Edition du 23-07-2019

Maladies rares : Sanofi Genzyme fait le pari de l’innovation ouverte en e-santé pour accélérer le diagnostic

Publié le mercredi 5 décembre 2018

Maladies rares : Sanofi Genzyme fait le pari de l’innovation ouverte en e-santé pour accélérer le diagnosticEn juillet dernier, Sanofi Genzyme annonçait une démarche inédite avec 23 acteurs de la communauté maladies rares. Celle-ci a désormais un nom : UniR (Innover ensemble pour réduire l’errance diagnostique dans les maladies rares). Il s’agit d’un collectif unique pour identifier des solutions visant à réduire le temps de diagnostic. UniR présente aujourd’hui au 39BIS un livre blanc qui restitue le travail effectué par le collectif.

Ce livre blanc met en avant 14 propositions de solutions pour lutter contre l’errance diagnostique, dont 3 solutions concrètes en e-santé qui seront développées par l’équipe innovation ouverte de Sanofi et Sanofi Genzyme.

L’errance diagnostique, un enjeu de santé public majeur dans les maladies rares
Avec plus de 7000 maladies rares, plus de 3 millions de malades en France dont 50 % sans diagnostic, l’errance diagnostique constitue un enjeu majeur de santé publique. Depuis 2005, la mobilisation des acteurs, appuyée par des politiques publiques très actives, a permis d’améliorer le diagnostic et la prise en charge des malades. Pourtant, seule une personne atteinte d’une maladie rare sur deux dispose d’un diagnostic précis qui met plus de 5 ans à être établi pour près d’un quart des patients2 et parfois beaucoup plus.

L’amélioration de ce délai au diagnostic demeure donc une problématique essentielle pour les malades, les professionnels de santé et l’ensemble des acteurs intervenant sur le parcours de diagnostic et de soin, à laquelle Sanofi souhaite contribuer à répondre.

Agir sur la problématique de l’errance diagnostique est complexe, car le diagnostic n’est pas un acte isolé, et plutôt le résultat d’une démarche répétée faisant intervenir de nombreux acteurs. Actuellement, l’essor des nouvelles technologies digitales dans le secteur de la santé, et plus largement dans notre société, fait naître des espoirs considérables.

Ce secteur bouillonnant de créativité, justement encouragé par les pouvoirs publics, offre de réelles perspectives de progrès. Convaincu que le digital pourra aider les malades et les professionnels de santé, là où les pertes de chance subsistent, Sanofi Genzyme, acteur historique dans les maladies rares, fait le pari de l’innovation ouverte et lance une démarche menée avec l’écosystème maladies rares français intitulée UniR.

UniR, une démarche ambitieuse de réflexion collective
Face à la diversité des maladies et aux nombreuses problématiques rencontrées par les malades et les professionnels de santé, Sanofi a souhaité donner une dimension largement participative à ce projet. En partenariat avec Orange Healthcare, reconnu pour son expertise en santé numérique, les acteurs ont travaillé dans une logique commune, basée sur deux méthodologies : l’innovation ouverte et le design thinking.

L’innovation ouverte mise sur l’intelligence collective et le décloisonnement des expertises, en associant les apports des acteurs internes et externes (malades, associations de malades, professionnels de santé, chercheurs, startups et industrie, etc). Le Design Thinking est une approche itérative de l’innovation, qui privilégie l’observation, l’expérimentation, la collaboration et le prototypage. C’est au sein du 39BIS, le laboratoire dédié à la e-santé de Sanofi, que ce projet est mené.

Une démarche qui s’inscrit dans le Plan National Maladies Rares 3
La France a été à l’origine du premier Plan National Maladies Rares en 2005, et a ainsi initié une dynamique soutenue d’action publique en faveur de la prise en charge de ces maladies.

Le 4 juillet dernier, les ministères de la Santé et de la Recherche ont annoncé le Plan National Maladies rares 3 (PNMR3). Ce dernier porte cinq ambitions, dont la première est de permettre un diagnostic plus rapide pour chacun et ainsi réduire l’errance et l’impasse diagnostique. En mettant l’accent sur l’errance diagnostique, la démarche UniR s’inscrit donc pleinement en cohérence avec le PNMR 3, et vise à conjuguer les efforts au service d’enjeux communs.

Un livre blanc UniR pour comprendre et proposer
Le livre blanc présente la démarche UniR et l’ensemble des résultats qui découlent de la réflexion collective initiée avec les parties prenantes à travers la France, l’équipe innovation ouverte de Sanofi et Sanofi Genzyme. UniR a permis d’établir un parcours-type de diagnostic pour un patient atteint de maladie rare, et d’en cartographier et caractériser les points de difficulté rémanents. La réflexion menée en conclusion des travaux a permis d’identifier quatorze solutions pouvant diminuer l’errance diagnostique : outils d’aide au diagnostic, plateforme d’échanges, outils de formation des professionnels, etc.

Les nouvelles technologies de la e-santé invitent à repenser les usages et les organisations, et constituent de multiples opportunités pour mieux appréhender les maladies rares, aussi bien auprès des malades que des professionnels de santé. Forts de ce constat, les acteurs impliqués dans la démarche UniR ont retenu 3 premières solutions qui seront développées :

. Red Flag*, un outil d’alerte automatique d’identification des situations atypiques, qui sensibilisera les professionnels de santé à la culture du doute.

. SemioTIC* est destinée à devenir une plateforme d’aide pour guider les médecins généralistes dans l’orientation des malades vers le bon centre de référence ou centre expert à partir des signes cliniques des patients en situation atypique.

. DataRare* est une étude dont l’objectif est de générer des données statistiques sur l’errance diagnostique. Elle analysera quantitativement ces données pour rationnaliser la notion « d’errance » et définir des parcours par profil de pathologies. L’objectif sera de partager ces enseignements à travers une publication.

*noms temporaires

Source : Sanofi Genzyme








MyPharma Editions

Sanofi signe un accord avec Roche en vue d’obtenir les droits exclusifs de Tamiflu® sur le marché américain de l’automédication

Publié le 23 juillet 2019
Sanofi signe un accord avec Roche en vue d’obtenir les droits exclusifs de Tamiflu® sur le marché américain de l’automédication

Sanofi a annoncé la signature d’un accord avec Roche en vue d’obtenir les droits exclusifs de Tamiflu®, pour la prévention et le traitement de la grippe, sur le marché américain de l’automédication. Aux termes de cet accord, Sanofi sera responsable de la conduite des négociations avec la FDA afin d’obtenir l’autorisation du switch de Tamiflu en OTC, ainsi que des activités exclusives de commercialisation et de distribution de ce produit sur le marché de la Santé Grand Public des Etats-Unis et des activités scientifiques s’y rapportant.

Industrie pharma : signature de deux accords de branche sur la formation professionnelle et la GPEC post-réforme

Publié le 22 juillet 2019
Industrie pharma : signature de deux accords de branche sur la formation professionnelle et la GPEC post-réforme

Deux accords collectifs, l’un sur la formation professionnelle et le second sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), ont été signés le 4 juillet par le Leem (Les Entreprises du Médicament), et 5 organisations syndicales de salariés (la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC, FO et l’UNSA). Ces organisations représentent une audience de 84,81 %, seule la CGT est non-signataire. L’accord sur la formation professionnelle est le premier signé suite à la réforme de septembre 2018.

LEO Pharma finalise l’acquisition des produits dermatologiques sur ordonnance de Bayer

Publié le 22 juillet 2019
LEO Pharma finalise l’acquisition des produits dermatologiques sur ordonnance de Bayer

LEO Pharma et Bayer viennent d’annoncer que les conditions nécessaires au transfert des produits dermatologiques sur ordonnance de Bayer chez LEO Pharma étaient désormais remplies. Les deux entreprises avaient mentionné la transaction pour la première fois le 31 juillet 2018, la première étape du rachat ayant été finalisée le 4 septembre de la même année avec l’acquisition desdits produits aux États-Unis. Aujourd’hui, la finalisation de l’acquisition concerne tous les autres pays.

Transgene : feu vert pour un essai clinique de TG6002 au Royaume-Uni dans le cancer colorectal avec métastases hépatiques

Publié le 19 juillet 2019
Transgene : feu vert pour un essai clinique de TG6002 au Royaume-Uni dans le cancer colorectal avec métastases hépatiques

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, a annoncé qu’elle a reçu l’autorisation de l’autorité de santé britannique, la Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency (MHRA) de procéder à un essai clinique de Phase 1/2a de TG6002 administré par voie intra-artérielle hépatique (IAH) chez des patients atteints d’un cancer colorectal (CCR) avec des métastases au foie non opérables.

Lysogene crée un Conseil Scientifique consultatif composé d’experts internationaux en thérapie génique du SNC

Publié le 19 juillet 2019
Lysogene crée un Conseil Scientifique consultatif composé d'experts internationaux en thérapie génique du SNC

Lysogene, société biopharmaceutique pionnière spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), a annoncé la création d’un Conseil Scientifique consultatif (SAB pour Scientific Advisory Board) composé d’experts de renom international dans la découverte et le développement de thérapies géniques.

Advicenne signe un accord de financement de 20 M€ avec la BEI pour soutenir ses futurs développements

Publié le 19 juillet 2019
Advicenne signe un accord de financement de 20 M€ avec la BEI pour soutenir ses futurs développements

Advicenne, société pharmaceutique de spécialité développant et commercialisant des produits thérapeutiques pour le traitement de maladies orphelines, annonce aujourd’hui avoir signé un accord de prêt d’un montant de 20 M€ avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI), la banque de l’Union européenne (UE), dans le cadre du Plan d’Investissement pour l’Europe, ou Plan Juncker.

WeHealth Digital Medicine et l’entreprise française Lucine vont développer des thérapies numériques

Publié le 18 juillet 2019
WeHealth Digital Medicine et l’entreprise française Lucine vont développer des thérapies numériques

WeHealth Digital Medicine, l’activité e-santé du groupe Servier, et Lucine, entreprise innovante française pionnière dans les thérapies numériques (DTx1- Digital Therapeutics), ont annoncé la signature d’un partenariat de co-développement et une licence de distribution. Il s’agit du tout premier partenariat de e-santé entre deux sociétés françaises dans le domaine des DTx.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents