Edition du 13-07-2020

Maladies rares : Sanofi Genzyme fait le pari de l’innovation ouverte en e-santé pour accélérer le diagnostic

Publié le mercredi 5 décembre 2018

Maladies rares : Sanofi Genzyme fait le pari de l’innovation ouverte en e-santé pour accélérer le diagnosticEn juillet dernier, Sanofi Genzyme annonçait une démarche inédite avec 23 acteurs de la communauté maladies rares. Celle-ci a désormais un nom : UniR (Innover ensemble pour réduire l’errance diagnostique dans les maladies rares). Il s’agit d’un collectif unique pour identifier des solutions visant à réduire le temps de diagnostic. UniR présente aujourd’hui au 39BIS un livre blanc qui restitue le travail effectué par le collectif.

Ce livre blanc met en avant 14 propositions de solutions pour lutter contre l’errance diagnostique, dont 3 solutions concrètes en e-santé qui seront développées par l’équipe innovation ouverte de Sanofi et Sanofi Genzyme.

L’errance diagnostique, un enjeu de santé public majeur dans les maladies rares
Avec plus de 7000 maladies rares, plus de 3 millions de malades en France dont 50 % sans diagnostic, l’errance diagnostique constitue un enjeu majeur de santé publique. Depuis 2005, la mobilisation des acteurs, appuyée par des politiques publiques très actives, a permis d’améliorer le diagnostic et la prise en charge des malades. Pourtant, seule une personne atteinte d’une maladie rare sur deux dispose d’un diagnostic précis qui met plus de 5 ans à être établi pour près d’un quart des patients2 et parfois beaucoup plus.

L’amélioration de ce délai au diagnostic demeure donc une problématique essentielle pour les malades, les professionnels de santé et l’ensemble des acteurs intervenant sur le parcours de diagnostic et de soin, à laquelle Sanofi souhaite contribuer à répondre.

Agir sur la problématique de l’errance diagnostique est complexe, car le diagnostic n’est pas un acte isolé, et plutôt le résultat d’une démarche répétée faisant intervenir de nombreux acteurs. Actuellement, l’essor des nouvelles technologies digitales dans le secteur de la santé, et plus largement dans notre société, fait naître des espoirs considérables.

Ce secteur bouillonnant de créativité, justement encouragé par les pouvoirs publics, offre de réelles perspectives de progrès. Convaincu que le digital pourra aider les malades et les professionnels de santé, là où les pertes de chance subsistent, Sanofi Genzyme, acteur historique dans les maladies rares, fait le pari de l’innovation ouverte et lance une démarche menée avec l’écosystème maladies rares français intitulée UniR.

UniR, une démarche ambitieuse de réflexion collective
Face à la diversité des maladies et aux nombreuses problématiques rencontrées par les malades et les professionnels de santé, Sanofi a souhaité donner une dimension largement participative à ce projet. En partenariat avec Orange Healthcare, reconnu pour son expertise en santé numérique, les acteurs ont travaillé dans une logique commune, basée sur deux méthodologies : l’innovation ouverte et le design thinking.

L’innovation ouverte mise sur l’intelligence collective et le décloisonnement des expertises, en associant les apports des acteurs internes et externes (malades, associations de malades, professionnels de santé, chercheurs, startups et industrie, etc). Le Design Thinking est une approche itérative de l’innovation, qui privilégie l’observation, l’expérimentation, la collaboration et le prototypage. C’est au sein du 39BIS, le laboratoire dédié à la e-santé de Sanofi, que ce projet est mené.

Une démarche qui s’inscrit dans le Plan National Maladies Rares 3
La France a été à l’origine du premier Plan National Maladies Rares en 2005, et a ainsi initié une dynamique soutenue d’action publique en faveur de la prise en charge de ces maladies.

Le 4 juillet dernier, les ministères de la Santé et de la Recherche ont annoncé le Plan National Maladies rares 3 (PNMR3). Ce dernier porte cinq ambitions, dont la première est de permettre un diagnostic plus rapide pour chacun et ainsi réduire l’errance et l’impasse diagnostique. En mettant l’accent sur l’errance diagnostique, la démarche UniR s’inscrit donc pleinement en cohérence avec le PNMR 3, et vise à conjuguer les efforts au service d’enjeux communs.

Un livre blanc UniR pour comprendre et proposer
Le livre blanc présente la démarche UniR et l’ensemble des résultats qui découlent de la réflexion collective initiée avec les parties prenantes à travers la France, l’équipe innovation ouverte de Sanofi et Sanofi Genzyme. UniR a permis d’établir un parcours-type de diagnostic pour un patient atteint de maladie rare, et d’en cartographier et caractériser les points de difficulté rémanents. La réflexion menée en conclusion des travaux a permis d’identifier quatorze solutions pouvant diminuer l’errance diagnostique : outils d’aide au diagnostic, plateforme d’échanges, outils de formation des professionnels, etc.

Les nouvelles technologies de la e-santé invitent à repenser les usages et les organisations, et constituent de multiples opportunités pour mieux appréhender les maladies rares, aussi bien auprès des malades que des professionnels de santé. Forts de ce constat, les acteurs impliqués dans la démarche UniR ont retenu 3 premières solutions qui seront développées :

. Red Flag*, un outil d’alerte automatique d’identification des situations atypiques, qui sensibilisera les professionnels de santé à la culture du doute.

. SemioTIC* est destinée à devenir une plateforme d’aide pour guider les médecins généralistes dans l’orientation des malades vers le bon centre de référence ou centre expert à partir des signes cliniques des patients en situation atypique.

. DataRare* est une étude dont l’objectif est de générer des données statistiques sur l’errance diagnostique. Elle analysera quantitativement ces données pour rationnaliser la notion « d’errance » et définir des parcours par profil de pathologies. L’objectif sera de partager ces enseignements à travers une publication.

*noms temporaires

Source : Sanofi Genzyme








MyPharma Editions

Vaccins : la BEI et la Commission européenne apportent un soutien financier de 75 millions d’euros à CureVac

Publié le 10 juillet 2020
Vaccins : la BEI et la Commission européenne apportent un soutien financier de 75 millions d'euros à CureVac

La Banque européenne d’investissement (BEI) et CureVac, une société biopharmaceutique clinique qui développe une nouvelle classe de médicaments transformateurs basés sur l’ARNm optimisé, ont conclu un accord de prêt de 75 millions d’euros afin de soutenir le développement en cours dans cette société de vaccins contre les maladies infectieuses, notamment son candidat vaccin CVnCoV visant à prévenir les infections par le SARS-CoV-2.

Transgene et Hypertrust Patient Data Care déploient la 1ère solution de blockchain appliquée à des essais cliniques de traitements personnalisés

Publié le 9 juillet 2020
Transgene et Hypertrust Patient Data Care déploient la 1ère solution de blockchain appliquée à des essais cliniques de traitements personnalisés

Transgene et Hypertrust Patient Data Care annoncent le lancement opérationnel de la première solution de blockchain dédiée aux essais cliniques de traitements personnalisés. Cette solution « cloud » repose sur le produit d’Hypertrust X-Chain for Clinical Trials. Elle permet de surveiller et d’orchestrer l’ensemble des processus liés à la conception et à la fabrication du vaccin thérapeutique individualisé TG4050 de Transgene.

Maladie d’Alzheimer : Biogen finalise la soumission à la FDA de la demande d’AMM de l’aducanumab

Publié le 9 juillet 2020
Maladie d’Alzheimer : Biogen finalise la soumission à la FDA de la demande d’AMM de l’aducanumab

Biogen et Eisai ont annoncé que Biogen a finalisé la soumission d’une demande d’Autorisation de Mise sur le Marché (licence de produit biologique – BLA) à la Food and Drug Administration (FDA) pour l’aducanumab, un médicament candidat dans la maladie d’Alzheimer. Cette soumission fait suite aux discussions menées par Biogen avec la FDA et inclut les données cliniques des études de phase 3 EMERGE et ENGAGE, et de l’étude de phase 1b PRIME.

Valbiotis : feu vert pour l’étude internationale de Phase II/III avec TOTUM-63 pour la réduction des facteurs de risque du diabète de type 2

Publié le 8 juillet 2020
Valbiotis : feu vert pour l'étude internationale de Phase II/III avec TOTUM-63 pour la réduction des facteurs de risque du diabète de type 2

Valbiotis, entreprise de Recherche et Développement engagée dans l’innovation scientifique, pour la prévention et la lutte contre les maladies métaboliques, a annoncé avoir reçu l’avis favorable du CPP et l’autorisation de l’ANSM de lancer l’étude clinique internationale de Phase II/III REVERSE-IT avec TOTUM-63, pour la réduction des facteurs de risque du diabète de type 2.

Genopole : Gilles Lasserre nommé directeur général

Publié le 8 juillet 2020
Genopole : Gilles Lasserre nommé directeur général

Mardi 7 juillet, l’assemblée générale du Groupement d’intérêt public (GIP) Genopole a nommé Gilles Lasserre, nouveau directeur général de Genopole. M. Lasserre entrera en fonction le 1er septembre succédant à Anne Jouvenceau, directrice générale adjointe qui a occupé le poste en intérim depuis le départ de Jean-Marc Grognet, en février 2020.

Advanced BioDesign et le LIH s’associent pour découvrir de nouvelles stratégies thérapeutiques face aux résistances tumorales

Publié le 7 juillet 2020
Advanced BioDesign et le LIH s’associent pour découvrir de nouvelles stratégies thérapeutiques face aux résistances tumorales

Advanced BioDesign, société française de biotechnologie spécialisée dans le développement de thérapies innovantes contre les cancers résistants, et le Luxembourg Institute of Health (LIH), un institut de recherche public de pointe dans le domaine des sciences biomédicales, viennent d’annoncer la mise en place d’un programme collaboratif.

Maladie de Parkinson : Servier et l’Université Autonome de Barcelone collaborent pour accélérer la recherche

Publié le 7 juillet 2020
Maladie de Parkinson : Servier et l’Université Autonome de Barcelone collaborent pour accélérer la recherche

Servier et l’Université Autonome de Barcelone (UAB) ont signé un accord de partenariat pour accélérer la recherche contre la maladie de Parkinson, en s’appuyant sur une nouvelle méthode de criblage (screening) de « petites » molécules, développée par le professeur Salvador Ventura (PhD), chef de groupe à l’Institut de biotechnologie et de biomédecine (IBB) et au département de biochimie et de biologie moléculaire de l’UAB.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents