Edition du 25-05-2022

Accueil » Industrie » Médecine » Produits

Sanofi : résultats de l’étude de phase 3 MONARCH consacrée au sarilumab au Congrès annuel de l’ACR

Publié le mercredi 16 novembre 2016

Sanofi : résultats de l'étude de phase 3 MONARCH consacrée au sarilumab au Congrès annuel de l'ACRSanofi et Regeneron présentent les résultats de l’étude de phase 3 SARIL-RA-MONARCH qui a démontré la supériorité de l’agent expérimental sarilumab sur l’adalimumab (commercialisé par AbbVie sous le nom de marque HUMIRA®), tous deux administrés en monothérapie, au titre de l’amélioration des signes et symptômes cliniques de la polyarthrite rhumatoïde active de l’adulte.

Ces résultats font l’objet d’une communication présentée mercredi au Congrès annuel de l’American College of Rheumatology (ACR) à Washington, DC.

« Approximativement 30 % des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde sont traitées par des agents biologiques en monothérapie, en grande partie à cause de leur intolérance au méthotrexate », a souligné l’auteur principal de cette communication, le Dr Gerd Burmester de l’Hôpital universitaire de la Charité à Berlin en Allemagne. « Dans l’étude MONARCH qui a comparé deux monothérapies, le sarilumab a été une option thérapeutique plus efficace que l’adalimumab, l’agent biologique le plus fréquemment utilisé aujourd’hui dans le traitement de cette maladie.»

Résultats de l’étude SARIL-RA-MONARCH
L’étude SARIL-RA-MONARCH a recruté 369 patients adultes atteints de polyarthrite rhumatoïde active non répondeurs ou intolérants au méthotrexate (MTX) ou pour lesquels ce type de traitement est contre-indiqué. Les patients ont été randomisés afin de recevoir soit une monothérapie par sarilumab par voie sous-cutanée (200 mg toutes les 2 semaines), soit une monothérapie par adalimumab (40 mg toutes les 2 semaines) ; les patients qui ne répondaient pas adéquatement à l’adalimumab pouvaient passer à une dose hebdomadaire. Les résultats préliminaires de cette étude ont été annoncés en mars 2016.[1]

Le critère d’évaluation principal était les variations, par rapport au départ, du score DAS28-ESR après 24 semaines. Ces scores ont affiché une différence statistiquement significative en faveur du sarilumab (-3,28 pour le sarilumab contre -2,20 pour l’adalimumab, p < 0,0001).1 Le score DAS28-ESR est une mesure de l’activité de la maladie, qui inclut l’évaluation de 28 articulations au titre de la sensibilité et de l’oedème (DAS28), soit une évaluation générale de l’état de santé par le patient lui-même, tandis que l’ESR est un indicateur biologique de l’inflammation.[2]

L’étude a également atteint d’importants critères d’évaluation cliniques secondaires dont une amélioration du score de l’American College of Rheumatology (ACR) et des scores de la fonction physique mesurées par le Questionnaire HAQ-DI (Health Assessment Questionnaire – Disability Index).1 Les résultats de l’étude font notamment ressortir ce qui suit :

Une amélioration supérieure des signes et symptômes de la polyarthrite rhumatoïde chez les patients traités par sarilumab, mesurée par la proportion de patients ayant obtenu une amélioration de 20 % des critères ACR (72 % pour le sarilumab contre 58 % pour l’adalimumab, p < 0,01). La proportion de patients ayant atteint de 50 % (45 % pour le sarilumab contre 29 % pour l’adalimumab, p=0,0017) et de 70 % (23 % pour le sarilumab contre 11 % pour l’adalimumab, p=0,0036) des critères ACR a également été supérieure pour le sarilumab.1

Les taux de rémission mesurés par le score DAS28-ESR (score<2,6) ont été plus élevés pour les patients traités par sarilumab que pour ceux traités par adalimumab (26 % pour le sarilumab contre 7 % pour l’adalimumab, p  < 0,0001).1

Des améliorations du score HAQ-DI ont été observées chez les patients traités par le sarilumab comparativement à l’adalimumab. La variation par rapport au score HAQ-DI de départ à la semaine 24 s’est établie à -0,61 pour le sarilumab contre -0,43 pour l’adalimumab (p=0,0037).1

L’étude a également permis d’observer des variations numériquement supérieures du score CDAI (Clinical Disease Activity Index ou indice d’évaluation de l’activité clinique de la maladie). Ainsi, la variation de ce score à la semaine 24, par rapport au score de départ, s’est établie à -28,9 pour le sarilumab, contre -25,2 pour l’adalimumab. Des taux supérieurs de rémission mesurés au moyen de l’indice CDAI ont également été observés chez les patients traités par sarilumab (7 %) comparativement à ceux traités par adalimumab (2 %).1 Chez les adultes traités par sarilumab, le handicap fonctionnel, la douleur et la fatigue se sont davantage améliorés que chez ceux traités par adalimumab. Ces améliorations englobaient les résultats rapportés par les patients au moyen du Medical Outcomes Short Form 36 Health Survey, le score PCS (évaluation réalisée par le médecin traitant), le score MSC (mesurant l’impact psychologique de la maladie et de son traitement), ainsi que le score FACIT-F (Functional Assessment of Chronic Illness Therapy-Fatigue) mesurant la fatigue.

L’incidence des événements indésirables (64 % pour les deux groupes), des événements indésirables graves (5 % pour le sarilumab contre 7 % pour l’adalimumab), des infections (29 % pour le sarilumab contre 28 % pour l’adalimumab) et des infections graves (1 % pour les deux groupes) a été généralement comparable entre les groupes. Les cas de neutropénie, non associée à des infections, ont été plus fréquents dans le groupe sarilumab (14 % pour sarilumab contre 1 % pour l’adalimumab), conformément à ce qui a déjà été observé dans le cadre d’études antérieures portant sur des inhibiteurs IL-6. Les érythèmes au point d’injection (8 % pour le sarilumab contre 3 % pour l’adalimumab) ont également été plus fréquents dans le groupe sarilumab.1

Aucun organisme de réglementation n’a encore pleinement évalué les profils de sécurité et d’efficacité du sarilumab. S’il est approuvé, le sarilumab sera commercialisé par Regeneron et Sanofi Genzyme, la division Médecine de spécialités de Sanofi.

1 – Burmester G. et al.#3321 Efficacy and Safety of Sarilumab Versus Adalimumab in a Phase 3, Randomized, Double-blind, Monotherapy Study in Patients With Active Rheumatoid Arthritis With Intolerance or Inadequate Response to Methotrexate. Arthritis Rheumatol. 2016; 68 (suppl 10).

[2] Arthritis Foundation. « Measuring Disease Activity in Rheumatoid Arthritis. » http://www.arthritis.org/living-with-arthritis/life-stages/remission/measuring-disease-activity.php. Dernière consultation : octobre 2016.

Source : Sanofi








MyPharma Editions

Guerbet : Carine Dagommer nommée administrateur et renouvellement du mandat de Nicolas Louvet

Publié le 25 mai 2022
Guerbet : Carine Dagommer nommée administrateur et renouvellement du mandat de Nicolas Louvet

Guerbet, le groupe pharmaceutique dédié à l’imagerie médicale, a annoncé la nomination de Carine Dagommer et le renouvellement de Nicolas Louvet en qualité d’administrateurs. Ces résolutions ont été adoptées par l’Assemblée Générale des actionnaires de Guerbet qui s’est tenue le 20 mai.

Chikungunya : Valneva achève avec succès l’essai d’homogénéité des lots cliniques de son candidat vaccin à injection unique

Publié le 25 mai 2022
Chikungunya : Valneva achève avec succès l’essai d’homogénéité des lots cliniques de son candidat vaccin à injection unique

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé le succès de l’essai de Phase 3 visant à évaluer l’homogénéité des lots cliniques de son candidat vaccin à injection unique contre le chikungunya, VLA1553. L’analyse finale incluait les données de suivi à six mois et a confirmé les résultats initiaux annoncés en décembre 2021.

Crossject : premières injections de ZENEO® Midazolam pour l’étude clinique de bioéquivalence

Publié le 25 mai 2022
Crossject : premières injections de ZENEO® Midazolam pour l’étude clinique de bioéquivalence

Crossject, « specialty pharma » qui développe et commercialisera prochainement un portefeuille de médicaments combinés dédiés aux situations d’urgence, a annoncé les premières injections de ZENEO® Midazolam pour l’étude clinique de bioéquivalence.

Pierre Fabre et l’EORTC débutent une vaste étude clinique de phase III sur le traitement adjuvant du mélanome de stade IIB-C

Publié le 24 mai 2022
Pierre Fabre et l’EORTC débutent une vaste étude clinique de phase III sur le traitement adjuvant du mélanome de stade IIB-C

Pierre Fabre et l’Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (EORTC) ont annoncé aujourd’hui la sélection du premier patient atteint d’un mélanome réséqué de stade IIB-C avec mutation BRAF V600E/K pour l’étude de phase III COLUMBUS-AD (NCT05270044 ; EORTC-2139-MG).

Sanofi : la FDA approuve Dupixent® pour le traitement de l’œsophagite à éosinophiles de l’adulte et de l’enfant à partir de 12 ans

Publié le 23 mai 2022
Sanofi : la FDA approuve Dupixent® pour le traitement de l’œsophagite à éosinophiles de l’adulte et de l’enfant à partir de 12 ans

Sanofi vient d’annoncer que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a approuvé Dupixent® (dupilumab) 300 mg une fois par semaine pour le traitement de l’œsophagite à éosinophiles des patients à partir de l’âge de 12 ans, pesant au moins 40 kg. Avec cette approbation, Dupixent devient le premier et le seul médicament expressément indiqué pour le traitement de l’œsophagite à éosinophiles aux États-Unis.

Servier : Éric Fohlen-Weill nommé au poste de Directeur de la Communication Externe

Publié le 20 mai 2022
Servier : Éric Fohlen-Weill nommé au poste de Directeur de la Communication Externe

Servier, groupe pharmaceutique international indépendant, a annoncé la nomination d’Éric Fohlen-Weill au poste de Directeur de la Communication Externe, effective depuis le 20 avril 2022. Basé au siège du Groupe, à Suresnes, Éric Fohlen-Weill a la responsabilité des relations media, de la communication digitale et financière du Groupe, en France et à l’international, ainsi que de la communication de son activité philanthropique (Fonds de dotation Mécénat Servier).

Maladies rares : une recherche clinique forte, notamment en pédiatrie et dans les pathologies ultra rares

Publié le 20 mai 2022
Maladies rares : une recherche clinique forte, notamment en pédiatrie et dans les pathologies ultra rares

Priorité de l’actuelle présidence française de l’Union européenne, les maladies rares ont fait l’objet d’une conférence interministérielle le 28 février au cours de laquelle un plan européen a été sollicité. Les entreprises du médicament, mobilisées pour la recherche de nouvelles solutions thérapeutiques, publient à l’occasion un rapport d’Horizon Scanning pour analyser le développement clinique et identifier les futures innovations susceptibles d’améliorer la prise en charge des patients souffrant de maladies rares.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents