Edition du 25-04-2018

Poxel : publication de nouvelles données sur l’Iméglimine dans le diabète de type 2

Publié le mardi 26 juillet 2016

Poxel : publication de nouvelles données sur l'Iméglimine dans le diabète de type 2Poxel, société biopharmaceutique développant des produits innovants pour traiter le diabète de type 2, a annoncé la publication de données précliniques qui constituent une avancée importante dans la compréhension du mécanisme de son programme phare, l’Iméglimine, dans un modèle animal de diabète de type 2.

L’Iméglimine est le premier représentant d’une nouvelle classe d’antidiabétiques oraux ciblant la bioénergétique mitochondriale, qui a terminé avec succès la Phase 2 de son développement chez plus de 850 sujets aux États-Unis et dans l’UE, et le recrutement de 300 patients dans une étude clinique de Phase 2b qui est actuellement en cours au Japon.

« De nouvelles innovations sont nécessaires dans le diabète de type 2 et les travaux menés sur l’Iméglimine, qui offre un nouveau mécanisme d’action, représentent une opportunité précieuse de contribuer à l’avancement de la recherche pour traiter cette maladie qui se développe rapidement à l’échelle de la planète », a déclaré le Docteur Richard G. Kibbey, Associate Professor de Médecine et Physiologie cellulaire et moléculaire à la Yale School of Medicine. « En amplifiant les signaux mitochondriaux dépendants du métabolisme, l’Iméglimine ouvre une nouvelle voie pour stimuler la sécrétion d’insuline de manière glucose-dependante. »

Ces découvertes, publiées dans la dernière édition de l’American Journal of Physiology, Endocrinology and Metabolism, démontrent que l’Iméglimine diminue principalement la glycémie en augmentant la sécrétion d’insuline en réponse au glucose chez un modèle de rongeurs soumis à un régime alimentaire riche en lipides. Il ressort que l’effet insulino-sécréteur de l’Iméglimine, en réponse à l’augmentation de la glycémie, est un effet direct, agissant par l’amplification de signaux mitochondriaux dépendants du métabolisme. Ce mécanisme contribue de plus à expliquer l’absence d’hypoglycémie observée à ce jour dans les essais cliniques. Cette étude a été menée en collaboration avec les départements de Médecine interne et de physiologie cellulaire et moléculaire de la Yale University School of Medicine et avec la contribution du Novo Nordisk Foundation Center for Basic Metabolic Research.

« Le diabète de type 2 est une pathologie complexe et un traitement complet exige une compréhension approfondie tant des mécanismes de la maladie que de la façon dont le médicament fonctionne. Nous pensons que ces découvertes, associées aux importantes données précliniques et cliniques déjà recueillies par Poxel, constituent un appui supplémentaire en faveur du mécanisme d’action unique de l’Iméglimine et de son potentiel de différenciation comme nouvelle thérapie pour le traitement des patients souffrant d’un diabète de type 2 », explique le Docteur Kitt Falk Petersen, Professeur de Médecine à la Yale School of Medicine.

L’étude, intitulée « Imeglimin lowers glucose primarily by amplifying glucose-stimulated insulin secretion in high fat fed rodents » (l’Iméglimine réduit la glycémie principalement en amplifiant la sécrétion glucose-dépendante chez un modèle de rongeurs soumis à un régime riche en lipides), examine les effets de l’Iméglimine sur la sécrétion d’insuline en utilisant un test de tolérance au glucose par voie intrapéritonéale chez des souris et des rats soumis à un régime hyperlipidique par comparaison à ceux nourris normalement, et dans des îlots isolés de pancréas de rats. On observe chez ces animaux une amélioration très significative de la tolérance au glucose et un doublement de la sécrétion d’insuline après deux semaines de traitement par Iméglimine. L’étude révèle en outre chez les îlots isolés de rats que le mécanisme de cette sécrétion d’insuline est principalement liée à l’amplification de signaux mitochondriaux dépendants du métabolisme qui stimulent la production d’insuline, mettant en évidence le mécanisme d’action unique de l’Iméglimine, ciblant la bioénergétique mitochondriale.

« Nous avons été particulièrement heureux de travailler avec une équipe de recherche aussi prestigieuse que celle de la Yale School of Medicine et de bénéficier de sa grande expérience dans le domaine du diabète et de la recherche métabolique, » a déclaré Thomas Kuhn, Directeur Général de Poxel. « Ces résultats sont une nouvelle confirmation de nos découvertes sur la sécrétion glucose-dépendante de l’Iméglimine, qui renforcent le mécanisme d’action unique de ce produit. Nous continuons de croire au potentiel de l’Iméglimine, appelée selon nous à devenir une nouvelle option thérapeutique importante dans la lutte mondiale contre le diabète de type 2. »

Source : Poxel








MyPharma Editions

Acticor Biotech : l’EMA confirme l’entrée en phase II de son produit ACT017 dans l’AVC

Publié le 25 avril 2018
Acticor Biotech : l'EMA confirme l'entrée en phase II de son produit ACT017 dans l'AVC

Acticor Biotech, société de biotechnologie en développement clinique spécialisée dans la phase aiguë des maladies thrombotiques, y compris l’accident vasculaire cérébral et l’embolie pulmonaire, a présenté à l’Agence Européenne des Médicaments (EMA), le plan de développement de son candidat médicament, ACT017.

Christophe Durand rejoint Celgene France en tant que Président Directeur général

Publié le 25 avril 2018
Christophe Durand rejoint Celgene France en tant que Président Directeur général

Celgene France, une filiale à part entière de Celgene Corporation, a annoncé la nomination de Christophe Durand au poste de Président Directeur général depuis le 12 avril 2018.

Onxeo : démarrage de DRIIV, étude clinique de phase I d’AsiDNA™ dans les tumeurs solides avancées

Publié le 25 avril 2018
Onxeo : démarrage de DRIIV, étude clinique de phase I d’AsiDNA™ dans les tumeurs solides avancées

Onxeo, société de biotechnologie spécialisée en oncologie, a annoncé avoir démarré l’étude clinique de phase I DRIIV (DNA Repair Inhibitor administered IntraVenously) avec AsiDNA™, son inhibiteur « first-in-class » de la réparation de l’ADN tumoral. Cette étude est destinée à évaluer la tolérance et la dose clinique optimale ainsi qu’à déterminer sa dose active au niveau tumoral, chez des patients atteints d’un cancer solide avancé.

Nicox ouvre un bureau de développement aux Etats-Unis

Publié le 25 avril 2018
Nicox ouvre un bureau de développement aux Etats-Unis

Nicox, la société spécialisée en ophtalmologie, vient d’ouvrir un bureau de développement aux Etats-Unis, à Research Triangle Park (RTP) en Caroline du Nord. La décision de transférer son précédent bureau de développement de Fort Worth (Texas) à RTP et de renforcer sa présence aux Etats-Unis est motivée par l’avancement attendu vers des études cliniques de phase 2 de NCX 470 pour les patients atteints de glaucome et de NCX 4251 pour les patients atteints de blépharite.

Régénération cardiaque cellulaire : CellProthera obtient l’autorisation d’essai clinique à Singapour

Publié le 24 avril 2018
Régénération cardiaque cellulaire : CellProthera obtient l’autorisation d’essai clinique à Singapour

Après avoir qualifié et validé avec succès durant l’année écoulée la méthode de production de son produit thérapeutique dans un centre partenaire de thérapie cellulaire basé à Singapour, la biotech française CellProthera vient d’obtenir les autorisations de la Health Science Authority (HSA) – équivalent singapourien des autorités réglementaires française (ANSM) – pour démarrer son essai clinique “SingXpand”.

Abeona : sa thérapie génique ABO-202 désignée médicament orphelin dans l’UE pour la maladie de Batten

Publié le 24 avril 2018
Abeona : sa thérapie génique ABO-202 désignée médicament orphelin dans l'UE pour la maladie de Batten

Abeona Therapeutics, une biotech américaine, a annoncé que le comité des médicaments orphelins de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a accordé la désignation « médicament orphelin » à son programme de thérapie génique ABO-202 pour le traitement des sujets atteints de céroïde-lipofuscinose neuronale, appelée aussi maladie de Batten, une maladie mortelle de stockage lysosomal qui affecte principalement le système nerveux chez l’enfant.

Sanofi : John Reed succède à Elias Zerhouni au poste de Président Monde de la R&D

Publié le 24 avril 2018
Sanofi : John Reed succède à Elias Zerhouni au poste de Président Monde de la R&D

Sanofi a annoncé le départ à la retraite du Président Monde de la R&D de Sanofi, Elias Zerhouni. Le groupe pharmaceutique français a nommé John Reed pour lui succéder à compter du 1er juillet. Ce dernier était depuis cinq ans Responsable Monde de Roche Pharma Recherche et Développement Précoce (pRED).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite





MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions