Edition du 10-08-2022

Accueil » Industrie » Produits

Sanofi : 1ers résultats positifs pour le nirsevimab contre le VRS dans le cadre de l’essai MEDLEY de phase II/III

Publié le lundi 28 juin 2021

Sanofi : 1ers résultats positifs pour le nirsevimab contre le VRS dans le cadre de l’essai MEDLEY de phase II/IIISanofi vient d’annoncer dans un communiqué les premiers résultats positifs de l’essai MEDLEY de phase II/III. Le nirsevimab a présenté un profil de sécurité et de tolérance comparable à celui du palivizumab chez des nourrissons prématurés ou porteurs d’une pneumopathie chronique ou d’une cardiopathie congénitale au cours de la première saison de circulation du virus respiratoire syncytial (VRS) de leur vie3. La sécurité et la tolérance du nirsevimab ont été évaluées à l’aune de l’ensemble des événements indésirables et réactions indésirables graves liés à son administration.

Le VRS est un virus saisonnier qui circule habituellement de l’automne au printemps dans les régions tempérées du globe. Il est la principale cause d’infections des voies respiratoires inférieures et la première cause d’hospitalisation du nourrisson1,2,4.

« Les données relatives au nirsevimab sont importantes car elles montrent qu’il présente un profil de sécurité et de tolérance comparable à la seule option préventive actuellement disponible contre les infections des voies respiratoires inférieures causées par le VRS chez les nourrissons prématurés et ceux porteurs de différentes pathologies », a précisé le docteur Joseph Domachowske, Professeur de pédiatrie et de microbiologie et immunologie à l’Université de l’État de New York (Upstate Medical Center) et investigateur principal de l’essai MEDLEY. « Dans la mesure où la saison du VRS dure habituellement cinq mois, il pourrait être avantageux de proposer une option préventive qui pourrait protéger l’ensemble des nourrissons au moyen d’une dose unique, pendant toute la durée de la saison virale. »

MEDLEY est le troisième essai pivot positif consacré au nirsevimab. En avril, Sanofi a annoncé que l’essai MELODY de phase III du nirsevimab avait atteint son critère d’évaluation principal et permis d’observer une réduction statistiquement significative des infections des voies respiratoires inférieures causées par le VRS, chez des nourrissons prématurés et à terme en bonne santé. Associés aux résultats d’un essai de phase IIb récemment publiés, les résultats des essais MELODY et MEDLEY s’ajoutent au solide corpus de données illustrant le rôle protecteur potentiel du nirsevimab contre les infections par le VRS chez tous les nourrissons. Les résultats des essais MELODY et MEDLEY seront présentés dans le cadre de prochains congrès scientifiques et, avec les résultats de phase IIb, formeront la base des soumissions qu’il est prévu de présenter en 2022 aux organismes de réglementation.

« Le VRS est une cause majeure d’infections chez tous les nourrissons contre laquelle il n’existe encore aucune option préventive », a souligné Jean-François Toussaint, Responsable Monde, Recherche et Développement de Sanofi Pasteur. « Nous pensons que le nirsevimab a le potentiel de devenir une vaccination de routine importante et innovante pour l’ensemble des nourrissons – qu’ils soient prématurés ou nés à terme, en bonne santé ou porteurs d’une pathologie. »

« Le VRS est la première cause d’hospitalisation du nourrisson », a ajouté Mene Pangalos, Vice-Président Exécutif, R&D Biopharmaceutique d’AstraZeneca. « Ces résultats, combinés aux récents résultats d’efficacité positifs de l’essai MELODY de phase III et aux données de phase IIb, confortent le corpus de données probantes qui attestent qu’une seule dose de nirsevimab a le potentiel de protéger tous les nourrissons contre les infections par le VRS. Nous sommes impatients de présenter ces résultats aux organismes de réglementation. »

Développé en partenariat avec AstraZeneca, le nirsevimab est le premier anticorps monoclonal expérimental à demi-vie prolongée destiné à protéger tous les nourrissons pendant la première saison de circulation du VRS de leur vie, lorsqu’ils sont le plus à risque de contracter une forme sévère d’infection5-7. L’objectif est de conférer aux nourrissons une protection rapide et directe en une seule vaccination.

Le nirsevimab a été conçu en vue d’être administré à la naissance aux nourrissons nés pendant la saison de circulation du VRS ou à son début, pour ceux nés avant la saison virale. À l’inverse des autres solutions contre le VRS actuellement en développement, comme la vaccination maternelle, le nirsevimab a pour but de protéger tous les nourrissons au début de la première saison VRS de leur vie.

En mars 2017, AstraZeneca et Sanofi ont annoncé la conclusion d’un accord pour développer et commercialiser conjointement le nirsevimab. Aux termes de cet accord, AstraZeneca dirige l’ensemble des activités de développement jusqu’aux approbations initiales et prend en charge les activités de fabrication, tandis que Sanofi sera chargé des activités de commercialisation. Le nirsevimab fait actuellement l’objet d’études cliniques et aucun organisme de réglementation n’a encore évalué ses profils de sécurité et d’efficacité.

En janvier 2021, le nirsevimab a obtenu la désignation de médicament innovant prometteur (PIM, Promising Innovative Medicine) de la Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency (MHRA) du Royaume-Uni, ainsi que la désignation de « Traitement innovant » du Centre d’évaluation des médicaments de l’Agence chinoise du médicament. En février 2019, le nirsevimab a obtenu la désignation de « Médicament innovant » (Breakthrough Therapy) de la Food and Drug Administration des États-Unis pour la prévention des infections des voies respiratoires inférieures causées par le VRS et le statut de Médicament prioritaire (PRIME) de l’Agence européenne des médicaments, pour la même indication.  Au Japon, le nirsevimab a également été sélectionné par l’Agence japonaise de la recherche et du développement comme « médicament méritant un développement prioritaire », aux termes du projet de promotion du développement de nouveaux médicaments à usage pédiatrique.

______________________

1. Leader S, Kohlhase K. Respiratory syncytial virus-coded pediatric hospitalizations, 1997 to 1999. The Pediatric infectious disease journal. 2002;21(7):629-32.

2. McLaurin KK, Farr AM, Wade SW, Diakun DR, Stewart DL. Respiratory syncytial virus hospitalization outcomes and costs of full-term and preterm infants. Journal of perinatology: official journal of the California Perinatal Association. 2016;36(11):990-6.

3. Clinicaltrials.gov. A Study to Evaluate the Safety of MEDI8897 for the Prevention of Medically Attended Respiratory Syncytial Virus (RSV) Lower Respiratory Tract Infection (LRTI) in High-risk Children. https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT03959488. Accessed June 2021.

4. R K. Respiratory Syncytial Virus Vaccines. Plotkin SA, Orenstein WA, Offitt PA, Edwards KM, eds Plotkin’s Vaccines 7th ed Philadelphia. 2018;7th ed. Philadelphia:943-9.

5. Shi T, et al. Global, regional, and national disease burden estimates of acute lower respiratory infections due to respiratory syncytial virus in young children in 2015: a systematic review and modelling study. Lancet 2017; 390: 946–58.

6. Sanofi Pasteur. Data on file. Sanofi Pasteur MarketScan® Internal Analysis

7. Rose E B et al. Respiratory Syncytial Virus Seasonality — United States, 2014–2017. MMWR Morb Mortal Wkly Rep. 2018;67:71–76

 

Source : Sanofi








MyPharma Editions

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Gilead-Kite : autorisation d’accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Publié le 4 août 2022
Gilead-Kite : autorisation d'accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Kite, société du groupe Gilead, a annoncé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé une autorisation d’accès précoce à sa thérapie cellulaire CAR T Yescarta® (axicabtagene ciloleucel) dans le traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B (DLBCL) réfractaire ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligible à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Publié le 3 août 2022
Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Ipsen a annoncé aujourd’hui que l’étude de Phase III RESILIENT n’avait pas atteint son critère d’évaluation principal, à savoir la survie globale (OS), par rapport au Topotecan. L’étude évalue Onivyde® (injection d’irinotecan liposomal) par rapport au topotecan chez des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (SCLC) ayant progressé pendant ou après un traitement de première ligne à base de platine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents