de biotechnologie spécialisée dans le développement d’un nouveau traitement contre l’infertilité féminine et masculine, a annoncé le succès de sa levée de fonds de 7,5 millions d’euros dans le cadre d’une Série A menée par Bpifrance, via le Fonds Accélération Biotechnologies Santé géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions