Edition du 18-05-2022

Accueil » Industrie » Management

Industrie pharmaceutique : de nouvelles mesures pour l’égalité professionnelle hommes – femmes

Publié le mercredi 19 juillet 2017

Industrie pharmaceutique : de nouvelles mesures pour l'égalité professionnelle hommes - femmesLe Leem a signé le 6 juillet avec la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC, FO et l’UNSA un nouvel accord sur l’égalité professionnelle hommes – femmes (la CGT s’est déclarée non signataire). Bien que le secteur de l’industrie du médicament affiche des écarts réduits en matière d’égalité professionnelle entre femmes et hommes, des mesures ont été adoptées pour réduire les inégalités constatées dans les plus hauts postes de responsabilités.

Les négociations entre les partenaires sociaux et le Leem ont été ouvertes en mai 2017, suite à la publication par le Leem d’un rapport présentant la situation comparée des femmes et des hommes dans la branche. Ce rapport témoigne d’un taux important de féminisation des emplois dans l’industrie du médicament (57,1% en 2015). Toutefois, des inégalités subsistent au niveau des cadres dirigeants.

« Le nouvel accord, qui révise un accord collectif du 24 mars 2011, s’inscrit dans une démarche volontariste de la part des industriels du médicament de réduire les inégalités encore existantes », indique le Leem dans un communiqué.

Dans le détail, les femmes représentent 57% des 100 000 salariés de l’industrie du médicament en 2015, à comparer à la moyenne de 28% observée dans les autres industries manufacturières. En revanche, la répartition des emplois par sexe n’est pas homogène selon les 11 groupes de classification.

La proportion de femmes dépasse 60% dans les groupes 5 à 6 de la classification des emplois de la branche (c’est-à-dire les niveaux intermédiaires). Le taux de féminisation atteint sa valeur maximale dans le groupe 6 où les femmes constituent 67,1% des effectifs. Au-delà du groupe 8, le taux de féminisation diminue et passe en dessous de 50%. Ce pourcentage atteint même 25% pour le groupe 11, celui des cadres supérieurs siégeant dans les instances de direction.

Même si cette problématique n’est pas propre à l’industrie du médicament, le secteur de l’industrie pharmaceutique a souhaité poursuivre et amplifier les mesures déjà prises pour augmenter le pourcentage des femmes dans les postes à haute responsabilité. La différence de rémunération entre les femmes et les hommes est aussi un enjeu : elle est en moyenne de 2,7% tous groupes de classification confondus avec un écart est plus significatif sur les postes à haut niveau de responsabilité (avec un différentiel de salaire de 16% dans le groupe 11).

Des nouvelles mesures incitatives dans le nouvel accord de branche

Concernant le déroulement de carrière, en cas de déséquilibre persistant hommes-femmes dans les plus hauts groupes de classification, l’entreprise s’efforcera d’encourager la promotion à compétence égale et poste égal des femmes afin d’améliorer la parité.

Sur la suppression des écarts de rémunération, l’entreprise devra traiter en priorité dans les 3 mois du constat, les écarts de rémunération les plus importants identifiées ou prévoir des mesures correctrices comme par exemple réserver chaque année une enveloppe financière dédiée au réajustement de ces écarts ;

Sur les recrutements et l’accès à l’emploi, la nouvelle obligation légale de formation à la non-discrimination des salariés chargés de mission de recrutement, dans les entreprises de 300 salariés et plus, a été intégrée dans l’accord.

Sur les conditions de travail, d’emploi et de temps partiel, l’employeur devra étudier la possibilité d’adapter l’organisation du travail en évitant par exemple les réunions trop matinales ou trop tardives. Une attention particulière a aussi été prévue pour les parents isolés en matière de formation professionnelle ou d’aménagement du temps de travail.

Chaque année, un bilan au niveau de la branche permettra d’analyser les écarts de situation entre les femmes et les hommes et l’impact de cet accord sur la situation de la branche.

L’accord prévoit également que l’entreprise sensibilisera les salariés ayant des responsabilités d’encadrement et les représentants du personnel aux principes de cet accord afin qu’ils soient un véritable levier dans l’entreprise.

Source : Leem








MyPharma Editions

Vitiligo : Almirall et Inserm Transfert signent un partenariat de recherche et de licence pour développer des traitements innovants

Publié le 18 mai 2022
Vitiligo : Almirall et Inserm Transfert signent un partenariat de recherche et de licence pour développer des traitements innovants

Almirall, laboratoire biopharmaceutique international spécialisé en dermatologie médicale, et Inserm Transfert, filiale privée de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), ont annoncé la signature d’un accord de licence et un partenariat de recherche pour faire progresser les solutions thérapeutiques dans le traitement du vitiligo.

Adocia : premier sujet traité dans les essais cliniques BioChaperone® Combo avec le partenaire Tonghua Dongbao

Publié le 18 mai 2022
Adocia : premier sujet traité dans les essais cliniques BioChaperone® Combo avec le partenaire Tonghua Dongbao

Adocia, société biopharmaceutique au stade clinique spécialisée dans la recherche et le développement de solutions thérapeutiques innovantes pour le traitement du diabète et d’autres maladies métaboliques, a annoncé un premier sujet traité avec BioChaperone® Combo (« BC Combo ») dans l’essai clinique CT046.

Lysogene fait un point d’étape sur l’étude de phase 2/3 avec la thérapie génique LYS-SAF302 pour le traitement de la MPS IIIA

Publié le 18 mai 2022
Lysogene fait un point d’étape sur l’étude de phase 2/3 avec la thérapie génique LYS-SAF302 pour le traitement de la MPS IIIA

Lysogene, société biopharmaceutique de phase 3 s’appuyant sur une plateforme technologique de thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), a présenté des données cliniques actualisées de l’essai clinique de phase 2/3 AAVance en cours avec la thérapie génique expérimentale LYS-SAF302 pour le traitement de la MPS IIIA (NCT03612869) lors de la 25e réunion annuelle de l’ASGCT (American Society for Gene & Cell Therapy) à Washington, DC.

Biotechs : Gene.iO accélère la première levée de fonds

Publié le 18 mai 2022
Biotechs : Gene.iO accélère la première levée de fonds

Genopole lance la 2e édition de Gene.iO, programme qui forme pendant un an les jeunes biotechs à la réussite d’une première levée de fonds ou accord commercial. Cet accompagnement Business, assuré par Genopole et des consultants experts de la bio-innovation, donne les armes stratégiques pour approcher et convaincre les investisseurs et les industriels.

Poxel : désignation de médicament orphelin de la FDA pour le PXL065 et le PXL770 dans l’adrénoleucodystrophie liée au chromosome X

Publié le 18 mai 2022
Poxel : désignation de médicament orphelin de la FDA pour le PXL065 et le PXL770 dans l'adrénoleucodystrophie liée au chromosome X

Poxel, société biopharmaceutique qui développe des traitements innovants pour les maladies chroniques graves à physiopathologie métabolique, dont la stéatohépatite non alcoolique (NASH) et les maladies métaboliques rares, a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a accordé la désignation de médicament orphelin (Orphan Drug Designation – ODD) au PXL065 et au PXL770 pour le traitement des patients atteints d’adrénomyéloneuropathie (AMN), la forme la plus courante d’adrénoleucodystrophie liée au chromosome X (ALD).

Thabor Therapeutics : Jérémie Mariau nommé au poste de directeur général

Publié le 17 mai 2022
Thabor Therapeutics : Jérémie Mariau nommé au poste de directeur général

Thabor Therapeutics, société développant une approche thérapeutique innovante pour les patients atteints de maladies inflammatoires chroniques des muqueuses, vient d’annoncer la nomination de Jérémie Mariau au poste de directeur général.

Maladies rares : Inserm Transfert annonce la signature d’un accord de licence avec Novartis

Publié le 17 mai 2022
Maladies rares : Inserm Transfert annonce la signature d’un accord de licence avec Novartis

Inserm Transfert vient d’annoncer la signature d’un accord de licence avec Novartis pour les travaux issus des recherches de l’équipe du Pr. Guillaume Canaud au sein de l’Institut Necker – Enfants Malade (INEM), dont l’Inserm est l’une des tutelles. Ces résultats de recherche visent à repositionner l’Alpelisib dans des indications de syndrome de CLOVES afin de soigner et soulager les patients atteints de cette maladie, prioritairement les jeunes enfants ayant des formes sévères.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents