Edition du 16-02-2019

Ministère de la Santé : le sweepstake des prétendants

Publié le mardi 9 novembre 2010

Plus on s’approche de l’échéance du remaniement, annoncé pour le 15 novembre, plus les appétits s’aiguisent… Le bal des prétendants n’est pas terminé, même si selon certaines sources, l’affaire semble bouclée. Côté ministère de la Santé, c’est aujourd’hui le député UMP des Alpes-Maritimes, Jean Léonetti, cardiologue hospitalier, qui semble tenir la corde. Les autres candidats ou supposés tels ont-ils encore quelques chances ? Inventaire.

 Le mieux placé
Jean Léonetti, 62 ans, médecin, député, président de la Fédération Hospitalière de France (FHF). Spécialiste des questions d’éthique médicale, il a présidé la Mission parlementaire sur l’accompagnement en fin de vie. Il est d’ailleurs le “père” de la loi qui porte son nom sur le droit des patients en fin de vie. Autre paternité: les lois bioéthique sur l’embryon, les mères porteuses etc… Ce profil éthique lui confère un avantage certain pour briguer le fauteuil de ministre.  Mais il est également médecin, ce qui devrait lui faciliter la tâche pour renouer le dialogue avec les syndicats médicaux, très remontés contre la future ex-ministre Roselyne Bachelot. Les praticiens hospitaliers, qui ont l’épiderme sensible, devraient lui faire bonne figure. Bref, le candidat idéal pour deux objectifs: 1) ramener les médecins au bercail électoral de la droite avant l’élection présidentielle et, 2) rendre la loi HPST plus digeste aux praticiens en supprimant les mesures jugées vexatoires comme le contrôle des vacances de médecins libéraux.

 Le chou-chou des médecins libéraux
Xavier Bertrand, ancien ministre de la Santé du dernier gouvernement Raffarin -il avait succédé à Philippe Douste-Blazy, alors parti au Quai d’Orsay-, le futur ex-patron de l’UMP héritera sans nul doute d’un portefeuille ministériel. La Santé? Plutôt le Travail, selon les derniers pronostics. A la Santé, il avait fait merveille auprès des libéraux qui ne tarissent pas d’éloges. Une preuve? La CSMF (le premier syndicat médical français) l’avait invité à son université d’été en lieu et place de Roselyne Bachelot, ministre en titre, priée de ne pas venir. Les praticiens ont conservé un excellent souvenir de ce négociateur habile qui avait su mettre en musique la réforme de 2004 pilotée par Philippe Douste-Blazy. Des chances de revenir? Certes, mais Nicolas Sarkozy pense, dit-on, qu’il serait plus utile au ministère du Travail après le départ d’Eric Woerth.

L’espoir déçu?
Elisabeth Hubert, ancienne ministre de la Santé du gouvernement Juppé 1, éphémère titulaire du portefeuille (six mois), médecin généraliste, ancienne députée de Loire-Atlantique, chargée au printemps dernier d’une mission sur la “médecine de proximité” par le président de la République. Très bien placée pour l’emporter, mais victime d’un “trou d’air” qui explique la non-parution d’un rapport sur la médecine libérale qui semble s’être perdu dans les sables. Connue pour son verbe dru qui pourrait avoir contrarié son retour, elle aurait aussi hérissé le puissant syndicat de médecins généralistes MG France qui ne porte pas dans son coeur cette ancienne figure de proue de la CSMF. Autre obstacle: le veto émis, dit-on, par le patron de la CNAMTS, Frédéric van Roekeghem, qui n’a toujours pas digéré le passage du C à 23 euros.

 L’outsider
Philippe Douste-Blazy, qui a occupé le fauteuil à deux reprises. Une première fois comme ministre délégué à la Santé, sous la férule ombrageuse de Simone Veil (gouvernement Balladur) et une deuxième fois comme ministre de la Santé du premier gouvernement Raffarin. Ancien député, artisan de la création de l’UMP, ancien maire de Toulouse, Philippe Douste-Blazy a le profil du “gendre idéal” à la Santé. Très estimé des médecins, il est moins en cour à l’Elysée où le président semble décidé à le maintenir dans son exil aux Nations Unies. Un retour donc assez improbable même si l’impétrant dispose de toutes les qualités requises. Sauf une: il n’a plus de mandat électif et son poids politique s’en ressent.

 In memoriam
Roselyne Bachelot, qui devrait quitter l’avenue Duquesne dans les jours qui viennent. Tombée au champ d’honneur de la grippe A/H1N1 et mitraillée par les syndicats de médecins libéraux qui n’ont pas digéré d’avoir été écartés du dispositif vaccinal, Roselyne Bachelot n’a pas eu de chance: elle fait partie des ministres de la Santé victimes d’épidémies ou de catastrophes sanitaires. Elle partage son sort peu enviable avec Jean-François Mattei, tenant du titre à l’été 2003, grillé par la canicule. Si pour finir, le président de la République caresse toujours l’espoir de se réconcilier avec les médecins de ville, le maintien de Roselyne Bachelot serait une grosse erreur politique: la puissante CSMF refuse depuis de longs mois tout contact avec elle.

Résultat des courses: lundi 15 novembre.

Hervé Karleskind








MyPharma Editions

Lysogene : 1er patient traité dans l’essai de phase 2/3 évaluant une thérapie génique pour la mucopolysaccharidose de type IIIA

Publié le 15 février 2019

Lysogene, société biopharmaceutique spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), et Sarepta Therapeutics, , société leader dans la médecine de précision génétique pour les maladies rares, ont annoncé le traitement du premier patient dans l’étude clinique internationale de Phase 2/3 (AAVance), évaluant LYS-SAF302, une thérapie génique pour la mucopolysaccharidose de type IIIA (MPS IIIA).

Dominique Pon et Laura Létourneau en charge de la transformation numérique en santé

Publié le 14 février 2019
Dominique Pon et Laura Létourneau en charge de la transformation numérique en santé

A l’occasion du premier comité de suivi de Ma Santé 2022 à la fin de l’année 2018, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a nommé Dominique Pon responsable stratégique et Laura Létourneau déléguée opérationnelle d’une task force

Onxeo : cinq études précliniques démontrant le profil unique d’AsiDNA™ présentées au congrès 2019 de l’AACR

Publié le 14 février 2019
Onxeo : cinq études précliniques démontrant le profil unique d’AsiDNA™ présentées au congrès 2019 de l’AACR

Onxeo a annoncé la présentation des résultats de cinq études précliniques démontrant le profil différencié d’AsiDNA™, inhibiteur first-in-class de la réponse aux dommages de l’ADN, renforçant son potentiel en clinique et mettant en évidence son mécanisme d’action unique, lors du prochain Congrès annuel de l’AACR (American Association for Cancer Research), qui se tiendra du 29 mars au 3 avril 2019 à Atlanta (Géorgie), États-Unis.

WeHealth by Servier et le MIT signent un partenariat dans la santé connectée à domicile

Publié le 13 février 2019
WeHealth by Servier et le MIT signent un partenariat dans la santé connectée à domicile

WeHealth by Servier, la direction e-santé du groupe Servier, et l’AgeLab, rattaché au Massachusetts Institute of Technology (MIT), ont annoncé aujourd’hui la signature d’un accord de partenariat qui vise à définir les nouvelles opportunités du marché des objets connectés à domicile.

Médicaments pédiatriques : les avis et recommandations du Comité de l’EMA

Publié le 13 février 2019
Médicaments pédiatriques : les avis et recommandations du Comité de l’EMA

L’ANSM vient de publier un point sur les derniers avis et recommandations du Comité des médicaments pédiatriques (PDCO) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) qui s’est réuni du 11-14 décembre 2018. Le PDCO a rendu au cours de cette session 6 avis favorables révisés de PIPs, dans les indications suivantes :

Cancer du poumon : 900 000 € dédié au Projet Pimiento piloté par Sophia Genetics et l’INRIA

Publié le 13 février 2019
Cancer du poumon : 900 000 € dédié au Projet Pimiento piloté par Sophia Genetics et l'INRIA

Sophia Genetics a annoncé sa collaboration avec l’INRIA qui s’est vu attribué une enveloppe de 900 000 € par le Fonds de dotation MSD’AVENIR en vue de soutenir le projet PIMIENTO : projet de recherche dans le domaine du cancer du poumon non à petites cellules.

Samsung Bioepis et C-Bridge Capital vont développer et commercialiser des biosimilaires de nouvelle génération en Chine

Publié le 12 février 2019
Samsung Bioepis et C-Bridge Capital vont développer et commercialiser des biosimilaires de nouvelle génération en Chine

Samsung Bioepis a annoncé son expansion en Chine continentale grâce à un accord de licence avec C-Bridge Capital. Cet accord couvre plusieurs candidats biosimilaires de Samsung Bioepis, dont les candidats biosimilaires SB11 et SB12 de troisième génération, qui référencent le LUCENTIS® (ranibizumab) et le SOLIRIS® (eculizumab), respectivement, ainsi que le SB3, un candidat biosimilaire référençant l’HERCEPTIN® 3 (trastuzumab).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions