Edition du 21-09-2020

Ministère de la Santé : qui remplacera Roselyne Bachelot ?

Publié le vendredi 5 novembre 2010

Aussi étrange que cela puisse paraître, le maroquin de Roselyne Bachelot, ministre sortante de la Santé, suscite encore des convoitises. Et pourtant, la tâche n’est pas facile et pour tout dire, mortifère. La liste des ministres de la Santé tombés au champ d’honneur est longue. A la faveur du prochain remaniement -quel feuilleton !-, qui peut remplacer Roselyne Bachelot ? Tour d’horizon.

Le monde de la Santé va jouer au jeu des chaises musicales. Et pas seulement au ministère.  A l’Elysée aussi. Le départ, c’est une démission, du très influent Raymond Soubie, conseiller social de Nicolas Sarkozy, agite les esprits : depuis plus de trente ans, (il officiait déjà du temps de Raymond Barre, Premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing), Raymond Soubie est le chef d’orchestre social des gouvernements de droite. On lui doit la quasi totalité des plans de réforme de l’assurance maladie (à l’exception du Plan Juppé), et il est bien sûr l’architecte de la réforme des retraites. Son départ est motivé par sa volonté de retourner dans le privé.  Autre changement attendu, le départ de Noël Renaudin, patron du CEPS (Comité économique des produits de santé) figure historique et bougonne de cette institution, également connu pour les superbes figurines qu’il confectionne avec les journaux pendant les conférences de presse… Atterrissage prévu au collège de la Haute autorité de santé (HAS). C’est d’ailleurs là que se dessine un autre changement de tête : le patron, Laurent Degos, cèderait sa place à la fin de l’année à Didier Houssin, actuel directeur de la DGS (Direction générale de la santé).

Tous ces changements sont bien entendu subordonnés à l’arrivée du nouveau (ou de la nouvelle) ministre de la Santé. La mieux placée, de l’avis général, est Elisabeth Hubert, médecin généraliste, ancienne députée ee Loire atlantique : elle est actuellement chargée d’une mission sur la « médecine de proximité » commandée par l’Elysée dans le but de recoller la vaisselle cassée avec les médecins libéraux qui auront, sans nul doute possible, obtenu le scalp de Roselyne Bachelot. Cacique de la CSMF (Confédération des syndicats médicaux français), le principal syndicat de médecins, Elisabeth Hubert a déjà été ministre de la Santé dans le premier gouvernement Juppé. Elle en avait été virée sans ménagement à l’automne 1995, au moment où le Premier ministre d’alors, Alain Juppé, avait lancé son fameux plan de redressement des comptes de l’assurance maladie et des retraites (déjà…).  Avantages : elle connaît parfaitement le dossier, les médecins l’apprécient . Inconvénients : elle parle dru, et passe pour avoir un caractère bien trempé. Ses rapports avec Frédéric van Roekeghem, l’inamovible patron de la CNAMTS, risquent d’être pour le moins électriques, surtout au moment de l’entrée en vigueur du C à 23 euros.  Autre nom cité, celui de Nathalie Kosciusko-Morizet, actuellement secrétaire d’Etat au Développement numérique. Une hypothèse jugée peu probable : elle est inconnue ou presque du monde de la santé, un monde pas facile qui peut vite devenir un enfer. Et comme il faut toujours un outsider, reparlons de Philippe Douste-Blazy qui s’ennuie aux Nations-Unies et qui ferait volontiers un come-back pour un troisième séjour avenue Duquesne. Les médecins libéraux l’apprécient, il sait très bien faire passer les potions amères, et serait tout à fait à même de jouer les « Monsieur Bons Offices » avec les praticiens de ville qui n’ont toujours pas gobé d’avoir été évincés du dispositif vaccinal dans la calamiteuse affaire de la grippe A/H1N1. Pour clore cet épisode du long feuilleton du remaniement,  citons ceux (rares…) qui pensent que Roselyne Bachelot pourrait rempiler. Hypothèse très peu vraisemblable : l’actuelle ministre a été blacklistée de l’université d’été de la CSMF, un événement sans précédent. Autant dire tout de suite que, si Nicolas Sarkozy cherche à se réconcilier avec les médecins, il n’aura pas fait le bon choix.

Hervé Karleskind








MyPharma Editions

Oncologie : Precision BioSciences et Servier étendent leur collaboration de développement de CAR-T

Publié le 18 septembre 2020
Oncologie : Precision BioSciences et Servier étendent leur collaboration de développement de CAR-T

Servier et Precision BioSciences, une société biotechnologique développant des traitements par correction génique in vivo et à base de cellules CAR T allogéniques avec sa plateforme d’édition de génomes ARCUS®, ont annoncé que les sociétés avaient ajouté deux cibles supplémentaires pour le cancer hématologique au-delà de la protéine CD19 ainsi que deux cibles de tumeurs solides à son accord de développement et de licence commerciale concernant son traitement à base de cellules CAR T.

COVID-19 : Sanofi et GSK vont fournir jusqu’à 300 millions de doses de leur vaccin à l’UE

Publié le 18 septembre 2020
COVID-19 : Sanofi et GSK vont fournir jusqu'à 300 millions de doses de leur vaccin à l'UE

Sanofi et GSK ont signé le 18 septembre 2020 un accord définitif avec la Commission européenne (CE) en vue de la fourniture de jusqu’à 300 millions de doses d’un vaccin contre la COVID-19, dès lors que celui-ci sera approuvé. Le candidat-vaccin repose sur la technologie à base de protéine recombinante que Sanofi a employée pour produire un vaccin contre la grippe et sur l’adjuvant développé par GSK.

COVID-19 : Pfizer et BioNTech vont potentiellement fournir à l’UE 200 millions de doses de leur candidat-vaccin

Publié le 18 septembre 2020
COVID-19 : Pfizer et BioNTech vont potentiellement fournir à l'UE 200 millions de doses de leur candidat-vaccin

Le groupe Pfizer et la société BioNTech ont annoncé qu’ils avaient conclu des discussions exploratoires avec la Commission Européenne concernant une proposition d’approvisionnement de 200 millions de doses de leur candidat-vaccin expérimental à ARNm BNT162 contre le SARS-CoV-2 aux États membres de l’Union européenne (UE), avec une option pour 100 millions de doses supplémentaires. Les livraisons devraient débuter d’ici la fin 2020, sous réserve de succès clinique et d’autorisation réglementaire.

LEO Pharma : nomination d’un nouveau vice-président exécutif chargé des RH et de la communication

Publié le 18 septembre 2020
LEO Pharma : nomination d'un nouveau vice-président exécutif chargé des RH et de la communication

LEO Pharma vient d’annoncer la nomination de Dennis Schmidt Pedersen au sein de l’équipe de direction en tant qu’Executive Vice President Global People & Communications à compter du 1er septembre 2020.

Fondation Sanofi Espoir : le Dr Jean-Christophe Rufin nommé Président

Publié le 18 septembre 2020
Fondation Sanofi Espoir : le Dr Jean-Christophe Rufin nommé Président

Le groupe pharmaceutique Sanofi a annoncé la nomination du Dr Jean-Christophe Rufin à la présidence de la Fondation d’entreprise Sanofi Espoir. Jean-Christophe Rufin succède à Xavier Darcos, qui présidait la Fondation depuis 2015.

Nicox : changement dans l’équipe de direction

Publié le 18 septembre 2020
Nicox : changement dans l’équipe de direction

Nicox, société internationale spécialisée en ophtalmologie, a annoncé un changement dans son équipe de direction. Le Dr. Tomas Navratil, PhD, Executive Vice President & Head of Research & Development du Groupe Nicox et General Manager de Nicox Ophthalmics, Inc. quittera ses fonctions le 16 octobre 2020 pour poursuivre d’autres opportunités professionnelles.

Le Top 10 des médicaments les plus vendus dans le monde en 2019

Publié le 17 septembre 2020
Le Top 10 des médicaments les plus vendus dans le monde en 2019

Dans son dernier bilan économique des entreprises du médicament, le LEEM propose un panorama du marché pharmaceutique mondial ainsi que le classement des dix produits les plus vendus dans le monde en 2019 et des principales aires thérapeutiques.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents