Edition du 27-09-2020

Accueil » Industrie » Médecine » Produits

Sanofi : résultats de l’étude de phase 3 MONARCH consacrée au sarilumab au Congrès annuel de l’ACR

Publié le mercredi 16 novembre 2016

Sanofi : résultats de l'étude de phase 3 MONARCH consacrée au sarilumab au Congrès annuel de l'ACRSanofi et Regeneron présentent les résultats de l’étude de phase 3 SARIL-RA-MONARCH qui a démontré la supériorité de l’agent expérimental sarilumab sur l’adalimumab (commercialisé par AbbVie sous le nom de marque HUMIRA®), tous deux administrés en monothérapie, au titre de l’amélioration des signes et symptômes cliniques de la polyarthrite rhumatoïde active de l’adulte.

Ces résultats font l’objet d’une communication présentée mercredi au Congrès annuel de l’American College of Rheumatology (ACR) à Washington, DC.

« Approximativement 30 % des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde sont traitées par des agents biologiques en monothérapie, en grande partie à cause de leur intolérance au méthotrexate », a souligné l’auteur principal de cette communication, le Dr Gerd Burmester de l’Hôpital universitaire de la Charité à Berlin en Allemagne. « Dans l’étude MONARCH qui a comparé deux monothérapies, le sarilumab a été une option thérapeutique plus efficace que l’adalimumab, l’agent biologique le plus fréquemment utilisé aujourd’hui dans le traitement de cette maladie.»

Résultats de l’étude SARIL-RA-MONARCH
L’étude SARIL-RA-MONARCH a recruté 369 patients adultes atteints de polyarthrite rhumatoïde active non répondeurs ou intolérants au méthotrexate (MTX) ou pour lesquels ce type de traitement est contre-indiqué. Les patients ont été randomisés afin de recevoir soit une monothérapie par sarilumab par voie sous-cutanée (200 mg toutes les 2 semaines), soit une monothérapie par adalimumab (40 mg toutes les 2 semaines) ; les patients qui ne répondaient pas adéquatement à l’adalimumab pouvaient passer à une dose hebdomadaire. Les résultats préliminaires de cette étude ont été annoncés en mars 2016.[1]

Le critère d’évaluation principal était les variations, par rapport au départ, du score DAS28-ESR après 24 semaines. Ces scores ont affiché une différence statistiquement significative en faveur du sarilumab (-3,28 pour le sarilumab contre -2,20 pour l’adalimumab, p < 0,0001).1 Le score DAS28-ESR est une mesure de l’activité de la maladie, qui inclut l’évaluation de 28 articulations au titre de la sensibilité et de l’oedème (DAS28), soit une évaluation générale de l’état de santé par le patient lui-même, tandis que l’ESR est un indicateur biologique de l’inflammation.[2]

L’étude a également atteint d’importants critères d’évaluation cliniques secondaires dont une amélioration du score de l’American College of Rheumatology (ACR) et des scores de la fonction physique mesurées par le Questionnaire HAQ-DI (Health Assessment Questionnaire – Disability Index).1 Les résultats de l’étude font notamment ressortir ce qui suit :

Une amélioration supérieure des signes et symptômes de la polyarthrite rhumatoïde chez les patients traités par sarilumab, mesurée par la proportion de patients ayant obtenu une amélioration de 20 % des critères ACR (72 % pour le sarilumab contre 58 % pour l’adalimumab, p < 0,01). La proportion de patients ayant atteint de 50 % (45 % pour le sarilumab contre 29 % pour l’adalimumab, p=0,0017) et de 70 % (23 % pour le sarilumab contre 11 % pour l’adalimumab, p=0,0036) des critères ACR a également été supérieure pour le sarilumab.1

Les taux de rémission mesurés par le score DAS28-ESR (score<2,6) ont été plus élevés pour les patients traités par sarilumab que pour ceux traités par adalimumab (26 % pour le sarilumab contre 7 % pour l’adalimumab, p  < 0,0001).1

Des améliorations du score HAQ-DI ont été observées chez les patients traités par le sarilumab comparativement à l’adalimumab. La variation par rapport au score HAQ-DI de départ à la semaine 24 s’est établie à -0,61 pour le sarilumab contre -0,43 pour l’adalimumab (p=0,0037).1

L’étude a également permis d’observer des variations numériquement supérieures du score CDAI (Clinical Disease Activity Index ou indice d’évaluation de l’activité clinique de la maladie). Ainsi, la variation de ce score à la semaine 24, par rapport au score de départ, s’est établie à -28,9 pour le sarilumab, contre -25,2 pour l’adalimumab. Des taux supérieurs de rémission mesurés au moyen de l’indice CDAI ont également été observés chez les patients traités par sarilumab (7 %) comparativement à ceux traités par adalimumab (2 %).1 Chez les adultes traités par sarilumab, le handicap fonctionnel, la douleur et la fatigue se sont davantage améliorés que chez ceux traités par adalimumab. Ces améliorations englobaient les résultats rapportés par les patients au moyen du Medical Outcomes Short Form 36 Health Survey, le score PCS (évaluation réalisée par le médecin traitant), le score MSC (mesurant l’impact psychologique de la maladie et de son traitement), ainsi que le score FACIT-F (Functional Assessment of Chronic Illness Therapy-Fatigue) mesurant la fatigue.

L’incidence des événements indésirables (64 % pour les deux groupes), des événements indésirables graves (5 % pour le sarilumab contre 7 % pour l’adalimumab), des infections (29 % pour le sarilumab contre 28 % pour l’adalimumab) et des infections graves (1 % pour les deux groupes) a été généralement comparable entre les groupes. Les cas de neutropénie, non associée à des infections, ont été plus fréquents dans le groupe sarilumab (14 % pour sarilumab contre 1 % pour l’adalimumab), conformément à ce qui a déjà été observé dans le cadre d’études antérieures portant sur des inhibiteurs IL-6. Les érythèmes au point d’injection (8 % pour le sarilumab contre 3 % pour l’adalimumab) ont également été plus fréquents dans le groupe sarilumab.1

Aucun organisme de réglementation n’a encore pleinement évalué les profils de sécurité et d’efficacité du sarilumab. S’il est approuvé, le sarilumab sera commercialisé par Regeneron et Sanofi Genzyme, la division Médecine de spécialités de Sanofi.

1 – Burmester G. et al.#3321 Efficacy and Safety of Sarilumab Versus Adalimumab in a Phase 3, Randomized, Double-blind, Monotherapy Study in Patients With Active Rheumatoid Arthritis With Intolerance or Inadequate Response to Methotrexate. Arthritis Rheumatol. 2016; 68 (suppl 10).

[2] Arthritis Foundation. « Measuring Disease Activity in Rheumatoid Arthritis. » http://www.arthritis.org/living-with-arthritis/life-stages/remission/measuring-disease-activity.php. Dernière consultation : octobre 2016.

Source : Sanofi








MyPharma Editions

Gustave Roussy dans le Top 5 mondial des meilleurs hôpitaux en cancérologie

Publié le 25 septembre 2020
Gustave Roussy dans le Top 5 mondial des meilleurs hôpitaux en cancérologie

Gustave Roussy est le 5e meilleur hôpital spécialisé en cancérologie au monde et 1er hors Etats-Unis d’après le magazine Newsweek. Ce classement souligne la reconnaissance internationale de l’excellence des soins et de la puissance de la recherche déployées par l’Institut. C’est aussi l’assurance pour les patients de savoir qu’ils peuvent bénéficier, en France, des meilleurs soins et d’une recherche clinique des plus performantes.

Genfit : 1ère visite du 1er patient pour son essai clinique de Phase 3 ELATIVE évaluant elafibranor dans la PBC

Publié le 25 septembre 2020
Genfit : 1ère visite du 1er patient pour son essai clinique de Phase 3 ELATIVE évaluant elafibranor dans la PBC

Genfit, société biopharmaceutique de phase avancée engagée dans l’amélioration de la vie des patients atteints de maladies hépatiques et métaboliques, a annoncé avoir réalisé la première visite du premier patient pour ELATIVE, l’essai clinique pivot international de Phase 3 évaluant elafibranor dans la Cholangite Biliaire Primitive (PBC).

Ipsen : Philippe Lopes-Fernandes nommé Vice-Président Exécutif, Chief Business Officer

Publié le 25 septembre 2020
Ipsen : Philippe Lopes-Fernandes nommé Vice-Président Exécutif, Chief Business Officer

Ipsen vient d’annoncer la nomination de Philippe Lopes-Fernandes en qualité de Vice-Président Exécutif, Chief Business Officer, à compter du 1er octobre 2020. Basé à Cambridge (Massachusetts, États-Unis), il sera responsable de toute l’activité business développement et gestion des partenariats. Il reportera directement à David Loew, Directeur général d’Ipsen, et sera membre de l’Executive Leadership Team.

Vivet Therapeutics et Pfizer concluent un accord de fabrication relatif à une thérapie génique expérimentale pour la maladie de Wilson

Publié le 24 septembre 2020
Vivet Therapeutics et Pfizer concluent un accord de fabrication relatif à une thérapie génique expérimentale pour la maladie de Wilson

Vivet Therapeutics, une société de biotechnologie de thérapie génique spécialisée dans le développement de traitements pour des maladies hépatiques héréditaires, et Pfizer ont annoncé un accord de fabrication, en vertu duquel Pfizer fournira l’approvisionnement clinique pour un essai clinique de Phase I/II évaluant la thérapie génique expérimentale propriétaire de Vivet, le VTX-801, pour le traitement de la maladie de Wilson, un trouble hépatique rare et potentiellement mortel. L’essai devrait commencer début 2021. Les termes de l’accord n’ont pas été divulgués.

Theradiag annonce la création d’un nouvel établissement à Tours

Publié le 24 septembre 2020
Theradiag annonce la création d’un nouvel établissement à Tours

Dans la continuité de son partenariat avec l’Université de Tours annoncé en juillet concernant un accord spécifique de licence exclusive portant sur la fabrication de protéines virales du Covid-19 et un accord de collaboration globale, Theradiag, société spécialisée dans le diagnostic in vitro et le théranostic, a souhaité s’établir localement en Région Centre Val de Loire et a donc créé un établissement secondaire à Tours.

Carbogen Amcis annonce des investissements majeurs dont plus de 45 millions d’euros dans le Puy-de-Dôme

Publié le 24 septembre 2020
Carbogen Amcis annonce des investissements majeurs dont plus de 45 millions d'euros dans le Puy-de-Dôme

La société suisse Carbogen Amcis, spécialisée dans le développement des procédés chimiques à destination de l’industrie pharmaceutique ainsi que dans la production de principes actifs (PA) et de médicaments, a annoncé début septembre de nouveaux plans d’expansion en Suisse et en France.

Nutraceutiques : Nutri&Co réalise une levée de fonds de 4 millions d’euros

Publié le 24 septembre 2020
Nutraceutiques : Nutri&Co réalise une levée de fonds de 4 millions d’euros

Fondée en 2017, cette jeune société française spécialisée dans le domaine des compléments alimentaires vient de réaliser une levée de fonds de près de 4 millions d’euros auprès de la société d’investissement Creadev. En proposant aux consommateurs des produits de qualité supérieure, Nutri&Co affiche son ambition de devenir une des marques leaders du secteur européen des nutraceutiques. Un marché évalué à près de 16 milliards d’euros.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents