Edition du 21-02-2019

VIH : Gilead annonce des données précliniques pour un agoniste du TLR7 expérimental

Publié le vendredi 27 février 2015

Gilead Sciences a annoncé les résultats d’une étude préclinique réalisée en collaboration avec des chercheurs du centre médical Beth Israel Deaconess, qui évalue un agoniste du récepteur de type toll 7 (TLR7) expérimental et exclusif et analogue du GS-9620, dans le cadre d’une stratégie d’éradication du VIH.

Les données démontrent que le traitement par l’agoniste du TLR7 a induit un ARN plasmatique du virus de l’immunodéficience simienne (VIS) transitoire, et réduit l’ADN du VIS chez des macaques rhésus présentant une suppression virale et ayant reçu un traitement antirétroviral (TAR). En outre, l’étude a révélé qu’après l’arrêt du TAR, les charges virales en VIS étaient plus faibles chez les macaques qui avaient reçu l’agoniste du TLR7 exclusif par rapport au groupe placebo. Ces données ont été présentées lors d’une session orale (Session O-9) au 22e congrès sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI) à Seattle.

« L’une des raisons pour lesquelles les traitements actuels ne peuvent pas guérir le VIH, c’est que des réservoirs latents du virus persistent même chez les individus qui présentent une suppression virale sous TAR », a déclaré James Whitney, PhD, professeur adjoint de médecine à la faculté de médecine de Harvard et chercheur principal dans cette étude au centre de virologie et de recherche sur les vaccins au centre médical Beth Israel Deaconess à Boston. Le Dr Whitney est également membre associé du Ragon Institute de MGH, MIT et Harvard, qui a été fondé en 2009 pour contribuer à la découverte accélérée d’un vaccin contre le VIH/SIDA et s’imposer comme numéro un mondial dans l’étude collaborative de l’immunologie. « Ces données démontrent que, donné en parallèle d’un TAR, l’agoniste du TLR7 peut avoir le potentiel à la fois de stimuler la production de virus et d’éliminer les cellules infectées de façon latente : une stratégie d’éradication qui est explorée à l’heure actuelle. »

Dans cette étude contrôlée contre placebo, 10 macaques rhésus infectés au VIS ont reçu un TAR pendant 38 semaines, après quoi ils présentaient une suppression virale (ARN plasmatique inférieur à 50 copies/ml). À la semaine 38, six macaques ont reçu un placebo et quatre macaques ont reçu sept doses toutes les deux semaines de l’agoniste du TLR7, tout en maintenant le TAR. Les taux d’ADN viral totaux ont été mesurés à la ligne de base et deux semaines après la fin du dosage de l’agoniste du TLR7 dans les cellules mononuclées du sang périphérique (PBMC), le côlon et les ganglions inguinaux – où des réservoirs latents de VIS sont courants. Le TAR a été arrêté deux semaines après la dernière dose de l’agoniste du TLR7 pour évaluer le rebond de la charge virale plasmatique.

Les quatre macaques sous doses toutes les deux semaines de l’agoniste du TLR7 ont reçu 0,1 mg/kg pour la première dose, 0,2 mg/kg pour la seconde dose et 0,3 mg/kg pour chacune des cinq dernières doses. Les doses de 1 à 3 ont été sans effet sur la virémie plasmatique, alors que les doses de 4 à 7 ont conduit à des augmentations transitoires et systématiques de la charge virale plasmatique (500 à 1 000 copies/ml d’ARN du VIS) chez les quatre macaques, avec un retour à moins de 50 copies/ml dans les quatre à sept jours après avoir reçu l’agoniste du TLR7. Par ailleurs, les taux d’ADN du VIS des quatre macaques traités ont été réduits de 30 à 90 % par rapport au groupe placebo, lequel n’a pas présenté de changement. Après l’arrêt du TAR chez les macaques ayant reçu l’agoniste du TLR7, l’ARN plasmatique du VIS était ~0,5 log10 plus bas que celui du groupe placebo.

« Ces résultats préliminaires laissent penser que les agonistes du TLR7 peuvent avoir un rôle à jouer dans les stratégies d’éradication du VIH », a déclaré Norbert W. Bischofberger, PhD, vice-président exécutif de la recherche et du développement et directeur scientifique de Gilead. « Le GS-9620 est un puissant agoniste du TLR7 actuellement évalué dans une étude de Phase 2 chez des patients atteints d’hépatite B chronique pour son potentiel à réduire l’AgHBs. Vu les résultats d’aujourd’hui, nous sommes maintenant également impatients de faire passer le GS-9620 à des études de validation de principe chez les personnes infectées par le VIH sous TAR. »

La molécule agoniste du TLR7 exclusive et le GS-9620 sont des agents expérimentaux dont la sécurité et l’efficacité n’ont pas été prouvées.

Source : Gilead Sciences








MyPharma Editions

Médicaments innovants : France Biotech se félicite de procédures accélérées en matière d’essais cliniques

Publié le 21 février 2019
Médicaments innovants : France Biotech se félicite de procédures accélérées en matière d'essais cliniques

La décision de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) de réduire les délais d’instruction des demandes d’essais cliniques pour les MTI (médicaments de thérapie innovante), constitue une excellente nouvelle pour l’innovation médicale française et les patients.

AlzProtect, sur les rails d’une entrée en phase 2 pour 2019, pour son candidat médicament l’AZP2006

Publié le 20 février 2019
AlzProtect, sur les rails d’une entrée en phase 2 pour 2019, pour son candidat médicament l’AZP2006

AlzProtect, société biopharmaceutique engagée dans le développement de médicaments pour le traitement de la maladie d’Alzheimer, a annoncé aujourd’hui avoir terminé avec succès son étude sur l’effet de prise de nourriture pour son candidat médicament AZP2006.

Neuraxpharm France : Pierre Hervé Brun nommé nouveau directeur général

Publié le 20 février 2019
Neuraxpharm France : Pierre Hervé Brun nommé nouveau directeur général

Neuraxpharm France, filiale française du groupe Neuraxpharm, leader européen du traitement des troubles du système nerveux central (SNC), a annoncé aujourd’hui la nomination du Docteur Pierre Hervé Brun au poste de directeur général.

Néovacs : deux nominations au sein de son comité exécutif

Publié le 20 février 2019
Néovacs : deux nominations au sein de son comité exécutif

Néovacs, société spécialisée dans les vaccins thérapeutiques ciblant le traitement des maladies auto-immunes, inflammatoires et certains cancers, a annoncé avoir procédé à deux nominations au sein de son équipe de direction. Vincent Serra est nommé Directeur Scientifique (CSO) et Valérie Salentey, Responsable des Affaires Règlementaires.

Pénuries de médicaments : le Leem présente son plan d’actions

Publié le 19 février 2019
Pénuries de médicaments : le Leem présente son plan d’actions

Le Leem a présenté, mardi 19 février, un plan d’actions pour réduire les ruptures d’approvisionnement des médicaments les plus indispensables pour les patients. Ce plan d’actions s’inscrit dans la lignée des recommandations de la mission d’information du Sénat sur les pénuries de médicaments et de vaccins dont les conclusions ont été rendues le 2 octobre 2018. Elaboré avec les industriels du médicament, ce plan concerne l’ensemble des acteurs de la chaîne. Il se décline en 6 axes opérationnels.

Ceva : changements au sein de la direction industrielle et supply chain et de la direction de l’innovation et de la R&D

Publié le 19 février 2019
Ceva : changements au sein de la direction industrielle et supply chain et de la direction de l'innovation et de la R&D

Alors que Ceva Santé Animale finalise son nouveau plan stratégique 2020-2025, le laboratoire biopharmaceutique vétérinaire a récemment annoncé des changements importants au sein de son équipe de direction.

L’ANSM rend un avis favorable pour une ATU de cohorte pour le larotrectinib

Publié le 18 février 2019
L’ANSM rend un avis favorable pour une ATU de cohorte pour le larotrectinib

La Commission d’évaluation initiale du rapport entre les bénéfices et les risques de l’ANSM s’est prononcée le 31 janvier 2019 en faveur de la demande d’Autorisation temporaire d’utilisation de cohorte (ATUc) pour le larotrectinib, dans l’indication du Traitement des patients adultes et pédiatriques atteints de tumeurs solides localement avancées ou métastatiques présentant une fusion NTRK (Neurotrophic Tyrosine Receptor Kinase) réfractaires aux traitements standards ou en l’absence d’alternative thérapeutique appropriée.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions